PDA

Voir la version complète : Les Tunisiens envahissent les marchés


zek
03/04/2006, 01h32
Bonsoir, avant c'était les Algériens qui faisaient leurs marchés en Tunisie maintenant c'est les Tunisiens qui viennent en masse faire leurs emplettes en Algérie, nous attendons l'ouverture des frontières à l'ouest pour que les Marocains viennent faire leurs courses chez nous. :)
-----------------------------------------------------------------------
Les marchés hebdomadaires des agglomérations situées sur la bande frontalière algéro-tunisienne sont inondés, chaque jour de marché, par des Tunisiens venant de Tabarka, Aïn Draham, Fernana, Ouchtata, Gardimaou et Jendouba. Cet engouement pour les marchés hebdomadaires est dicté par la chute qu’a connue, ces derniers mois, le dinar tunisien, une dévaluation opérée depuis le mois de novembre dernier. Selon nos interlocuteurs, plusieurs Tunisiens affluent vers les marchés hebdomadaires d’El-Kala, Aïn El-Assel, Aïn Kerma, Bouhadjar, pour faire leurs achats, car leurs emplettes hebdomadaires leur reviennent moins chères. L’on apprend que mêmes les marchés hebdomadaires de Boutheldja et de Ben M’hidi, situés à 80 km de la frontière, n’échappent pas en ce moment à cette fièvre ayant pris nos voisins tunisiens. En effet, les produits électroniques, démodulateurs, téléviseurs, appareils électroménagers achetés de nos magasins sont moins chers de plus de 30%.

Le dinar tunisien qui s’échangeait au mois d’octobre contre 70 dinars algériens est cédé depuis 2 mois à moins de 55 dinars, nous apprennent les interlocuteurs venus de Tabarka pour faire leurs emplettes quotidiennes. Cette baisse vertigineuse du dinar tunisien est dictée par la baisse de l’euro qui a connu, lui aussi, une dégringolade sur la marché parallèle. Les statistiques fournies, au niveau des deux postes de douane d’Oum Teboul et d’El-Ayoun, font état d’une baisse vertigineuse d’Algériens se rendant à Babouch, Aïn Draham ou Tabarka pour faire des achats. Par contre, l’on enregistre, chaque semaine, de nombreuses entrées de Tunisiens.
Cette fièvre acheteuse des Tunisiens de produits algériens a engendré au niveau de ces localités des hausses inattendues. Ainsi, les légumes ont connu des surcoûts de 40%, le sucre à 70 dinars au lieu de 45, quant aux appareils électroménagers, ils sont intouchables en cette période.
http://www.liberte-************/edit.php?id=55317

Cookies