PDA

Voir la version complète : Le Maroc fait son entrée au Bon Marché


Raco
25/10/2010, 18h01
· 41 produits admis à La Grande Epicerie de Paris

· C’est le 1er pays non européen à réussir ce challenge

· Critères d’éligibilité: qualité, saveur, hygiène et image des produits

Cerise sur le gâteau… marocain. D’abord la consécration au rang de Saveur de l’année 2011, de deux entreprises marocaines participant au SIAL 2010 de Paris, le salon bisannuel de l’agroalimentaire qui a baissé les rideaux le 21 octobre. Les Domaines Royaux, dans la catégorie fruits & légumes, et de Tajini, dans celle des épices & conserves.
Ensuite, 41 produits alimentaires de 7 marques(1) à réussir l’admission, le temps d’un test commercial de trois semaines, sur les étals de La Grande Epicerie de Paris, filiale du «plus grand, plus élégant et plus sélectif magasin de Paris», Le Bon Marché. Une première pour un pays non européen.

L’artisan de ce coup de maître, Saâd Benabdellah, DG de Maroc Export, n’y voit pas le fruit du hasard. «Il y’a un véritable virage qui est en train de s’opérer dans le processus de positionnement des produits agroalimentaires marocains, destinés à l’épicerie fine surtout», fait-il remarquer. Les critères d’éligibilité portent notamment sur la qualité, la saveur, l’hygiène, l’image, la traçabilité des produits. Ou encore de la batterie de tests de goût, de texture…, sous la direction du chef-maison, le bien nommé Jean-Jacques Massé, élu meilleur ouvrier de France en 2000.

En fonction de la qualité et de l'esthétique de leurs produits, Maroc Export avait déposé la candidature d’une cinquantaine d’entreprises aux tests d’admission, révèle Solenn Gubri, responsable marketing à La Grande Epicerie de Paris. L’objectif à travers le deal conclu avec Maroc Export, sur la base des mêmes critères d’éligibilité, «retranscrire un Maroc qualitatif contemporain avec des saveurs marocaines».

En attendant les retombées réelles de la grosse campagne de promotion des produits marocains, confiée à l’agence parisienne Brand Nation, suite à un appel d’offres, le Maroc de l’alimentaire semble imposer sa marque un peu partout dans l’Hexagone. La médiatisation accompagnant ce dispositif est simple mais efficace avec «c’est dit, c’est écrit» comme accroche. Un agenda de relations publique et presse est déployé à fortes doses. Objectif: toucher le plus grand nombre de médias français surtout, de consommateurs. Le cocktail, mardi soir 19 octobre, à La Grande Épicerie de Paris, ayant réuni importateurs, acteurs de la grande distribution, fournisseurs, journalistes ou encore le dîner de gala, la veille au Palais Brongniart à Paris pour célébrer les récipiendaires des trophées de Saveur de l’année, en présence 200 invités, procèdent du même objectif.

Au-delà, le combat de l’innovation, est loin d’être gagné par les industriels marocains. La concurrence a placé la barre très haut. La traditionnelle gaufrette s'encanaille déjà avec des légumes, «puisque la pâte du biscuit contient au moins 50% de purée carottes-cumin ou betterave-échalotes», explique Daniel Chagnon, DG de l’entreprise canadienne First National, présent pour la première fois au Sial de Paris. On est dans le «mélange des saveurs, goûts nouveaux» insistent de nombreux experts … Mais, les ressorts de l'innovation dans la filière alimentaire restent la santé, le bien-être, le plaisir, le naturel, le respect de l'environnement…, vous diront les plus prévoyants.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
(1) Alili, Dari Couspate, Salvema, Chamita, Tradisfood, Atlas Olive Oils et Star Olive.

Le mythe est intact

Créé en 1852 par les frères Videau, Le Bon Marché, racheté en 1984 par le groupe français LVMH, n°1 mondial du luxe, est devenu aujourd’hui «le plus grand, le plus élégant et le plus sélectif magasin de Paris».

Ses espaces contemporains, l’Entretemps, le Théâtre de la Beauté, l’Appartement de Mode, Balthazar, la Grande Epicerie de Paris, lui assurent un grand succès auprès de la clientèle sélect du monde entier. Les marques les plus exclusives et les plus chics y sont représentées. Parlant du temple parisien, Emile Zola écrit dans Au bonheur des dames, paru en 1883, c’est «une cathédrale de commerce pour un peuple de clients».

http://www.leconomiste.com/upload/article/20_103567.jpg

Bachir THIAM

hakim 2010
26/10/2010, 01h40
aprés l'offensive diplomatique pour notre sahara, voilà l'offensive économique qui aura inchaallah des retombées positives sur le pays.

Beidawi II
26/10/2010, 09h54
ne jamais trop crier victoire, mais pour nous, on se battre jusuq'a la dernière goutte de sang pour notre territoire. vive le Maroc de Tanger a laguera.

Cookies