PDA

Voir la version complète : Selon le Président du Mali : Les sept otages de l’Aqmi ont été dispersés.


RoboCop
21/11/2010, 10h08
Enlevés en septembre dernier au Niger par l’organisation terroriste Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), les sept otages français ont été «dispersés », selon le président du Mali, Amadou Toumani Touré, qui adhère à l’initiative algérienne d’un état major commun.

Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir) - Dans une interview accordée hier au journal Le Parisien, le président du Mali, Amadou Toumani Touré, a affirmé ignorer l’endroit exact où sont détenus les otages de l’organisation terroriste Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ainsi que les exigences des ravisseurs. Enlevés le 16 septembre dernier au Niger, ces otages sont cinq français et deux africains employés du groupe nucléaire Areva et de son sous-traitant Satom. Estimant que les conditions d’une opération militaire ne sont pas «réunies» pour pouvoir les libérer, M. Touré s’est déclaré «certain que les ravisseurs ont dispersé leurs otages en plusieurs groupes». Or, une intervention des forces spéciales «risquerait de mettre en danger la vie des otages», selon le président de la République du Mali. Certes, M. Touré n’écarte pas le recours à la négociation, malgré l’absence de contact et la multiplicité des intermédiaires. L’invité du Parisien conditionne, cependant, cette négociation par la «conjugaison d’efforts et d’initiatives de plusieurs pays et de la discrétion ». Tout en qualifiant la réputation, sur le plan militaire, de l’Aqmi de «surfaite», le président malien observe néanmoins que «la menace n’est pas seulement militaire, elle est aussi idéologique. Et là, personne n’en connaît les limites». Considérant qu’il «faut faire plus» qu’une opération militaire ponctuelle, Amadou Toumani Touré a exprimé l’adhésion de son pays à l’initiative «très importante» qui a été engagée par l’Algérie : l’installation d’un état-major commun à Tamanrasset. Cela même s’il reste, selon le président malien, à «organiser et planifier les actions militaires.

C. B.

Cookies