PDA

Voir la version complète : Alliance Alcatel-Thalès poussée par le gouvernement français


morjane
28/03/2006, 18h30
Matignon pousse au rapprochement entre Thales et Alcatel via l'apport de la division satellites d'Alcatel à Thalés si ce scénario se confirme EADS souhaiterait lui se rapprocher de Thales en apportant sa filiales Astrium à Thalés et en contrepartie obtenir une part de 15% à 20% du groupe.

====

Le gouvernement français pousse au rapprochement entre Alcatel et Thales via l'apport de la division satellites d'Alcatel à Thales, en échange de quoi Alcatel prendrait 20 à 25% du capital de Thales, indique une source proche du dossier, confirmant des informations de presse.

En ce cas, EADS souhaiterait apporter sa filiale satellites Astrium à Thales et obtenir en échange de monter à environ 15 ou 20% du groupe d'électronique de défense, précise-t-on de même source.

Actuellement, l'Etat français détient 31,3% de Thales, Alcatel 9,5%, Dassault 5,7%, les salariés 4,6% et le public 47,1%, avec 1,8% d'auto-contrôle.
Quatre administrateurs indépendants de Thales sont convoqués ce mardi pour se saisir officiellement du dossier de rapprochement avec Alcatel, selon Les Echos.

Matignon a accéléré sa pression pour un rapprochement Alcatel-Thales dans les satellites suite à l'annonce du projet de fusion entre Alcatel et le groupe américain Lucent, qui donnerait naissance au numéro deux mondial du secteur des infrastructures de télécommunications, explique cette source proche du dossier.

L'objectif du gouvernement français est de sortir de ce mariage franco-américain l'activité satellite d'Alcatel, jugée cruciale pour le secteur français de la défense.

Cependant, ce schéma donnerait au nouvel ensemble franco-américain Alcatel-Lucent une place d'actionnaire-clé dans l'électronicien de défense français, ce qui peut aussi poser des problèmes d'indépendance technologique tant du côté français qu'américain, souligne-t-on de même source.

Une autre scénario consisterait à une simple vente de la division satellites d'Alcatel à Thales, estimée à environ 1,8 milliard d'euros, sans modification du capital de Thales, mais ce n'est pas celui privilégié par Matignon, ajoute cette source.

Aucun des groupes concernés n'a commenté ces informations.

Par AFP

Cookies