PDA

Voir la version complète : Les ambitions de General Electric en Algérie


Fay-control
19/11/2010, 23h08
General Electric-Algérie - General Electric vient de mettre en place un centre de maintenance en Algérie (Algesco), un gros investissement monté en partenariat avec Sonatrach et Sonelgaz. Les prestations que fournit cet atelier incluent, entre autres, la «restauration» des équipements de turbine à gaz, et des caractéristiques physiques originales des matériaux, et l'extension de la durée de vie des composants des turbines à gaz.

Le centre couvre une palette de domaines technologiques : la compression en pipeline, l'inspection et l'intégrité des pipelines, le stockage du gaz et du CO2, le raffinage et les autres applications pétrochimiques, la télésurveillance et les diagnostics en direct du parc installé, 24h/24. Algesco emploie 170 Algériens, dont environ 90 ingénieurs confirmés.

Un vaste programme de recrutement d'ingénieurs de terrain, de managers et de techniciens sur site a également été mis en place afin d'élargir l'équipe locale de trente pour cent d'ici la fin 2011.

Depuis plus de 45 ans, GE a contribué au développement de l'industrie des hydrocarbures et électrique algérienne. Son parc installé en Algérie comprend environ 400 turbines à gaz, 340 compresseurs, 200 pompes centrifuges, 50 turbines à vapeur et 35 000 kilomètres de pipelines inspectés, tous essentiels aux exportations de gaz algérien. L'Algérie est le troisième fournisseur de gaz vers l'Europe, avec une part d'environ vingt pour cent des importations globales sur le Vieux continent.

La technologie de turbocompresseur de GE joue un rôle essentiel dans l'expansion des deux usines de production de gaz naturel liquéfié de Sonatrach, situées à Skikda et à Arzew.

General Electric est le leader mondial en matière de production d'équipements technologiques de pointe et de prestations de services spécialisés dans les domaines de l'industrie du pétrole et du gaz, du forage à la production de pétrole et de gaz, du transport et du stockage de gaz, de production de GNL, de génération industrielle d'électricité, du raffinage et de la pétrochimie. GE Oil&Gas dispose également de solutions d'inspection d'intégrité des gazoducs.

Dans le cadre de son engagement pour l'innovation technologique, GE Oil &Gas bénéficie des projets d'innovations technologiques en provenance des autres activités du groupe GE (GE Aviation et GE Médical), qui offrent ainsi à ses clients une amélioration continue de ses performances contribuant à la productivité de l'industrie pétrolière et gazière. GE est coté en Bourse.

C'est une multinationale diversifiée dans le secteur des infrastructures, de la finance et des médias ayant pour vocation de répondre aux besoins mondiaux essentiels.

Avec des services allant de l'énergie, l'eau, les transports et la santé à la banque et à l'information, GE répond aux besoins de sa clientèle dans plus de cent pays et emploie plus de 300 000 personnes dans le monde.

La cérémonie d'inauguration (organisée le jeudi 4 novembre à Boufarik) du centre de maintenance sus-évoqué est présentée comme un événement important.

Conquête progressive

Le ministre de l'Energie et des Mines, Youcef Yousfi, le P-DG de Sonatrach et celui de Sonelgaz y étaient conviés. Dans une intervention qu'il a faite à cette occasion, Nordine Cherouati a déclaré : «Je suis très heureux de voir s'ajouter à nos acquisitions technologiques et à notre patrimoine technique opérationnel, ce nouvel outil que nous partageons avec Sonelgaz et General Electric au sein de notre filiale conjointe Algesco.».

A l'évidence, le centre d'excellence, inauguré le jeudi 4 novembre, constitue une source supplémentaire de satisfaction pour Sonatrach. Nordine Cherouati remonte le temps et rappelle que «cet atelier vient concrétiser un "jalon de plus" dans le partenariat "audacieux" que nous avons lancé ensemble, il y a de cela près de vingt ans dans un domaine d'avant-garde : la maintenance et la réparation des turbines à gaz avec une première base établie en 1993 sur le champ gazier de Hassi R'mel.»

Et d'ajouter qu'il était en vérité «tout à fait prévisible» que les relations de client à fournisseur entre Sonatrach et GE devaient évoluer jusqu'à ouvrir des perspectives «sérieuses» de coopération et de partenariat fondées sur un réel transfert de technologies, à une formation de qualité de nos ressources humaines, à une réponse aux besoins de nos complexes de production et de nos systèmes de transport produits localement et à la conquête progressive dans tous ces domaines de marchés extérieurs de proximité notamment sur notre continent.

«C'est, a-t-il relevé, je crois, le chantier dont nous devrions poursuivre résolument la réalisation dans toutes ses dimensions en nous appuyant sur les acquis et les leçons de l'expérience enregistrés jusqu'ici.»

Sonatrach, ainsi que le note son P-DG, compte parmi les plus gros clients de GE au monde et ce grand groupe américain, leader mondial, fournit pratiquement 70% des turbines à gaz fonctionnant en Algérie. Sonatrach a, en outre, étendu le champ de son partenariat avec GE en investissant de concert avec Sonelgaz dans le dessalement de l'eau de mer.

Nordine Cherouati dira que nous apprécions d'autant plus positivement ce parcours que nos objectifs de développement peuvent lui offrir de nouvelles opportunités pour se prolonger, se renforcer et s'élargir pour peu que continuent à prévaloir les principes et objectifs qui ont présidé à sa naissance et que les qualités d'innovation technologique, les politiques de localisation, les actions de transfert de technologies et des connaissances et la création de capacités en Algérie continuent à être des facteurs clés de la compétitivité de GE.

Le groupe américain, de même que Sonatrach a de l'ambition pour des investissements plus étendus. Et c'est légitime. «Nos besoins sont immenses et nos attentes également, c'est là une base féconde, je pense, pour un partenariat gagnant-gagnant pour lequel nous avons de nouvelles ambitions avec notamment les opportunités que nous pouvons saisir ensemble dans le domaine de l'investissement dans la production industrielle comme par exemple la fabrication de pièces de rechange avec, pour commencer, celles les plus usitées sur les équipements d'origine GE et pour lesquelles existent à l'évidence un marché pérenne dans notre pays et des avantages concurrentiels pour leur exportation», fait savoir le P-DG de la Compagnie nationale des hydrocarbures.

Avec pour cela les encouragements et l'appui des pouvoirs publics. Les plans de développement de Sonatrach pour les années à venir continueront à se dérouler à des niveaux d'investissements élevés notamment dans l'amont pétrolier et gazier, dans les capacités d'évacuation et de transformation...et cela ne peut qu'intéresser les Américains. Sonatrach et General Electric se connaissent bien et travaillent ensemble depuis longtemps.

Et, ils sont en mesure de trouver des solutions novatrices pour défricher ensemble de nouvelles voies de coopération et de nouvelles formules de partenariat, a souhaité Cherouati.

Une priorité absolue

Nordine Bouterfa a également prononcé un discours à l'occasion de cette inauguration. Il dira en prélude : «Créée en 1993 par la volonté de Sonelgaz, Sonatrach et Général Electric, la société Algesco avait l'ambition de développer en Algérie un outil performant de maintenance, réparation et fabrication des pièces de rechange pour les turbines à gaz fournies par GE dont le parc est considéré comme le second dans le monde tant en nombre de machines que de capacités installées dans un parc de production d'un pays.»

Et, cette remarque du P-DG de Sonelgaz : «Nous avons à plusieurs occasions exprimé à GE notre satisfaction sur un certain nombre de points représentant des objectifs de la société Algesco mais nous avons également exprimé notre "insatisfaction", parce qu'on souhaitait voir GE, actionnaire majoritaire dans la société Algesco, mettre en place des programmes d'investissements plus ambitieux en mesure de permettre à cette société de prendre en charge les opérations de maintenance et de réparation des turbines à gaz dans les délais et les normes de qualité alignés aux standards internationaux d'une part et de lancer les programmes de fabrication des pièces de rechange tels qu'ils ont été initialement prévus, d'autre part.

Aussi, le centre d'excellence dont nous assistons à l'inauguration est un jalon important, juge Nordine Bouterfa. Il permettra de renforcer de façon significative les moyens d'intervention d'Algesco pour prendre en charge toutes les opérations de maintenance des turbomachines et autres équipements présents en grand nombre dans les secteurs de la production d'électricité et des hydrocarbures.»

Pour le premier responsable de Sonelgaz, le transfert du savoir-faire demeure la «priorité absolue et nous devons nous assurer que des compétences algériennes en nombre suffisant pour toutes les spécialités soient formées.» Et, d'insister, General Electric «devra mettre en place un ensemble de moyens devant permettre d'atteindre cet objectif».

Il dira par ailleurs que «cet investissement que nous accueillons avec satisfaction est inauguré dans un moment «particulier» dans la mesure où les pouvoirs publics et les entreprises économiques appartenant à l'Etat se positionnent résolument dans la promotion de moyens nationaux pour répondre aux besoins du marché algérien associé à des partenariats gagnant-gagnant avec des entreprises étrangères qui souhaitent développer leur présence dans le marché algérien.»

General Electric est comme nous le savons tous, un partenaire «historique dont l'excellence» en matière de technologie dans le domaine des turbines à gaz et autres équipements est considérée comme une «référence» dans le monde, a-t-il souligné.

C'est, conclut-il, donc «un partenaire de choix avec qui nous sommes en affaire de longue date et nous sommes convaincus que l'avenir verra notre partenariat se renforcer encore plus ».

Source: Afrique en ligne

yak
20/11/2010, 04h00
bonne continuation ;)

Cookies