PDA

Voir la version complète : Maroc-Habitat : Le logement social à la rescousse des promoteurs immobiliers


jawzia
24/10/2010, 23h02
Écrit par Boualem Alami Samedi, 16 Octobre 2010 11:03

Le programme de 300 000 logements sociaux, une aubaine pour les gros promoteurs immobiliers

Au Maroc, un programme de construction de 300.000 logements sociaux à ‘’bas coût’’ sur cinq ans, lancé par le gouvernement pour résorber la crise de logements au Maroc, est perçu par les grands promoteurs immobiliers comme une planche de salut. Les mises en chantier de logement stagnaient. Une forte demande est enregistrée par les ‘’bas salaires’’ pour ce type de logements livrés ‘’clés en main’’.

Le programme de réalisation de 300.000 logements sociaux à ‘’bas coût’’, fixé entre 250.000 Dirhams et 270.000 Dh, a attiré, depuis son lancement au début de l’année, les plus gros promoteurs immobiliers que compte le Royaume. Coup de booste du gouvernement au programme : de nombreux avantages fiscaux dont la réduction de la TVA et une aide aux futurs acquéreurs de 40.000 dirhams. Réduisant la voilure des projets de logements haut standing réservés à une clientèle peu nombreuse, les promoteurs immobiliers se sont en rués sur ce programme, un ‘’sésame’’ à la crise actuelle du bâtiment au Maroc. Presque tous les promoteurs immobiliers ont annoncé qu’ils orientaient l! eurs chantiers à 80% pour ce programme de logements économiques. Le groupe Alliances a annoncé qu’il construira 80.000 logements sociaux, dont le prix unitaire sera de 250.000 dirhams (environ 24.000 euros).

La concurrence fait rage

Soutenu par l’Etat, qui veut réduire le déficit de logements au Maroc estimé à un million d’unités, ce programme de relance a provoqué une véritable bataille entre groupes immobiliers. L’un des plus importants, Addoha, dont le président Ans Sefrioui a été le premier à répondre présent, a annoncé qu'il comptait construire 120.000 logements sur 5 ans. Ce chiffre a été revu à la hausse par le groupe qui l’a porté à 150.000 unités, et a, en même temps, revu à la baisse, le montant de l'apport personnel des futurs acquéreurs, exigeant seulement 40.000 DH au lieu de 70.000 DH. Mais, en fait, Addoha s'est aligné sur les autres concurrents dont les avances démarrent à p! artir de 30.000 DH et ne dépassent guerre 50.000 DH. Le groupe Palmeraie Développement revient sur le segment du logement à bas coût à travers sa filiale ‘’Les Espaces Saada’’. Il s'est engagé à bâtir 80.000 logements supplémentaires sur une période de 5 ans. Plus concurrentiel, le puissant groupe Chaabi, propose des prix à partir de 180.000 DH pour des logements sociaux, avec une campagne de communication agressive. Quant au groupe Jamaï, qui a déjà entamé la réalisation de son programme, il propose de son côté des logements sociaux à 250.000 dirhams l’unité à Casablanca. Enfin, la CGI a également annoncé qu'elle compte bâtir 100.000 unités d'ici 2020.

Mises en chantier au ralenti

Mais, sur le plan des mises en chantier, le rythme de lancement de ce programme reste faible, selon des cimentiers marocains. Plusieurs professionnels du secteur de la cimenterie ont indiqué ‘’n’avoir pas encore senti l'impact de cette relance’’ du logement social. ‘’Nous avons suivi à travers la presse les intentions déclarées des grands groupes. Nous attendons que cela se traduise par des actes et des faits’’, souligné Mohamed Bouhaouli, directeur délégué de l'Association professionnelle des cimentiers (APC) du Maroc. ‘’Pour l'heure, nous n'avons observé aucune augmentation de la demande du ciment en provenance de ce segment. D'ailleurs, les ventes termineront peut être l'année avec une petite baisse mais nous gardons esp! oir pour 2011, notamment grâce aux programmes structurés de logements dans le segment social mis en place par l'État’’. Mais, tous ces programmes seront-ils réalisés ? Même le président du groupe Alliance en doute : ‘’Est-ce que vraiment tous ces projets annoncés aboutiront ? Où est-ce uniquement la course aux annonces?’’, des questions que beaucoup de professionnels du bâtiment se sont posés au regard de la lenteur des mises en chantier.

Réduire le ‘’Gap’’ en logements

Le ministre de l’habitat et de l’urbanisme, Tewfik H’jira a lancé ce programme de logements sociaux début 2010 pour réduire un déficit estimé à un million de logements, alors que le rythme de la demande de logement progresse chaque année de 125.000 unités, dont 60% pour le logement social. A ce rythme, le ministère de l'habitat estime que le pays doit produire 131 000 logements par an dont 70.000 pour les nouveaux ménages et 61.000 unités pour résorber le dixième du déficit déjà existant dans les grandes villes du pays. Pour autant, beaucoup escomptent que la mise en chantier de ces logements sociaux à bas prix devrait également relancer la croissance du secteur du BTP, avec un effet d’entraînement sur le! s autres secteurs.

Le prolétaire
24/10/2010, 23h05
jawzia aime le Maroc il ne parle que de ça !

Maroc02
24/10/2010, 23h12
Il y a un manque du moyens standing surtout...Elle ne suit pas la croissance de la classe moyenne.

Black
25/10/2010, 13h42
Le programme de réalisation de 300.000 logements sociaux à ‘’bas coût’’, fixé entre 250.000 Dirhams et 270.000 Dh, a attiré, depuis son lancement au début de l’année, les plus gros promoteurs immobiliers que compte le Royaume.


C'est vrai qu'au Maroc les prix on pas mal augmenté depuis les années 2000 (140 000 DH martil Tetouan environ 80m2) pour s'établir aujourd'hui à 250 000 Dh - 270 000 Dh.

Mais ça n'a rien à voir avec les prix en Algérie pour 80m2 il faut compter 7 000 000 Da soit 700 000 Dh le prix d'une villa en entrée de gamme.

jawzia
27/10/2010, 19h30
Au Maroc, un programme de construction de 300.000 logements sociaux à ‘’bas coût’’ sur cinq ans,
Ce n'est pas ces 300.000 logements sur Cinq ans que l'on éradiquera les bidonvilles à l'horizon 2012

bledard_for_ever
27/10/2010, 22h03
les ex logemnts sociaux à 140000 dh ont tous fini dans la spéculation immobilière pour d autres catégories avec une corruption à 50000 dh par unité.

on ajuste on bricole

elcohen
27/10/2010, 22h49
les ex logemnts sociaux à 140000 dh ont tous fini dans la spéculation immobilière pour d autres catégories avec une corruption à 50000 dh par unité.


Excellent, j'aimes bien les analyses economiques surtout venant d'algeriens...une pertinence et préciszion sans faille.

jawzia
27/10/2010, 22h58
Excellent, j'aimes bien les analyses economiques surtout venant d'algeriens...une pertinence et préciszion sans faille.
Comment éradiquer (en 2012) les bidonvilles du royaume avec 300.000 logements (sur 5 ans) à répartir entre "bidonvilliers" et "demandeurs sociaux" ? Nous sommes tout ouie !

elcohen
27/10/2010, 23h03
Comment éradiquer (en 2012) les bidonvilles du royaume avec 300.000 logements (sur 5 ans) à répartir entre "bidonvilliers" et "demandeurs sociaux" ? Nous sommes tout ouie !


Demande le a ton ami le bledar, il te repondra avec un precision sans équivoque

Lis ses analyses tbarkllah !


ex logemnts sociaux à 140000 dh ont tous fini dans la spéculation immobilière pour d autres catégories avec une corruption à 50000 dh par unité.

jawzia
27/10/2010, 23h06
Non, non le problème n'est pas "analytique", il est simplement arithmétique :
Comment éradiquer (en 2012) les bidonvilles du royaume avec 300.000 logements (sur 5 ans) à répartir entre "bidonvilliers" et "demandeurs sociaux" ?
A moins qu'il ne s'agisse de ... changement de stratégie visionnaire §!!!

elcohen
27/10/2010, 23h08
A moins qu'il ne s'agisse de ... changement de stratégie visionnaire §!!!


C"est a ton ami bledar de dire si c'est le ca ou pas. Mais attention, il le fera avec des chiffres et des données qui dépassent l'exactitude de loin!!

jawzia
27/10/2010, 23h16
Dans ce cas, je laisse l'énigme en suspens en attendant quelques courageux visionnaires pour nous éclairer :
Comment éradiquer (en 2012) les bidonvilles du royaume avec 300.000 logements (sur 5 ans) à répartir entre "bidonvilliers" et "demandeurs sociaux" ?

Nourman
28/10/2010, 15h49
dans plusieurs villes l'etat donne des terrains en lotissement et les gens construisent eux meme(et ca marche :rolleyes:).

Raco
28/10/2010, 16h27
Le programme de 300 000 logements sociaux rien a voir avec les autres programmes comme VSB : Villes sans Bidonvilles, une simple recherche et tu peut faire connaissance avec les autre programmes de l'habitat au Maroc .

VSB : Villes sans Bidonvilles
QNR : Quartiers Non Réglementaires
ZAP : Zone d’Aménagement Progressives
HMR : Habitat Menaçant Ruine
TA : Tissu Ancien
PU : Programme d’Urgence


Habitat social

Habitat rural

Habitat Locatif

+ le privée au Maroc c le plus important .

absent
28/10/2010, 17h18
dans plusieurs villes l'etat donne des terrains en lotissement et les gens construisent eux meme(et ca marche ).

j'ai horreur de ça :22: la meme politique a travesti toute l'Algérie ...

Nourman
28/10/2010, 17h34
cne
j'ai horreur de ça :22: la meme politique a travesti toute l'Algérie ...
pourquoi horreur ?un terrain c'est mieu que rien
les gens se debrouillent bien avec leurs terrains , il ont des plans a respecter ,et surtout ils ont de l'argent:mrgreen:

keazy
28/10/2010, 17h53
les ex logemnts sociaux à 140000 dh ont tous fini dans la spéculation immobilière pour d autres catégories avec une corruption à 50000 dh par unité.




T'es gentil,des appartement a Marrakech vendu pour 200 000dh l'unité ,il fallait donner 200 000dh comme corruption..Et ils parlent des pauvres..j'espere qu'il y aura bientot une bonne crise dans l'immobilier au maroc

Raco
28/10/2010, 20h59
Un million de logements fermés : 22% du parc urbain !

Publié le : 25/10/2010


Les logements inoccupés représentant un million sur les 4,45 millions d'habitations recensées dans les villes.
Les maisons modernes constituent 60 % des habitations vides et les appartements 30% .
L'inadéquation entre l'offre et la demande en logements et le manque de confiance dans les locataires expliquent en partie cette situation.



http://www.lavieeco.com/economie/17826-un-million-de-logements-fermes-22-du-parc-urbain.html/affiche_image?article=17826

Incroyable ! Sur un parc total de 4,45 millions de logements en milieu urbain, ce sont 1 million qui sont aujourd’hui vacants, soit 22,5% du total. Ces habitations fermées pourraient largement combler le déficit en logements que connaît le pays et qui s’élève à 800 000 unités aujourd’hui.
Le taux d’inoccupation est livré par le holding Al Omrane qui dispose d’une cellule de veille relative à l’habitat. «La structure du parc vacant est composée de 4% de villas, 30% d’appartements, 60% de maisons modernes et de 6% de maisons traditionnelles», précise Driss Effina, le conseiller du président du holding Al Omrane.

En 2004, le recensement général du Haut Commissariat au Plan (HCP) dénombrait 850 000 unités de logements inoccupés sur un parc national total de 6,2 millions d’unités. En se limitant au parc urbain qui concentre l’essentiel du parc de logements inoccupés (90%), 740 000 unités de logements vacants ont été recensées en 2004 sur un parc urbain total de 3,95 millions d’unités de logements. Le parc vacant représentait à lui seul 19% du parc total de logements urbains en 2004, et 22,5% actuellement. Le poids des unités de logements vacants au Maroc croît de manière inexorable et inquiétante d’année en année.

Au ministère de l’habitat, seules 526 302 unités sont comptabilisées au titre d’unités vacantes en 2004. Cherchez l’erreur… La différence résulte sans doute des définitions. «On peut définir la vacance immobilière comme étant l’état d’un logement inhabité ou inoccupé. L’état de vacance n’est pas retenu dans les cas suivants : la location où la vacance devient un phénomène transitoire entre deux occupants ; le cas des maisons saisonnières ou secondaires ; les maisons en cours de transformation ; les logements qui font l’objet d’un litige ou sont dans un état précaire», explique Mounia Lahlou, directrice de la promotion immobilière au ministère de l’habitat. «La proportion des logements vacants atteint 16% dans la région de Souss-Massa-Drâa et de Laâyoune-Boujdour-Sakia Al Hamra et 15% dans l’Oriental et Fès-Boulemane», indique le ministère de l’habitat.

Selon le HCP, un logement vacant est «un logement non occupé par un ménage au moment du recensement et qui est destiné soit à la location, soit à la vente. Un logement dont les résidents habituels sont temporairement absents n’est pas un logement vacant». Les «logements non-occupés» dévoilés par le recensement de 2004 du HCP regroupent trois sous-catégories : les logements dits «vacants», «secondaires» et en «construction» (logement en cours de construction et dont les travaux sont pratiquement achevés et qui peut être occupé par un ou plusieurs ménages au moment du recensement).

Aucune sanction fiscale à l'encontre des propriétaires

Selon le conseiller du président du holding Al Omrane, la notion de vacance regrouperait, dans son acception large, «25% de maisons secondaires, 4% de logements en construction et 71% de vacants», en 2009. «Le parc vacant représente un investissement de 320 milliards de DH, soit 45% du PIB, soit un manque à gagner significatif pour la collectivité. L’immobilier représente un moyen de placement à long terme sûr et rentable, de l’ordre de 5% par an», fait remarquer M. Effina. «Entre 1994 et 2004, l’augmentation du parc total de logements urbains a connu une augmentation moyenne annuelle de 4% contre 6% pour le parc vacant», observe-t-il. Une situation est paradoxale au moment où la demande ne cesse de croître.

Pourquoi une telle situation ? «La principale raison qui bloque le locatif réside généralement dans la dégradation du climat de confiance entre propriétaires et locataires, malgré la promulgation de plusieurs lois définissant les relations entre les deux parties», explique Monia Lahlou.
Selon Driss Elfinna, «les fraudes fiscales sont fréquentes et ne permettent pas de ce fait d’encadrer de manière juridique la transaction locative».

À la rupture de confiance propriétaires/locataires s’ajoute l’inadéquation entre l’offre et la demande en logements. Les programmes de logements à faible VIT et les logements sociaux à 250 000 DH permettront peut-être, d’ici 2020, de rééquilibrer l’offre et la demande, à défaut d’une solution fiscale. En effet, le ministère de l’habitat ne semble pas favorable à la taxation des propriétaires qui font dormir leurs biens, alors qu’«un impôt moyen annuel de 3 000 DH et ajustable selon le standing du logement et sa situation générerait 3 milliards de DH de recettes à l’Etat. Cet impôt inciterait le parc vacant à être vendu ou loué. Cette hémorragie doit être stoppée. Ce qui empêcherait la création de cette taxe c’est le fait que plusieurs résidences secondaires au Maroc sont détenues par des Marocains résidents à l’étranger.

Or, concrètement, un impôt annuel de 300 euros est dérisoire», avance M. Effina. A titre de comparaison, un impôt sur les logements vacants s’applique en France, en Espagne, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. La proportion de logements vacants est de 6% en France, 21% en Espagne et de 0,5% en Suisse. Mais il faut relativiser, car pour un MRE une maison au Maroc n’est pas un logement secondaire, mais plutôt un toit dans son pays d’origine, un second chez soi. Une question de culture.

Myriam Blal

Raco
28/10/2010, 21h22
Maroc - Logement social : Addoha ouvre le bal avec 120000 unités promises avant 2015

Le groupe assure le tiers du total des logements sociaux prévus sur la période 2010-2020
Alliances Développement construira, quant à elle, 80 000 logements sociaux.

http://www.lavieeco.com/economie/15887-maroc-logement-social-addoha-ouvre-le-bal-avec-120000-unites-promises-avant-2015.html/affiche_image?article=15887

A peine le nouveau dispositif fiscal pour le logement économique annoncé, le marché répond déjà de manière très forte. Preuve en est les milliers de clients qui assiègent chaque jour, depuis une semaine, les locaux d’Addoha pour s’inscrire sur les listes d’attente des acquéreurs. Certes, le groupe d’Anas Sefrioui avait une petite longueur d’avance dans la mesure où, sur les 120 000 logements promis d’ici 2015, soit le tiers du programme total annoncé par le ministère de l’habitat, à savoir 300 000, plusieurs centaines sont déjà achevées et prêtes à être livrées aux clients.

Annoncé, il y a moins de deux mois, le plan de relance du logement social séduit déjà. Il faut dire que les multiples réunions tenues par le ministre de l’habitat et de l’urbanisme, Toufiq Hejira, et son staff dans plusieurs grandes villes du pays pour expliquer les avantages de ce plan et inciter les promoteurs immobiliers à y adhérer, ont rapidement porté leurs fruits.
Mais ce n’est apparemment que le début puisque les autres promoteurs de la place s’apprêtent eux aussi à concrétiser des conventions avec l’Etat.

C’est le cas notamment du groupe Jamaï ou encore d’Alliances Développement qui construira 80 000 logements sociaux à 250 000 DH. Ces logements seront proposés dans plusieurs villes telles que Marrakech, Mdieq et Mehdia. Selon le dispositif mis en place par le ministère de l’habitat, les promoteurs immobiliers peuvent passer des conventions avec l’Etat pour les projets non encore conventionnés et autorisés ou en cours de réalisation avant le 1er janvier 2010. Tous les autres programmes, faisant l’objet de conventions préalables, restent régis par le régime antérieur.

Une aide frontale pouvant atteindre un maximum de 40 000 DH par logement

Portant sur un minimum de 100 logements, les conventions donneront donc lieu au remboursement de la TVA aux acquéreurs. «Cette disposition transitoire vise à créer une offre immédiate dès le 1er janvier 2010, avec la possibilité de convertir les projets en cours d’achèvement, mais uniquement ceux qui n’ont pas encore reçu le permis d’habiter», précise le ministère de l’habitat.

L’une des plus grandes nouveautés du plan de relance consiste à fournir à l’acquéreur une aide frontale pouvant atteindre un maximum de 40 000 DH par logement. Cette aide de l’Etat est destinée à combler le différentiel de TVA. La mesure facilitera, selon le ministère de l’habitat, aux acquéreurs, l’accès à un logement moins cher.

Le remboursement de la TVA constitue en revanche le seul avantage accordé par la disposition transitoire puisque les promoteurs devront payer l’impôt sur les sociétés (IS) ou l’impôt sur le revenu (IR) réalisé sur les ventes de logements autorisés avant le 1er janvier 2010. «Certes, les dispositions transitoires permettent aux acquéreurs de bénéficier du remboursement de la TVA, mais les promoteurs immobiliers ne pourront pas s’en prévaloir pour réclamer l’exonération de l’IS ou de l’IR», précise Mounia Diaa Lahlou, directrice de la promotion immobilière au ministère de l’habitat. Selon elle, «les dispositions transitoires permettent quand même aux promoteurs de liquider leurs stocks de logements sociaux construits ou en cours de construction avant l’entrée en vigueur du nouveau plan de relance».

Pour ce qui est du groupe Addoha, le processus est déjà très avancé. «Les conventions portant sur ces logements sont actuellement en cours de finalisation. Elles seront officiellement signées en mars prochain. L’investissement global dépassera 2 milliards de DH», explique un responsable d’Addoha. Ventilées par ville, ces conventions intéresseront, dans un premier temps, cinq grandes villes du Royaume, à savoir Casablanca, Agadir, Meknès, Marrakech et Tanger.

Une première fournée de 15 000 logements sera lancée dès mars prochain sur l’axe Casablanca-Kénitra. La totalité des projets sera réalisée sur une assiette foncière déjà viabilisée et appartenant au groupe. Les chantiers démarreront dès l’officialisation des conventions. «Cet engagement pris par Addoha témoigne du grand intérêt que le groupe a pour ce segment de l’immobilier», indique Abderrazak Waliallah, DGA d’Addoha.
FOCUS :Le Maroc a besoin d'un million de nouveaux logements
http://www.lavieeco.com/economie/15887-maroc-logement-social-addoha-ouvre-le-bal-avec-120000-unites-promises-avant-2015.html/afficher_image?encadre=1043

Le plan de relance des logements sociaux a été lancé début 2010 dans le but d'accroître le rythme de résorption du déficit en logements estimé à ce jour à un million d'unités. De plus, la demande augmente à un rythme effréné en atteignant les 125 000 unités par année, dont 60% pour le logement social. Eu égard à ces chiffres, le ministère de l'habitat estime que le pays doit produire 131 000 logements par an dont 70 000 pour les nouveaux ménages et 61 000 unités pour résorber le dixième du déficit déjà existant. 63 % de cette demande se concentre sur cinq régions, à savoir Casablanca, Rabat, l'Oriental, Souss-Massa-Draâ et Marrakech.

lavie Eco

jawzia
28/10/2010, 21h27
Maroc - Logement social : Addoha ouvre le bal avec 120000 unités promises avant 2015

Le groupe assure le tiers du total des logements sociaux prévus sur la période 2010-2020
Alliances Développement construira, quant à elle, 80 000 logements sociaux.
Qui font partie des 300.000 logements étalés sur 5 ans qu'évoque le sujet de départ.

L'énigme de l'éradication des bidonvilles reste donc entière !!!!

ould omar
28/10/2010, 22h19
Il y a quelque chose qui m’échappe : le billet ci-dessous annonce un programme sur 5 ans alors que, lors d’une réunion tenue le 15/02/2010 par M.Hejira (ministre de l’habitat) lorsqu’il avait présenté à Fes les dispositions de relance de l'habitat social aux édiles des régions de Fès-Boulemane, de l'Oriental et de Taza-Taounate-Al Hoceimace il avait précisé que le programme des 300 000 logements s’étalerait jusqu’à l’horizon 2020 (sur 10 ans et non sur 5 ) !

Cela dit, quelque soit la cadence envisagée (30 000 logements/ ans si 10ans ou 60 000 logements /an si 5 ans) il est vain et illusoire de croire qu’à ce rythme le Maroc pourra atténuer de manière significative le déficit accumulé en logement social (qui se situerait aux alentours de 700 000 logements), faire face à la demande annuelle pour ce type de logement (estimée à 60 000 unités) et encore moins en éradiquer les bidonvilles !

jawzia
31/10/2010, 12h05
Voilà, que l'énigme est résolue ! ;)

ould omar
31/10/2010, 13h37
Voilà, que l'énigme est résolue ! ;)
Elle n'était pas si difficile pour peu que certains de nos amis abandonnent un peu ....leurs œillères !;)

elcohen
31/10/2010, 15h51
Elle n'était pas si difficile pour peu que certains de nos amis abandonnent un peu ....leurs œillères !;)


Je sais que l'etat offre des terrains nu au habitant des bidonvilles. Les terrains sont construit en partenariat avec des petit promoteurs immobilier, le promoteur prends un appt + les magazins du RDC tandis que celui qui a offert le terrain prend un appt. Tout les habitant de Bashko à casa ont bénificier de ce "deal"

Le prolétaire
31/10/2010, 19h53
Si des gars comme jawzia mettait autant d'energie à construire leur pays qu'à dénigrer le Maroc...

L'algérie serait aujourd"hui au moins au niveau de la france

eagle19
01/11/2010, 16h17
Voilà, que l'énigme est résolue ! ;)
jawzia a fait semblant de ne pas voir cette réponse parceque son objectif n'etait pas de se renseigner la dessus...


Le programme de 300 000 logements sociaux rien a voir avec les autres programmes comme VSB : Villes sans Bidonvilles, une simple recherche et tu peut faire connaissance avec les autre programmes de l'habitat au Maroc .

VSB : Villes sans Bidonvilles
QNR : Quartiers Non Réglementaires
ZAP : Zone d’Aménagement Progressives
HMR : Habitat Menaçant Ruine
TA : Tissu Ancien
PU : Programme d’Urgence


Habitat social

Habitat rural

Habitat Locatif

+ le privée au Maroc c le plus important .




c'est impréssionnant toute l'energie qu'il deploit....la ligne du FLN jusqu à la mort...ou la fin du mois pour avoir sa paie:mrgreen:

Si des gars comme jawzia mettait autant d'energie à construire leur pays qu'à dénigrer le Maroc...

L'algérie serait aujourd"hui au moins au niveau de la france


Sinon par rapport à l'éradication des bidonvilles, je ne crois pas que ce sera complétement achevé en 2012....mais ce qui est le plus important c'est qu à cette date qu est de savoir ce qui sera fait? et qu est ce qui restera à faire? et qui ce qui a fait pour que ça marche pas.....

c'est ça ce que tu voulais entendre jawzia, n'est ce pas? tout le monde n'est pas comme toi...tu te contentes de répeter ce qui à été écrit par l'APS, tu n as d opinion propre à toi....ou plutot on te demande de ne pas avoir de pensée propre...

TAGHITI
01/11/2010, 17h11
Si des gars comme jawzia mettait autant d'energie à construire leur pays qu'à dénigrer le Maroc...

pourquoi denigrer? En plus vous lui donnez le baton pour les féssés!

Cookies