PDA

Voir la version complète : L'économiste Najib Akesbi analyse l'économie marocaine


jawzia
07/12/2010, 20h10
Eminent économiste et chercheur au long cours, Najib Akesbi jette dans l’entretien suivant un intéressant éclairage sur les ressorts des avancées sectorielles accomplies.

Challenge Hebdo : Quelles sont à vos yeux les grandes réalisations de ces dix ans de règne?

Najib Akesbi : Je vous le dis comme je le pense : je ne vois rien de plus essentiel durant ces dix dernières années que la réalisation de grands chantiers, au sens «physique» du terme (autoroutes, ports, sièges d’administration…). Les réalisations à ce niveau sont incontestables, y compris dans le monde rural, dont on parle moins parce que c’est moins «visible».

On peut citer à ce titre l’électrification rurale, même s’il ne faut pas prendre pour argent comptant les chiffres mirobolants que présentent nos officiels, car il y a une différence entre l’installation de branchements à l’entrée d’un village et l’électrification effective d’un foyer (faute de moyens pour équiper l’habitation et ensuite payer la redevance…).

On peut ajouter les progrès en ce qui concerne l’accès à l’eau potable, même s’ils ne sont pas aussi probants que l’électrification. On peut encore ajouter l’extension des routes rurales, même si –selon les statistiques officielles- plus de 50% des localités rurales sont aujourd’hui encore enclavées…

C.H. : Quelles sont les zones d’ombre de ces dix ans de règne?

N.A. : Je ne parlerais pas de simples zones d’ombre mais plutôt d’échecs, car il y a des domaines où l’on stagne, et d’autres où l’on régresse. Commençons par la croissance économique et sa répartition. Notre modèle économique génère une croissance dont le niveau reste notoirement insuffisant et le cours excessivement instable, volatil, fragile, une croissance encore trop dépendante de l’agriculture, elle-même démesurément tributaire des caprices du climat…

Plus d’un demi-siècle après l’indépendance, la croissance de l’économie marocaine reste avant tout une affaire de « pluie et de beau temps » ! Pour le meilleur et pour le pire du reste, car si cette année, c’est la bonne récolte qui «sauve» l’économie, trop souvent, ces dernières années, c’est la sécheresse qui a plombé les ressorts de l’économie dans son ensemble. Cette incapacité à autonomiser l’économie des aléas de l’agriculture est en soi déjà un terrible échec. Même la fameuse -et ruineuse- « politique des barrages » n’a pas réussi à sécuriser une production agricole à la hauteur de nos besoins, et nous épargner une dépendance alimentaire de plus en plus dangereuse (nous continuons d’importer plus de la moitié de nos besoins en céréales et en sucre, plus de 90% de nos besoins en huiles de graines…).

Quant à notre industrie, elle reste «superficielle», car à très faible valeur ajoutée, donc très faible création de richesses, d’emplois, de revenus… Pour s’en tenir à quelques secteurs «phares», tels le textile-confection, ou les fruits et légumes, plus des deux tiers de la valeur exportée ont déjà été importés ! Notre «valeur ajoutée» se limitant à brader notre main d’oeuvre, notre eau ou notre soleil… Quant à la répartition des fruits de cette croissance, il suffit pour en mesurer l’extrême inégalité de prendre connaissance des dernières données de la comptabilité nationale publiées par le Haut Commissariat au Plan : on y apprend que les deux tiers de la valeur ajoutée produite vont au facteur capital (propriétaires, entrepreneurs, rentiers…), alors que seul un tiers va au facteur travail, c’est-à-dire aux salariés… Le monde à l’envers ! Car ce sont tout de même les travailleurs salariés qui produisent la plus grande part de la richesse. D’ailleurs, en France, ce même rapport est exactement l’inverse de ce qu’il est au Maroc : deux tiers pour les salariés et un tiers pour les « capitalistes ». C’est tout dire…

C.H. : Est-ce à dire que les échecs de ces dix dernières années se résument à notre croissance économique?

N.A. : Non. Dans d’autres domaines, nous avons connu une réelle régression ces dix dernières années. Je m’explique. Prenons le cas des plans de développement économique et social, disparus depuis les années 90 : nous sommes aujourd’hui dans un pays où il y a un Haut Commissariat au Plan qui fait tout sauf des plans !

En revanche, nous avons une flopée de plans sectoriels (Emergence, Azur, Maroc vert...) conçus et mis en œuvre sans aucune coordination ni vision d’ensemble… ils se déploient pourtant dans le même pays ! Ceci est une grave régression. De plus, ces plans sont généralement « commandés » à des bureaux d’études étrangers qui les réalisent en quelques semaines ou quelques mois comme on élaborerait le business plan d’une quelconque entreprise commerciale, au mépris d’une connaissance minimale de certaines réalités politiques, économiques ou sociologiques du pays…

Même au niveau de la forme (qui recouvre en fait aussi le fond), auparavant, un plan faisait l’objet de documents rédigés, argumentés, assortis de statistiques et de références permettant à celui qui veut en examiner la fiabilité de le faire «sur pièce». Aujourd’hui, le «livrable» de ces bureaux d’études se réduit à une série de diapos sur power point !!! Eh oui, allez étudier le sérieux d’une affirmation à partir d’images et de mots-clés sur une diapo ! Ceci aussi est une autre régression, non seulement parce que c’est totalement occulte, parce que cela ne permet aucun débat sérieux sur des analyses fondées, mais aussi parce que c’est sur des bases aussi fragiles (voire quelquefois farfelues…) que l’on va asseoir les choix et les stratégies qui vont déterminer l’avenir de tout le pays !

Le Plan Maroc vert est à cet égard édifiant, car outre des erreurs et des contresens grossiers, on y développe des «analyses» à l’emporte-pièce qui témoignent d’une légèreté et d’une singulière méconnaissance des réalités de l’agriculture et du monde rural au Maroc… Auparavant, un plan une fois achevé était présenté et discuté dans le cadre du Conseil supérieur du plan, puis au Parlement. Même s’il ne s’agit pas de surévaluer ces instances, c’était tout de même l’occasion d’ouvrir un débat national sur les grands choix de politique économique et sociale. Aujourd’hui, ces «documents diapos» sortent des bureaux d’études pour aller directement dans les ministères et commencer à être mis en oeuvre… Encore une terrible régression, du point de vue des règles les plus élémentaires du fonctionnement démocratique des institutions…

Le Makhzen économique, qui a certes existé avant 1999 est, depuis, encore plus vorace que jamais. Jamais la logique de l’accaparement de gains économiques à partir de positions politiques n’a été poussée aussi loin. Jamais l’ONA n’a été aussi puissante et les cas de « conflit d’intérêts » aussi nombreux.

A titre de simples exemples, je peux rappeler les opérations (ou les «coups »…): SNI, Cosumar, Attijari WafaBank, Wana , Addoha – Zoo de Rabat, Lesieur / Savola, Centrale Laitère / Copag, prolongation de la défiscalisation du secteur agricole jusqu’en 2014… Le dénominateur commun à toutes ces «affaires » (et bien d’autres…) est le recours au pouvoir politique pour obtenir un privilège, accumuler des gains, et si nécessaire mettre au pas un concurrent gênant, et ce au mépris des règles les plus élémentaires d’une économie de marché… Particulièrement significatif dans un tel contexte est le fait que, aussitôt créé, le Conseil de la concurrence ait été mis en sommeil profond (comment aurait-il pu avaler de telles couleuvres et rester un tant soit peu crédible ?). Ce Conseil vient d’être ranimé, mais son propre président avoue qu’il n’a aucune des prérogatives nécessaires pour s’acquitter correctement de ses fonctions. C’est dire que le Makhzen économique et plus généralement l’économie de rente ont encore de beaux jours devant eux. Et j’ajouterais que rarement le décalage n’a été aussi flagrant entre le discours sur le libéralisme, les vertus du marché, et les faits qui eux relèvent de pratiques quasi-féodales.

C.H. : Que voulez-vous dire par là ?

N.A. : Dans les pays développés, quand on privatise ou qu’on libéralise un secteur stratégique, on met aussitôt en place des instruments de régulation suffisamment crédibles et indépendants pour représenter une vraie «autorité» capable de discipliner les excès du marché et du secteur privé. Chez nous, on privatise, on libéralise, puis on crée des instances dites de régulation totalement dépendantes du pouvoir politique ! On chante les vertus de la concurrence mais on maintient encore des secteurs aussi névralgiques que le transport terrestre des personnes ou les marchés de gros des fruits et légumes totalement fermés, accessibles uniquement avec des «agréments» obtenus en fonction de sa proximité avec les cercles du pouvoir !

On claironne la nécessaire «sanction du marché» mais quand un journal pro-makhzen est en quasi-faillite faute de lecteurs pour l’acheter, on fait appel à la CDG (garante entre autres de l’épargne des salariés !) pour renflouer l’entreprise moribonde, au moment où d’autres organes de presse, moins dociles, sont trainés devant les tribunaux et accablés d’amendes taillées sur mesure pour les acculer à mettre la clé sous le paillasson… On pourrait allonger cette liste à loisir. Même s’il reste encore beaucoup de choses à dire, et si je dois me limiter à un seul autre problème, j’évoquerai celui des accords de libre-échange. Je l’ai dit quand ils ont été signés, et maintenant c’est le très royal « IRES » qui le dit, naturellement dans les termes qui sont les siens : ces accords ont été une erreur qui pourrait être lourde de conséquence, à moins d’être renégociés. Nos gouvernements ont fait preuve en la matière d’une incroyable légèreté, en prenant des engagements qu’ils savaient parfaitement notre économie incapable d’assumer, de sorte qu’au moment où nous sommes dans l’incapacité de profiter des «avantages» qui nous ont été accordés, nos partenaires eux le sont parfaitement, pour les avantages que nous leur avons accordés… Le résultat tangible pour le moment est un creusement abyssal de notre déficit du commerce extérieur.

C.H. : Il n’y a vraiment rien de positif, sur le plan économique, qui se soit passé durant ces dix dernières années?

N.A. : Si. Le rapport du cinquantenaire a marqué à mon avis un moment fort et émis des messages puissants, pour des réformes majeures. Il aurait pu être saisi pour engager un débat national sur ces véritables réformes qui ne sont pas qu’économiques et sociales, mais avant tout politiques. Malheureusement, une fois de plus, ce rendez-vous a été manqué. Non seulement le débat n’a pas eu lieu, quand il n’a pas été récupéré par les thuriféraires du makhzen pour le glorifier encore plus. Non seulement ses recommandations sont restées lettres mortes, mais le plus grave est que dans certains cas, on a fait exactement le contraire de ce qui était recommandé…

jawzia
07/12/2010, 20h11
C.H. : Par exemple ?
N.A. : La fiscalisation de l’agriculture. Le rapport du cinquantenaire était parvenu à la conclusion que cette défiscalisation comporte plus d’inconvénients que d’avantages, et qu’il fallait donc la supprimer, pour remettre le secteur dans le cadre du droit commun. Or, au cours de l’été dernier, il a suffi d’un discours royal pour prolonger cette défiscalisation jusqu’en 2014… Le gouvernement et le parlement ont dû s’exécuter par la suite, et traduire cette décision royale dans la loi de finances pour 2009. Une telle décision se passe de tout commentaire, à moins d’être à elle seule celle qui résume finalement assez bien le mode de gouvernance développé depuis dix ans dans ce pays…

C.H. : Que pensez-vous des gouvernements qui se sont succédé depuis 1999?
N.A. : Nous sommes dans un pays où c’est le Roi qui gouverne, non le gouvernement… Celui-ci, comme son Premier ministre l’a affirmé fièrement, n’a pour seul programme que celui du Roi. C’est donc ce dernier qui devrait être comptable des politiques conduites par lui et en son nom. Le problème est que nous sommes aussi dans un pays où le Roi n’est comptable devant personne et n’a de comptes à rendre à personne. Et tant que nous en resterons là, notre pays ne réussira ni à être démocratique, ni développé.


challenge.ma

Pihman
07/12/2010, 20h25
l'avantage des plans sectoriels est justement d'être expéditifs au risque de se tromper et de faire fausse route

Par contre ce que préconise H Akesbi est l'opposé, c'est à dire des plans ayant plus une connotation politiquee qu'économique ce qui conduit et cee qui a conduit pendant des decennies a des plans et des contre plans et des discussion byzantines a ne plus en finir

le pouvoir politique a préféré pour éviter le griefs des opposants de ne pas reformer en profondeur


En agriculture par exemple il y a eu le plan sucrier, le plan laitier, le plan viandes rouges etc.....
sans resultat tangible

Le pouvoir a voulu jouer sur les plates bandes de lopposition en adoptant la réforme agraire des années 70 ce fut un echec et une perte importante du capital en agriculture

Maintenant avec la location des terres agricoles, on essai de se rattrapoer en ouvrant l'espace agricole au grand capital

Akesbi est un gauchiste nostalgique des années 60 et 70

il est toujours adepte de l'autosuffisance alimentaire alors que le pays a triplé de population et a perdu en SAU sous la pression de l'urbanisation et de la desertification

il y a des choix a faire cetainement pas ceux d'un passé lointain

Maghreb-United
07/12/2010, 20h30
Publié le Samedi, 01 Août 2009

jawzia
07/12/2010, 20h44
Akesbi est un gauchiste nostalgique des années 60 et 70
On sait que vous ne passerez jamais vos vacances avec N. Akesbi. Là n'est pas le plus important.

C'est les arguments qu'il avance qui seraient sujet à débat (plutôt que sa personne)
l'avantage des plans sectoriels est justement d'être expéditifs au risque de se tromper et de faire fausse route
Il faudrait (pour un minimum de cohérence) supprimer toutes les institutions démocratiques, les partis politiques, les associations à caractère professionnelles, les syndicats .... et accélérer ce qui est déjà expéditif.

Je suppose que les ALE ont obéit au schéma expéditif préconisé avec les résultats observés.

Mode opératoire des plans expéditifs :

En revanche, nous avons une flopée de plans sectoriels (Emergence, Azur, Maroc vert...) conçus et mis en œuvre sans aucune coordination ni vision d’ensemble… ils se déploient pourtant dans le même pays ! Ceci est une grave régression. De plus, ces plans sont généralement « commandés » à des bureaux d’études étrangers qui les réalisent en quelques semaines ou quelques mois comme on élaborerait le business plan d’une quelconque entreprise commerciale, au mépris d’une connaissance minimale de certaines réalités politiques, économiques ou sociologiques du pays…

Même au niveau de la forme (qui recouvre en fait aussi le fond), auparavant, un plan faisait l’objet de documents rédigés, argumentés, assortis de statistiques et de références permettant à celui qui veut en examiner la fiabilité de le faire «sur pièce». Aujourd’hui, le «livrable» de ces bureaux d’études se réduit à une série de diapos sur power point !!! Eh oui, allez étudier le sérieux d’une affirmation à partir d’images et de mots-clés sur une diapo ! Ceci aussi est une autre régression, non seulement parce que c’est totalement occulte, parce que cela ne permet aucun débat sérieux sur des analyses fondées, mais aussi parce que c’est sur des bases aussi fragiles (voire quelque fois farfelues…) que l’on va asseoir les choix et les stratégies qui vont déterminer l’avenir de tout le pays !

atlante
07/12/2010, 21h05
Je suis contre la fin des plan sectoriel.....ca sera une grave erreur.

Politiser les chantier de développement c'est une régression.

Les entreprise marocaine commence a reprendre le grand chantier , la base naval de ksar sghir a été construite par la SOMAGEC....la central hybride de jorf lasfar c'est bel et bien une entreprise marocaine qui a gagné le marché.

Maintenant , un peu de transparence ne fera de mal a personne.

mais ca commence a venir.

Tems
07/12/2010, 21h07
exacte atlante politisé l’économie marocaine s'aura une très grande erreur , d'ailleurs m6 ne va lâché l'affaire et continuer !!

arazigh
07/12/2010, 23h25
Publié le Samedi, 01 Août 2009

Il me semble que c'est plus vieux que ça ...

oukil salah
07/12/2010, 23h46
Même la fameuse -et ruineuse- « politique des barrages » n’a pas réussi à sécuriser une production agricole à la hauteur de nos besoins,
la fameuse -et ruineuse- « politique des barrages » :
donc on les dynamite alors ;c est ce qu il veut ce monsieur

Notre «valeur ajoutée» se limitant à brader notre main d’oeuvre, notre eau ou notre soleil… tu as une autre alternative ;toi l intelligent

ce monsieur est un attardé



c est un vrai economiste lui
il ne suffit pas d avoir un diplome dans une branche quelconque
et venir donner des leçons

Nazim85
08/12/2010, 00h18
L'économiste Najib Akesbi analyse l'économie marocaine

Je suis heureux d'apprendre qu'il existe une économie marocaine.Je lis donc l'article et une fois au bout de ma lecture, il me vient juste un sentiment de sympathie (au sens français du terme) à l'égard de ce M.Nadjib Akesbi et une pensée de sympathy (au sens anglais= compassion et condoléances) pour «l'économie marocaine».

casacapital
08/12/2010, 00h24
il ya du vari dans ce que dit akesbi, la legerté avec laquelle on a negocié les ALE, la non coordination entre les differents plan... mais la demarche taxé dexpeditive produit des resultat tt de mme, on perd moins de temps et de moyen a palabrer et on concretise plus rapidement, les mises en chantier programmé par letat sont toutes realisées

quand il critique le plan maroc vert par exemple, lun des pilliers de ce plan est de rationaliser la production, culltiver dans des zones les plantes qui vont donner un meilleur rendement, favoriser les cultures qui produisent le plus de revenus, abandonner lagricukture parcellaire... jusqu'a present on pouvait retrouver certaines cultures dans des zones inapropriés, un gaspillage de terre et de moyens, egalement lautre apport de ceplan est la production de données techniques sur les sols, les variétés cultivés et surtout un travail de sensibilisation et deducation technique des agriculteurs, les subventions pour la mecanisation,

je me fiche de savoir si ca a été fait en .ppt ou en .doc
ce qui compte c'est qu'in finé ce plan permettera daugmenter la production national et dameliorer les revenus des agriculteurs. pareil pour les autres plan qui ne sont pas tous parfaits mais dans leffet global est positif.

akesbi economiste zaama a oublié de preciser que la repartition du revenu et avant tt dicté par la niveau de progrés technique, facteur A de solow et que dans un pays ou il ya un bon paquet danalphabete il est tout a fait normal de mieux retribuer le capital... leducation ca c'est un vrai echec!!!

mohand-ameziane
08/12/2010, 00h26
la fameuse -et ruineuse- « politique des barrages » :
donc on les dynamite alors ;c est ce qu il veut ce monsieur


Citation:
Notre «valeur ajoutée» se limitant à brader notre main d’oeuvre, notre eau ou notre soleil…
tu as une autre alternative ;toi l intelligent

ce monsieur est un attardé



c est un vrai economiste lui
il ne suffit pas d avoir un diplome dans une branche quelconque
et venir donner des leçons


biensur que non,c'est toi qui lui va donner des leçons,c'est à peine si tu arrives à aligner une phrase complete et c'est lui l'attardé

oukil salah
08/12/2010, 10h11
biensur que non,c'est toi qui lui va donner des leçons,c'est à peine si tu arrives à aligner une phrase complete et c'est lui l'attardé


ce monsieur est un anti maroc
il denigre tout
pour lui rien n est fait
meme etant aveugle tu peux le voir


Le Makhzen économique, qui a certes existé avant 1999 est, depuis, encore plus vorace que jamais.

comme tous les innemis du maroc
Le Makhzen lui fait mal ;c est tant mieux

jawzia
08/12/2010, 10h42
LeMakhzen lui fait mal
A juste titre (au vu des arguments avancés) !
Le Makhzen économique, qui a certes existé avant 1999 est, depuis, encore plus vorace que jamais. Jamais la logique de l’accaparement de gains économiques à partir de positions politiques n’a été poussée aussi loin. Jamais l’ONA n’a été aussi puissante et les cas de « conflit d’intérêts » aussi nombreux.

A titre de simples exemples, je peux rappeler les opérations (ou les «coups »…):


SNI,
Cosumar,
Attijari WafaBank,
Wana ,
Addoha –
Zoo de Rabat,
Lesieur / Savola,
Centrale Laitère / Copag,
prolongation de la défiscalisation du secteur agricole jusqu’en 2014…


Le dénominateur commun à toutes ces «affaires » (et bien d’autres…) est le recours au pouvoir politique pour obtenir un privilège, accumuler des gains, et si nécessaire mettre au pas un concurrent gênant, et ce au mépris des règles les plus élémentaires d’une économie de marché…

Particulièrement significatif dans un tel contexte est le fait que, aussitôt créé, le Conseil de la concurrence ait été mis en sommeil profond (comment aurait-il pu avaler de telles couleuvres et rester un tant soit peu crédible ?). Ce Conseil vient d’être ranimé, mais son propre président avoue qu’il n’a aucune des prérogatives nécessaires pour s’acquitter correctement de ses fonctions.

C’est dire que le Makhzen économique et plus généralement l’économie de rente ont encore de beaux jours devant eux. Et j’ajouterais que rarement le décalage n’a été aussi flagrant entre le discours sur le libéralisme, les vertus du marché, et les faits qui eux relèvent de pratiques quasi-féodales.

oukil salah
08/12/2010, 11h23
A juste titre (au vu des arguments avancés) !

il peut avancer ce qu il veut
les marocains ne sont pas dupes
il ne fait qu étaler sa haine; c est flagrant

riati
08/12/2010, 11h33
Critiquer les plans sectorielles, c'est critiquer le mobilisme.

A quoi bon sert de discuter et rediscuter de l'élargissement de la filière oléoculture? ou à saisir l'opportunité des centres d'appel? ou alors à saisir les opportunités liés à la conjoncture du monde de la mécanique?

La ruineuse politique des barrages? je me demande ce que propose Mr. Akesbi pour un pays ou la pluviométrie est très aléatoire.
Dois-je rappeler à Mr. Akesbi que grace à ces barrages, on a pu limiter l'impact des innondations, notamment dans le Gharb, le Sous et la Chaouia ..
C'est bien de penser efficacité et de dire que le choix de la tomate ou des oranges n'étaient pas pertinents .. mais je propose à Mr. Akesbi de remonter si peu l'histoire est remarquer la galère des Gharbaouis avant qu'on construise ce grand barrage qu'est Al wahda.


Voilà les deux points ou je ne partage absolument pas la vision de Mr. Akesbi. Pour le reste, je le rejoins totalement sur le conflit de pouvoir économique qui fait que le roi se retrouve privilégié sur tous les secteur.

jawzia
08/12/2010, 11h34
il peut avancer ce qu il veut
On devrait naturaliser Akesbi au prochain .... Mercato.:lol:

Dans un environnement "économiquement analphabète" (dixit Akesbi), il prêche en plein désert !

oukil salah
08/12/2010, 11h49
Dans un environnement "économiquement analphabète" (dixit Akesbi), il prêche en plein désert !

il dit ce qu il veut je t ai dit
les faits sont là
l economie marocaine se liberalise ;et dans le bon sens
l etat intervient de moins en moins laissant le marché faire tout seul

alors pourquoi cette recompense ?
Salaheddine Mezouar a reçu le Prix 2010 du ministre des Finances 2010

absent
08/12/2010, 11h53
Je vous le dis comme je le pense : je ne vois rien de plus essentiel durant ces dix dernières années que la réalisation de grands chantiers, au sens «physique» du terme (autoroutes, ports, sièges d’administration…). Les réalisations à ce niveau sont incontestables, y compris dans le monde rural, dont on parle moins parce que c’est moins «visible».


ça résume un peu la situation ...

oukil salah
08/12/2010, 12h04
Je vous le dis comme je le pense : je ne vois rien de plus essentiel durant ces dix dernières années que la réalisation de grands chantiers,

encore une fois ;puisqu il vous plait ce monsieur

parmi ces grands chantiers,il y a
tanger med (le grand port qui fait mal à l espagne)
on le ferme alors

puisqu il nous dit aussi que les barrages est une perte d argent
on va les dynamiter pour lui faire plaisr

absent
08/12/2010, 12h32
oukil salah, tu ne sais pas lire ou quoi ? le monsieur dit :

rien de plus essentiel


puisqu il nous dit aussi que les barrages est une perte d argent
on va les dynamiter pour lui faire plaisr

là aussi, il dit que c'est insuffisant, parce que l'agriculture dépend toujours des changements climatiques ...

encore une fois ;puisqu il vous plait ce monsieur


je suis assez d'accord avec son constat, en dehors de l'investissement public et le tourisme, c'est l'echec total, le Maroc n'essaie pas vraiment de s'industrialiser, de moderniser son agriculture, de construire une économie solide ... à défaut de diversifier l'économie il diversifie les exportations pour réduire le déficit commercial, mais là aussi c'est l'échec, le déficit n'arrête pas de se creuser ...

KimiHD
08/12/2010, 12h44
A part quelques point ou je suis pas d'accord avec ce monsieur notament en ce qui conserne la politique des barrages, je trouve qu'il dit des choses vrai en somme

ps: pour nos amis algeriens qui aiment dénigrer, je vous rappel que cette médiocre économie qu'est l'économie marocaine est a des années lumières de la votre basé sur les hydrocarbures

absent
08/12/2010, 12h50
ps: pour nos amis algeriens qui aiment dénigrer, je vous rappel que cette médiocre économie qu'est l'économie marocaine est a des années lumières de la votre basé sur les hydrocarbures


personne n'a dénigré ... toi si

oukil salah
08/12/2010, 13h02
N.A. : Je ne parlerais pas de simples zones d’ombre mais plutôt d’échecs, car il y a des domaines où l’on stagne, et d’autres où l’on régresse.


échecs
stagnation
régression
ça resume la mentalité de ce monsieur

rien de positif
si ça le conforte pourquoi pas

Cookies