PDA

Voir la version complète : OMC: réunion à Rio pour débloquer les négociations


morjane
31/03/2006, 16h45
Le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) Pascal Lamy rencontre vendredi et samedi à Rio de Janeiro les représentants du Brésil, des Etats-Unis et de l'Union européenne pour tenter de débloquer avant le 30 avril le cycle de négociations commerciales de Doha.

Outre M. Lamy, la réunion rassemblera le chef de la diplomatie brésilienne Celso Amorim, le commissaire européen Peter Mandelson et le représentant américain pour le Commerce Rob Portman, les trois principaux acteurs des négociations de l'OMC.

Les négociations lancées à Doha auraient dû s'achever en 2004 et doivent impérativement être conclues cette année, avant l'expiration en 2007 du mandat de négociation simplifié donné par le Congrès à l'administration américaine.

"Je ne crois pas qu'on arrive à une décision (à Rio). Je pense que ce sera une occasion de comprendre les divergences entre les principaux protagonistes, afin de voir comment réduire ces divergences entre nous", a déclaré Peter Mandelson.

La rencontre de Rio aura un caractère "informel". Selon une source proche du ministère brésilien des Affaires étrangères, sa tenue a été décidée parce que M. Mandelson et M. Portman avaient prévu de venir au Brésil et qu'il suffisait d'inviter aussi Pascal Lamy.

Les 149 pays de l'OMC livrent une course contre la montre. Ils doivent se mettre d'accord d'ici le 30 avril sur la réduction des tarifs douaniers sur les produits industriels et agricoles.

A la mi-mars, les ministres du commerce du Groupe des Six (Australie, Inde, Brésil, Etats-Unis, Japon et Union européenne) s'étaient réunis à Londres sans faire avancer les négociations.

Les positions sont bloquées depuis la conférence ministérielle de l'OMC en décembre à Hong Kong au cours de laquelle a été décidée la suppression des subventions aux exportations agricoles avant 2013.

Le Brésil propose d'organiser un sommet des chefs d'Etat de gouvernement des pays industrialisés du G8 et émergents du G20 afin de donner une impulsion politique aux négociations. Mais cette idée a été accueillie sans enthousiasme par ses partenaires.

Le G20, conduit par le Brésil et l'Inde, demande aux pays industrialisés de réduire les subventions et les droits de douane sur les produits agricoles. En échange les pays riches réclament un meilleur accès pour leurs produits industriels et leurs services.

"Le Brésil a clairement indiqué qu'il ne céderait pas sur la question agricole et qu'il n'offrirait rien en échange, sans contrepartie en matière d'accès aux marchés", a indiqué un responsable officiel brésilien.

C'est le Brésil qui a eu l'idée de tenir cette réunion à "l'ordre du jour ouvert", a-t-il précisé. Le fait que Lamy, Mandelson et Portman aient accepté de se réunir à Rio de Janeiro "témoigne du bon vouloir de tous de respecter le délai", a souligné ce responsable.

Par AP

Cookies