PDA

Voir la version complète : Ferroviaire : la Chine va investir jusqu'à 450 milliards d'euros d'ici 5 ans


zek
08/12/2010, 18h41
Selon le China Securities Journal, la Chine prévoit d'investir entre 340 et 450 milliards d'euros dans son réseau ferroviaire à grande vitesse de 2011 à 2015.

La course au réseau de trains à grande vitesse en Chine va prendre une tournure d'autant plus acharnée que le pays a prévu d'investir autour de 400 milliards d'euros dans ses lignes à grande vitesse d'ici à cinq ans. Le China Securities Journal, qui cite des sources anonymes, indique en effet ce mercredi une fourchette comprise entre 340 et 450 milliards d'euros entre 2011 et 2015.

Une informations qui sera confirmée l'année prochaine, quand le ministère chinois du transport ferroviaire livrera ses plans définitifs de développement du secteur ferroviaire.

Un chantier gigantesque

Les géants historiques du secteur -le français Alstom, l'allemand Siemens, le japonais Hitachi-Kawasaki, le chinois CNR et le canadien Bombardier - se bousculent déjà pour conquérir les marchés des pays émergents. Chine en tête, le marché est immense: à l'horizon 2015, le pays comptera 25.000 kilomètres de réseaux de chemins de fer pour la seule grande vitesse. Et en 2020, Pékin ambitionne de disposer de 50.000 kilomètres de TGV, et de 120.000 kilomètres de lignes au total. Actuellement, il y a environ 86.000 kilomètres de lignes de trains, dont 7500 kilomètres environ de lignes de TGV. Soit, déjà, le plus grand réseau TGV au monde.

Un contrat phare pour Alstom...

Hier, mardi, Alstom a signé à Pékin un accord de coopération stratégique à long terme avec le ministère chinois des chemins de fer. Le groupe a enfin mis le pied dans le premier marché ferroviaire du monde.

Reste à Patrick Kron, son PDG, à transformer l'essai en concrétisant cette coopération en véritables contrats. Même si cette annonce a été largement saluée sur le marché boursier (les actions Alstom ont bondi de 4,51% et poursuivent en hausse de 1,7% ce mercredi dans un marché pourtant en baisse), aucun détail sur le projet ni chiffre n'a été communiqué.

... qui se garde ses meilleures technologies

Le partenariat Chine/Alstom témoigne d'une avancée surtout symbolique de la part de la branche Transport du groupe français, qui a jusque là préféré renoncer à vendre à la Chine certains de ses produits pour éviter des transferts de technologie.

Sur ce coup là, Alstom estime que la Chine dispose déjà de connaissances technologiques «avancées»: rappelons que, forte des technologies allemandes et japonaises, la Chine peut se vanter d'avoir pu atteindre la vitesse de 486 km/h pour ses TGV chinois.

L'idée est donc désormais de se focaliser sur le «travailler ensemble». Alstom a précisé ce matin su BFM qu'il gardait pour lui ses connaissances dans les domaines les plus pointus.

Marine Rabreau
Le Figaro

Cookies