PDA

Voir la version complète : Le projet d'une usine Renault en Algérie n'a pas encore été décidé


azouz75
27/10/2010, 13h38
La "décision définitive" d'installer une usine Renault en Algérie "n'a pas encore été prise", mais "on en discute toujo", a déclaré mercredi à l'AFP Carlos Ghosn, le président directeur exécutif de l'Alliance Renault-Nissan.


"La décision définitive (d'installer une usine Renault en Algérie) n'a pas encore été prise, mais on en débat, on en discute toujours", a indiqué M. Ghosn en marge du Forum Economique Mondial sur la région MENA, du 26 au 28 octobre à Marrakech.

"C'est une possibilité et au sein de Renault, on en discute, on en débat. Il ne s'agit donc pas d'un retard. La décision définitive n'a tout simplement pas été prise", selon M. Ghosn.

En février, le directeur général délégué de Renault Patrick Pelata avait déclaré que le constructeur automobile avait "un projet" d'usine en Algérie, en indiquant que ce n'était "pas conclu".

© AFP 27/10/2010

azouz75
27/10/2010, 14h51
qu'on se mette bien d'accord , Le PDG le précise bien:

"C'est une possibilité et au sein de Renault, on en discute, on en débat. Il ne s'agit donc pas d'un retard. La décision définitive n'a tout simplement pas été prise"


donc pas de précipitation dans les deux camp .

maroc2010
27/10/2010, 15h32
quels camps ?

mohand-ameziane
27/10/2010, 18h23
quels camps ?

question bete réponse bete

entre marocain et sahraoui

noubat
28/10/2010, 16h52
Le projet d'une usine Renault en Algérie n'a pas encore été décidé

La Roumanie, La Turquie, Le Maroc bientôt,....................


Le marché sature, la concurrence sera rude, les constructeurs asiatiques arrivent en force sur le marché.

Plus les jours passent, plus les chances de voir un jour en Algérie une usine s'amenuisent.

Pecos
28/10/2010, 16h55
Qui va doucement va surement ! piano piano;)

Black
28/10/2010, 17h18
"La décision définitive (d'installer une usine Renault en Algérie) n'a pas encore été prise, mais on en débat, on en discute toujours",


Carlos Ghosn est un malin il sait comment brosser les algériens dans le sens du poil.


Plus les jours passent, plus les chances de voir un jour en Algérie une usine s'amenuisent.


Je pense qu'il y aura une usine en Tunisie avant d'en avoir une en Algérie.

noubat
28/10/2010, 17h34
Avec Le complexe sidérurgique de Annaba l'Algérie avait posé un jalon, c'est bien dommage qu'elle n'a pas continué le développement de la métallurgie et sa diversification.

nano78
28/10/2010, 17h52
une usine reneaut en algerie je pense pas pour plusieurs raisons peux etre en tunisie c est plus faisable

Black
28/10/2010, 18h10
Oui la Tunisie est une option plus réaliste que l'Algérie.

SLOUGI
28/10/2010, 18h15
Oui la Tunisie est une option plus réaliste que l'Algérie.^

Surtout qu'ils ont l'assurance d'avoir un cadre réglementaire clair et stable pour l'investissement.

zek
28/10/2010, 18h28
La décision définitive n'a tout simplement pas été prise chez Renault car ils veulent savoir qui sera le succésseur du président Boutéflika.

noubat
28/10/2010, 18h31
La seule crainte du constructeur français, c'est que s'installe en Algérie de grands constructeurs qui viendraient contrarier les projets de Renault en Afrique.

SLOUGI
28/10/2010, 18h52
La seule crainte du constructeur français, c'est que s'installe en Algérie de grands constructeurs qui viendraient contrarier les projets de Renault en Afrique.

Dans ce cas ils peuvent être tranquilles tant qu'ils n'auront pas mis de jeunes technocrates rodés aux méthodes de management modernes.;)

jawzia
28/10/2010, 19h29
Carlos Ghosn est un malin il sait comment brosser les algériens dans le sens du poil.
Pourtant rien ne l'y oblige. Surtout s'il n'y a pas volonté de s'implanter en Algérie.

A moins que ...;)

oceon
29/10/2010, 18h03
Oui la Tunisie est une option plus réaliste que l'Algérie.

trop de renault tue renault. une grande usine au maroc est plus qu'assez pour le moment.

AARROU
29/10/2010, 20h22
Quelqu'un pourrait nous expliquer pourquoi ils ont choisi ce moment ,cette reunion au Maroc pour faire cette déclaration ?

zmigri
30/10/2010, 07h10
a indiqué M. Ghosn en marge du Forum Economique Mondial sur la région MENA, du 26 au 28 octobre à Marrakech.

le fait de dire qu'il ne viendra pas encore ressemble plutot à un footballeur professionnel qui cherche à allonger les discussions pour imposer ses conditions en vue d'un contrat.
franchement si renault ne vient pas en algerie, c'est pas une catastrophe!
Pourquoi courrir derrière un projet utopique alors qu'il ya d'autres secteurs plus interessants: electronique, services informatiques(offshoring)...

yak
30/10/2010, 14h40
Pourquoi courrir derrière un projet utopique alors qu'il ya d'autres secteurs plus interessants: electronique, services informatiques(offshoring)...


oui tu as parfaitement raison,d'ailleurs c'est ce que l'algerie est entrain de faire avec des partenaires beaucoup plus sérieux ( je ne dis pas que les français ne le sont pas de manier générale , mais quand il s'agit de l'algerie ils perdent toute crédibilité)

dans le domaine de l'aéronautique et la construction navale (militaire) avec les italiens, dans l'électronique de pointe et l'optronique avec les allemands, les coréens et les chinois.
dans l'industrie mécanique lourd et de pointe avec les allemand etc.....

noubat
30/10/2010, 15h42
L'Algérien aime les voitures; il ne faut pas que notre pays soit uniquement un pays consommateur;
le développement d'un secteur automobile en Algérie est vital, créateur d'emplois, de richesses, et si ce n'est pas avec Renault, il faut un partenariat avec d'autres groupes.

zmigri
01/11/2010, 02h51
L'Algérien aime les voitures; il ne faut pas que notre pays soit uniquement un pays consommateur;
le développement d'un secteur automobile en Algérie est vital,
oui mais il n y a pas que l'automobile! un pays comme la suisse n'a pas d'industrie automobile mais possède des multinationale dans la chimie, pharmacie et l'alimentaire. Sans compter l'horlogerie de luxe, l'industrie de précision.
A Taiwan c'est l'industrie électronique. Il faut d'abord asseoir un tissu industriel de base avant de s'aventurer dans n'inporte quel secteur industriel. Pour l'automobile c'est les équipementiers. Actuellement les grands groupes automobiles fonctionnent à flux tendu et ne produisent que 20% des composants d'un vehicule d'où la necessité d'un reseau de sous-traitants et d'equipementier avec un secteur de transport et logistique très developpé. Sommes-nous en mesure de répondre à ces impératifs?? alors passons à autre chose.:22:

samarkand777
01/11/2010, 11h10
zmigri mais le probleme c'est qu'on est pas la suisse.la suisse a de l'industrie et du savoir faire.ils peuvent se permettre d'importer les voitures.c'est 8 millions d'habitants ect

nous on sera 50 millions bientot ,on se doit d'avoir cette industrie chez nous.
si ca continue demain on importera 1 million de vehicules et l'algerie n'aura rien a gagner de ces importations.

Black
02/11/2010, 09h14
Surtout qu'ils ont l'assurance d'avoir un cadre réglementaire clair et stable pour l'investissement.

Les déboires d'Orascom vont en faire réfléchir plus d'un...


Pourtant rien ne l'y oblige. Surtout s'il n'y a pas volonté de s'implanter en Algérie.

A moins que ...;)


Rien ne l'y oblige !!!! Tu es sure de ça ? Carlos Ghosn sais flater les algériens pour assurer à Renault un débouché commerciale chez vous.

Black
02/11/2010, 09h29
Actuellement les grands groupes automobiles fonctionnent à flux tendu et ne produisent que 20% des composants d'un vehicule d'où la necessité d'un reseau de sous-traitants et d'equipementier avec un secteur de transport et logistique très developpé. Sommes-nous en mesure de répondre à ces impératifs?? alors passons à autre chose.:22:


Ce que tu décris ici est aussi valable pour d'autres secteurs de l'industrie. C'est le cas du textile, (bon nombre de composants ne sont pas fabriqués chez le même industriel), idem pour l'informatique par exemple Dell, ou Asus ne produisent pas tout les composants dont ils ont beson.

Si l'Algérie ne développe pas les outils les plus simples je pense que c'est mort d'avance.

Cookies