PDA

Voir la version complète : Chasseur de cinquième génération : version chinoise


absent
06/01/2011, 01h51
RIA Novosti

La Chine a lancé les essais de son propre chasseur de cinquième génération : telle est la conclusion des experts et des amateurs qui ont pris connaissance de photos floues du nouvel avion de chasse chinois (china-defense...) prises sur la voie de roulage. L’avion, habituellement désigné comme J-20, est censé concurrencer l’américain F-22 et le russe T-50. A quel point la Chine est-elle prête à construire son propre avion de combat de cinquième génération ? Que peut-on dire actuellement de l’appareil chinois ?

L’avion est déjà largement qualifié de croisement des projets russe et américain de chasseur de cinquième génération, même si la réalité est plus complexe. Au cours des 20 dernières années, la Chine a créé des avions de combat en coopération étroite avec la Russie. En l’occurrence, il s’agit donc d’une tentative de créer un appareil original en utilisant le savoir-faire issu de cette coopération plutôt que de combiner des solutions technologiques empruntées.

Le succès du nouvel avion chinois dépendra de plusieurs facteurs, dont voici les éléments-clefs :

Le moteur

On ignore tout du moteur dont l’avion chinois est équipé. On estime que l’appareil produit en série sera propulsé par le moteur prometteur WS-15 développant une pousée de plus de 18.000 kilogrammes-force, toutefois ces moteurs n’ont pas dépassé le stade de projet. Qui plus est, la Chine n’a toujours pas réussi à copier et à lancer la fabrication indépendante des moteurs AL-31F qui remontent au début des années 1980 et qui équipent les avions russes Soukhoï Su-27 et leurs différentes versions. Les moteurs pour les Soukhoï de fabrication chinois sont livrés par la Russie en kit, et les Chinois ne font que les assembler et les ajuster.

Les moteurs russes sont également utilisés pour les chasseurs J-10. Le WS-10 chinois, équivalent du russe AL-31F, n’a toujours pas réussi à égaler son prototype soviétique en termes de longévité.

Les matériaux

La question des matériaux est tout aussi cruciale. L’une des particularités des chasseurs de cinquième génération est leur faible signature radar, inaccessible sans l’utilisation de matériaux composites. Or, l’industrie aéronautique chinoise ne s’est pas encore distinguée par leur utilisation à grande échelle. La question de savoir si la Chine est capable de concevoir et de fabriquer des matériaux composites modernes pour les avions reste ouverte.

La radioélectronique

En Chine, les armes radioélectroniques, avant tout les radars, posent les mêmes problèmes que les moteurs : les échantillons chinois restent nettement inférieurs à leurs analogues russes, européens et américains, bien que l’écart diminue progressivement. Par conséquent, la Chine se voit obligée de poursuivre les importations d’équipements radioélectroniques.

A l’heure actuelle, les russes Soukhoï Su-30MKK disposent des meilleurs radars parmi les chasseurs chinois, et le futur radar du chasseur chinois sera probablement élaboré à partir du détecteur électromagnétique russe. On ne peut qu’émettre des hypothèses quant à la différence de son potentiel par rapport aux radars prometteurs conçus en Russie ou aux Etats-Unis.

Les armes

Les armes guidées utilisées par l’armée de l’air chinoise sont principalement copiées sur les prototypes américains, israéliens et russes des années 60, 70 et 80 du siècle dernier. La mise au point par la Chine d’armes de nouvelle génération nécessiterait beaucoup de temps quand bien même le pays achèterait des prototypes finis à l’étranger, d’autant plus que les principaux producteurs d’armes modernes, notamment celles destinées à l’aviation militaire, sont de moins en moins enclins à partager des technologies prometteuses avec la Chine.

Le résultat

Une régularité se manifeste clairement depuis les années 1970 : la Chine crée les premiers prototypes de ses avions de chaque génération avec 15 à 20 ans de retard par rapport aux leaders mondiaux de l’industrie aéronautique. Ce fut le cas des appareils de troisième et quatrième générations, il en ira sans doute de même pour les avions de cinquième génération : le chinois J-20 fera son apparition avec près de 20 ans de retard par rapport à l’américain YF-22 (prototype du F-22A produit en série), 17 ans plus tard que le russe MiG-1.44 et 14 ans plus tard que le russe S.37 (Soukhoï Su-47).

Le nouvel appareil chinois servira-t-il de prototype pour une série (auquel cas le chasseur chinois de cinquième génération serait susceptible d’apparaître dès la prochaine décennie) ou ne restera-t-il qu’un fleuron des technologies pour ne donner naissance à une série que dans une quinzaine, voire dans une vingtaine d’années ?

La question reste ouverte. En revanche, il est possible de définir dès maintenant le créneau du marché mondial qui constituera l’apanage du nouvel avion chinois. Compte tenu de la pratique chinoise traditionnelle, la Chine créera probablement un équivalent suffisamment fonctionnel des avions "sérieux" de cinquième génération pour les commercialiser en Asie centrale, au Proche-Orient, en Amérique latine, en Asie du Sud-est et auprès des clients africains les plus solvables à des prix deux à cinq fois inférieurs à ceux des concurrents russes et américains.

Il n’est point exclu que les J-20 destinés aussi bien à l’exportation qu’à équiper l’armée de l’air chinoise se voient dotés de matériel et d’armes étrangères, notamment russes. Qui plus est, il est presque certain qu’au cours des vingt ou trente prochaines années au moins la Chine se verra contrainte de poursuivre les achats d’avions modernes à l’étranger. Malgré tous les succès dont l’industrie aéronautique chinoise peut se targuer au cours des vingt dernières années, l’écart technologique entre la Chine et les leaders mondiaux n’a fait que diminuer légèrement, sans pourtant disparaître.

Ce texte n’engage pas la responsabilité de RIA Novosti

31 décembre 2010
Source : Armees . com

http://img703.imageshack.us/img703/3876/j20a.jpg (http://img703.imageshack.us/i/j20a.jpg/)

Uploaded with ImageShack.us (http://imageshack.us)

Cell
06/01/2011, 09h54
pour ceux qui veulent voir d'autres photos :


http://www.globalsecurity.org/military/world/china/j-xx-pics.htm

je trouve qu'il y a trop de bouts de feraille qui sortent de l'avion.

zek
06/01/2011, 10h44
Il ressemble étonnament au F22 Raptor, le T50 Russe aussi.

http://www.youtube.com/v/bpCFegSTaHk?fs=1&hl=fr_FR

oceon
06/01/2011, 15h30
Il ressemble étonnament au F22 Raptor, le T50 Russe aussi.


moi ,je trouve qu'il resemble plus a un T-50.
mais une chose est sur , la chine n'a pas encore les moyens pour fabriqué un chasseur de 5 eme génération , pas pour le moment.

biskra
06/01/2011, 15h44
on va passer une commande de ces avions nous algériens ,pour voir ce qu'il a dans le ventre ce bébé in cha allah.

l'armée de l'air algérienne a besoin de renouveler sa flotte et être opérationnelle dans la régions qui grouille d'ennemie

absent
06/01/2011, 19h53
Les chinois pourraient en étonner plus d'un, à voir la carlingue de l'appareil, ils ont dû réussir à faucher quelques plans américains, c'est étonnant comment le cockpit et le cône de nez ressemblent à celui du F22 ! A moins qu'ils ont déjà fauché le dessin russe car le T50 est appelé à évoluer, il restera pas comme le prototype qui a volé, alors ressemblera t-il à l'avion chinois ?

En tout cas ils viennent de taper fort les petits gars d'asie :zen:

absent
06/01/2011, 20h54
Les chinois ont vole je ne sais combien de tera octets a Lockheed, c'est normal.

absent
06/01/2011, 21h00
J-20 (Chine)
http://www.globalsecurity.org/military/world/china/images/j-xx_1293601825_34997.jpg



F-22 (USA)
http://www.fas.org/man/dod-101/sys/ac/f-22-990167a.jpg

!!!

azouz
06/01/2011, 21h00
on va passer une commande de ces avions nous algériens ,pour voir ce qu'il a dans le ventre ce bébé in cha allah.

l'armée de l'air algérienne a besoin de renouveler sa flotte et être opérationnelle dans la régions qui grouille d'ennemie

wa allah ya3fou 3lik mn had l7arfa. dis moi t as pas regarde la tele dernierement ou quoi? ya des emeutes pour chez toi.

biskra
06/01/2011, 21h08
wa allah ya3fou 3lik mn had l7arfa. dis moi t as pas regarde la tele dernierement ou quoi? ya des emeutes pour chez toi.



?????? TU ES BIZZARE ..CA VA :lol:

absent
08/01/2011, 04h52
Son essai... (La postcombustion est un peu inquiétante :lol: )

http://www.youtube.com/v/pw3IdqwskPk?fs=1&hl=fr_FR


:eek:

absent
08/01/2011, 05h13
http://www.youtube.com/v/mDV0b5ODlHM?fs=1&hl=fr_FR

Les chinois frappent un grand coup en ce début d'année, on voit tout le travail qu'ils réalisent autour et avec le Su-30, le J-20 en hérite certaines choses il n'est est pas à douter...

Petite anecdote, qui en dit long tout de même, un beau jour les russes se sont réveillés et ont découvert que les chinois avaient copiés de fond en comble le Soukhoï !

La Chine (et sa rivale l'Inde) est un Etat qui forme chaque année des centaines de milliers d'ingénieurs !

traks
08/01/2011, 10h45
a force de faire n'importe quoi ...et de refaire n'importe quoi , les chinois vont réussir a faire un truc qui marche bien un jour ou l'autre :11:

absent
08/01/2011, 17h43
a force de faire n'importe quoi ...et de refaire n'importe quoi

:lol: les chinois sont habitués à taper au pif avec leur baguette dans la soupe, ensuite ils ajustent lol



Non vraiment la recherche et le développement en chine avance, la preuve sur les images et en vidéo, en tout cas on comprend mieux pourquoi les USA tremblent devant le Dragon asiatique... :eek:

Ils frappent vraiment très très fort ! En plus si l'engin fonctionne réellement, qu'il peuvent le produire de 2 à cinq fois moins cher que son équivalent Russe, alors là banco...

absent
09/01/2011, 07h13
What China's Stealth Fighter Means


Jan 7, 2011
By David Fulghum, Bill Sweetman, Robert Wall
Washington, Washington, London

With the surprise rollout and high-speed taxi tests of China’s newest J-20 fighter, a stealth prototype, the U.S. Navy’s top intelligence official admits that the Pentagon has erred in its estimates of the speed with which Beijing is introducing new military technology.

The aircraft’s existence was not a surprise to the intelligence community, but “one of the things that is . . . true is that we have been pretty consistent in underestimating the delivery and initial operational capability of Chinese technology weapons systems,” says Vice Admiral David J. Dorsett, deputy chief of naval operations for information dominance and director of naval intelligence. Two recent examples of misanalyses have been the J-20 fighter and the DF-21D anti-ship ballistic missile (AW&ST Jan. 3, p. 18). Moreover, there is evidence that China’s advances include high-performance engines and missiles that display a new level of technical maturity and performance.

“In terms of the [J-20] stealth photos, it’s not clear to me when it’s going to become operational,” Dorsett says. “Do we need to refine our assessments better? I think so.”

Other Washington-based intelligence officials say they are watching the J-20’s testing with interest. “They have done several high-speed taxis with the nosewheel off the ground,” says another veteran analyst. “They could still be working out some kinks before they try an actual first flight.”

There also are a lot of unknowns about the aircraft’s real importance.

“Operational impact is a tough call to make at this point, given that this plane, even if it flies, is not going to be a full-up fifth-gen [aircraft],” the analyst says. “In essence, this is going to be a novelty for the next decade before it starts to roll off the series production lines and gets to the line units in any numbers that would impact any of our mission planning. A lot of things can happen, good and bad, between now and then to either speed this up or severely put the brakes on things.

“As far as radar cross section goes, this is not [a Lockheed Martin] F-22, nor should we be thinking that they are going for low RCS right out of the chute,” he says. “We have to keep in mind that this is the first attempt and it’s also the very first prototype of that first attempt. There’s a lot of tweaking . . . before they get to the final version. I see too many people . . . making sweeping assessments. That has always been a mistake.”

Engines have been an Achilles’ heel for Chinese high-performance aircraft. The Chinese have not produced an indigenous engine that has the performance they need for a world-class fighter. Under earlier military doctrine, which favored mass over advanced technology, the People’s Liberation Army Air Force was equipped with adapted versions of 1950s-era Soviet aircraft designs using old-technology engines. Analysts offer different assessments of China’s first high-performance engine, the Shenyang WS-10; but recent images of the J-11B fighter—China’s bootleg version of the Sukhoi Su-30—appear to show a nozzle design that differs visibly from the Russian AL-31F and resembles that of WS-10 engines displayed at air shows.

Dorsett downplays the immediate impact of the new fighter and new anti-ship missile.

“I’m more worried about Chinese game-changing capabilities in nonkinetic [areas such as information dominance, network invasion and electronic warfare],” he says. “I am most concerned about China’s focus on trying to develop [the ability] to dominate the electromagnetic spectrum, to counter space capabilities and to conduct cyberactivities.

“The other concern I have is China’s ability to become operationally efficient in a sophisticated, complex, joint war-fighting environment,” Dorsett says. “I don’t see China with those capabilities now. I do see them delivering individual components and weapon systems [such as the J-20 and DF-21D], but until they acquire proficiency [with them], how competent are they really going to be?” The Chinese military’s self-proclaimed timeline is mid-century, Dorsett notes. In that context, he denies that the Pentagon is overestimating its threat.

“I’m not alarmed,” Dorsett says. “I am intrigued by developments and am quite interested in the quantities and different types of technologies that we didn’t expect or overestimated.”

There is a marked relationship between China’s booming economy and its military buildup, he points out. But there are equally obvious shortfalls.

“The Chinese don’t have a great integrated ISR capability or an anti-submarine capability at all,” Dorsett says. “They don’t demonstrate a sophisticated level in joint warfighting. They are at the early stages of operational proficiency across the board. What would be dangerous is underestimating the timeline of synchronizing these various elements.”

Dorsett returned to the unexpected appearance of the J-20.

“How far along are they?” he asks. “I don’t know. They clearly have an initial prototype. Is it advanced and how many trials, tests and demos do they have to go through before it becomes operational? That’s not clear to me.”

However, the evidence of the design’s sophistication is mounting. The J-20 is supposed to carry new weaponry with some of it tucked away internally. China is continuing an effort to expand the military’s air-to-air missile inventory. Although Avic officials have not discussed what comes after the PL-12A radar-guided medium-range missile, new information suggests that work is progressing on several enhanced versions. These include a combined solid-motor, ramjet-powered PL-21. The missile, with a single inlet for the ramjet, may have undergone ground tests last year.

Work may be slightly more advanced on the PL-12D, a ramjet upgrade of the basic PL-12 with more modest changes to the airframe and less endgame maneuverability than the PL-21 would feature. *Chinese industry also appears to be working on the PL-12C with smaller aft control fins for internal carriage on the J-20. The mid-body fins are believed to be similar to the basic PL-12 and PL-12B with improved electronic counter-countermeasures.

The close-in battle would use the PL-10, whose design may resemble South Africa’s Denel A-Darter. China’s ability to increasingly use standoff weapons, also in air-to-ground and anti-ship missile roles, is already affecting planning among potential adversaries. Japanese military officials are *showing interest in missiles with greater ranges to be able to engage Chinese threats earlier, and there are discussions in the U.S. about the need for weapons with greater engagement *capability.

Dorsett also expanded on earlier remarks about the DF-21D missile by U.S. Navy officials.

absent
09/01/2011, 07h17
“[U.S. Pacific Command’s] assessment is that it has reached an initial operational capability,” he says. “They’ve tested it over land sufficient times that the missile system itself is competent and capable. Could they start to employ that in a fielded, operational [environment]? I think so. [However,] there is a question of fusing all the information they need for targeting. There are still some [unknowns] about how proficient they would need to be to fully deploy it at this point.”

Meanwhile, the Navy has changed its assessment of the DF-21’s ability to threaten a ship. Until now, the service has essentially rated as “poor” the possibility of China’s hitting an aircraft carrier with a ballistic missile.

“The technology that the Chinese have developed and are employing in the DF-21 system has increased their probability of hitting a maneuvering target with a salvo of several missiles,” Dorsett says. “What that probability is, we don’t know. I’m assessing that they don’t know. To our knowledge they haven’t test-fired this over water against a maneuvering target.”

That leaves Dorsett with the problem of improving intelligence-gathering to make the Pentagon’s predictions more reliable.

“One area we haven’t made much progress on was processing, exploiting and disseminating [data],” he says. “It’s high on our list for the upcoming year. We’re tackling imagery exploitation first. I think an awful lot can be automated. You don’t need to look at every piece of electro-optical imagery. You need tools that alert you to key issues.”

aviationweek

absent
09/01/2011, 08h56
Est-ce normal que les derives soient asymetriques?

absent
09/01/2011, 17h05
Oui, ils doivent êtres commandés électroniquement, le pilote dispose également de pédales pour ça, mais en le cas présent c'est plus pour faire office de freins aérodynamiques...

Ce vol de ce prototype chinois est l'évènement aéronautique de fin d'année 2010/ début 2011 !

Les chinois ont étonnés le monde entier...

Ghanejou
10/01/2011, 21h45
à quoi sert-il d'avoir un avion de cinquième génération ?
de l'argent perdu en vain
dans deux ou trois ans il faudrait investir de nouveau pour une sixième dégénération

gardons notre argent pour créer des écoles et des hôpitaux pour les siècles à venir

ne dit-on en économie qu'il vaut mieux investir dans la pierre ?

Berberousse
11/01/2011, 00h13
a force de faire n'importe quoi ...et de refaire n'importe quoi , les chinois vont réussir a faire un truc qui marche bien un jour ou l'autre :11:

Tant qu'ils sont incapable d'inventer, ils resteront toujours derriere les autres puissances. :rolleyes:

absent
11/01/2011, 01h48
en économie qu'il vaut mieux investir dans la pierre

Il ne faut investir dans la pierre mais dans l'intelligence et la jeunesse...

La pierre n'a jamais construit d'usine, mais les cerveaux oui !

Cookies