PDA

Voir la version complète : Gazoduc Medgaz : Mise en service commerciale début 2011 confirmée


jawzia
28/12/2010, 22h24
Gazoduc Medgaz : Mise en service commerciale début 2011 confirmée
PUBLIE LE : 28-12-2010 | 20:45

Pour accélérer cette mise en service, la Banque européenne d’investissement a accordé un crédit de 500 M€ à ce gazoduc d’un milliard d’euros, qui relie l'Algérie à l'Espagne.


Pour accélérer cette mise en service, la Banque européenne d’investissement a accordé un crédit de 500 M€ à ce gazoduc d’un milliard d’euros, qui relie l'Algérie à l'Espagne.

Pas moins de 500 millions d’euros, tel est le montant du plus gros prêt accordé par la Banque européenne d'investissement jamais concédé à ce jour en matière d'énergie. Cela concerne l’accélération de la mise en service du gazoduc sous-marin Medgaz qui va relier, dès 2011, l'Algérie à l'Espagne.
Medgaz, consortium composé de Sonatrach (36%), Iberdrola (20%), Cepsa (20%), Endesa (12%) et GDF Suez (12%), construit un gazoduc sous-marin de 210 km entre Beni Saf (Algérie) et Almeria (Espagne). Un terminal de réception, côté espagnol, et une station de compression (99 MW) côté algérien complètent ce projet. La totalité du projet représente 1.050 km (dont 550 en Algérie et 210 en mer). Ce gazoduc sous-marin approvisionnera le marché européen en gaz naturel et permettra un prix plus compétitif pour les Espagnols tout en renforçant la sécurité énergétique de l'Europe.

La mise en service prochaine, permettra d’augmenter les exportations gazières algériennes, de sécuriser l'approvisionnement de l'Europe en gaz naturel et satisfaire l'accroissement de la demande européenne pour cette énergie.

Il faut dire que le Vieux continent, qui se retrouve otage, chaque hiver, d'un conflit entre la Russie et l'Ukraine sur le gaz, cherche à diversifier ses fournisseurs. D'un diamètre de 60,96 cm (24 pouces), il bénéficiera d'une capacité de 8 milliards de mètres cubes par an. Le projet total est estimé à 1 milliard d’euros.

Il devrait normalement être opérationnel vers la fin de l’année en cours, mais après une succession de reports, la mise en service commerciale a été confirmée pour le début 2011 lors de la signature du prêt à Madrid. 78L'idée de construire un gazoduc entre les deux pays est née dans les années 1970 mais n'a vraiment pris corps qu'en août 2000 avec la signature d'un protocole d'accord entre la Sonatrach et la Cepsa puis la création en février 2001 de la Sociedad para el Estudio y Promocion del Gasoducto Argelia-Europa via Espana SA dont le nom commercial est Medgaz.

Par ailleurs, le Medgaz a été approuvé par la Commission européenne en 2003, comme projet d'intérêt commun dans les réseaux transeuropéens du secteur de l'énergie, tout comme il a été retenu dans le programme Quick Start, de sa mise en service immédiate par la Commission européenne.
Des campagnes d'études très poussées ont été menées afin de choisir le meilleur tracé sous-marin pour le Medgaz. C'est la commune de Beni Saf, wilaya de Aïn Témouchent, qui a été choisie pour servir de terminal départ du gazoduc Medgaz. Les travaux de pose de la canalisation sous-marine et de construction des installations ont démarré en fin 2007.

Il y a lieu de rappeler que pour renforcer le développement du transport à l’international, Sonatrach a inscrit dans son programme deux autres grands projets de gazoducs. Il s’agit du Galsi qui devrait relier l’Algérie directement vers l’Italie, d’une capacité de 8 milliards de m3/an, dont l’entrée en service est prévue pour 2015, et du fameux projet de Trans-Sahara Gas Pipeline (TSGP) devant relier le Nigeria à l’Algérie via le Niger vers l’Europe, à d’une capacité de 20 à 30 milliards de m3/an. Son entrée en service est prévue, elle aussi, à l’horizon 2015.

Sonatrach est partenaire également dans le segment transport de gaz et liquides des champs de Camisea au Pérou en Amérique latine avec une prise de participation à hauteur de 21,8 % dans la société Transportadora de Gas Del Peru (TGP).

L’objectif de Sonatrach à travers cette implantation à l’international est d’acquérir de nouvelles réserves à travers le monde avec l’ambition que 30 % de sa production proviennent de l’extérieur dans les prochaines années.
Enfin, il est utile de signaler que l'Algérie est un grand fournisseur de gaz naturel. Ses réserves prouvées sont estimées à 4.500 milliards de mètres cubes. Au vu de la croissante demande de l'Union européenne, les objectifs d'exportation de l'Algérie concernant cette source d'énergie à l'horizon 2020 ont été fixés à 100 milliards de mètres cubes.

Amel Zemouri
El Moudjahid

TAGHITI
28/12/2010, 22h51
est ce que c est une alternative á long terme transmaghrébin, vous savez celui qui traverse le Maroc ? ou c est la demande qui l exige?
que deviendrait la ligne qui traverse le Maroc?

jawzia
28/12/2010, 22h55
que deviendrait la ligne qui traverse le Maroc?
Une voie auxiliaire !

TAGHITI
28/12/2010, 23h03
Une voie auxiliaire !

dommage, surtout pour le developpement dans la région et l intergration intermaghrébine

Yakouren
28/12/2010, 23h10
Voilà une très bonne chose, Medgaz accentue la liberté de l'Algerie, elle pourra eviter tout chantage ou préssion venant du Maroc.

amicalement
29/12/2010, 08h16
l'objectif etant d'augmenter l'exportation vers l'espagne et le sud de l'europe, ce gazoduc travaillera en parallele avec l'ancien.

TAGHITI
29/12/2010, 10h56
l'objectif etant d'augmenter l'exportation vers l'espagne et le sud de l'europe, ce gazoduc travaillera en parallele avec l'ancien.

ca me parait plus plausible et plus convaincant!d autant plus que le nouveau gazoduc est plus sécurisé, plus performant et probablement plus rentable !

Tamedit n-was
29/12/2010, 11h02
très bonne nouvelle pour l'Algérie :razz:

http://www.sonatrach-dz.com/images/photos/filiales/internationales/medgaz.jpg

Cell
29/12/2010, 11h18
d autant plus que le nouveau gazoduc est plus sécurisé

pas sur , le gazoduc git à 2000 m de profondeur sur 210 km de ditance .

l'ancien n'était qu'à 1000 m sur seulement 14 km .


plus performant

ca reste à prouver .

et probablement plus rentable !

c'est un critère intimement relié aux deux premiers , si le gazoduc a couté plus cher que son précédent qui passe par le maroc , il faudra fatalement plus de temps pour l'amortir .

sauf bien sur si la russie plante les pays européens et que l'algérie fournisse toute l'europe.


l'objectif etant d'augmenter l'exportation vers l'espagne et le sud de l'europe, ce gazoduc travaillera en parallele avec l'ancien.

faut pas se faire d'illusions , ce Gazoduc a été construit pour enlever une carte de la main du maroc , une carte qu'il n'a dailleurs jamais utilisé jusqu'à présent . autant l'algérie que l'espagne avait intérêt à le faire , c'est ce qui explique le choix technique complétement loufoque .....

mehdoche
29/12/2010, 11h26
Ce nouveau gazoduc n'est pas là pour concurrencer l'autre. Il fait partie d'une stratégie globale de l'Algérie pour 3 raisons :
1. prouver aux européens que l'Algerie fait des efforts d'investissement pour lui fournir du gaz (même s'il n'est pas le seul investisseur dans ce projet)
2. montrer que l'Algerie peut devenir un partenaire priviligié dans la fourniture en gaz
3. concurrencer la Russie

Cookies