PDA

Voir la version complète : La Russie, la Chine, l’Angola… apportent leur soutien à Gbagbo


RIM-K65
07/01/2011, 00h29
Dans les derniers développements de l’actualité, la Côte d’Ivoire peut à l’échelle mondiale compter sur des pays comme la Russie, l’Angola, la Chine et bien d’autres. Ils étaient presque tous au Palais présidentiel le samedi dernier, à l’investiture du Président Gbagbo.

La Russie, l’Angola, le Liban, l’Afrique du Sud, le Brésil, le Conseil de l’Entente ainsi que bien d’autres pays et institution amis à la Côte d’Ivoire. Ils n’ont pas voulu manquer ce moment historique. Mais ils sont surtout venus apporter leur soutien au peuple ivoirien dans ces moments difficiles. Ne dit- on pas que ce sont dans les moments difficiles qu’on voit les vrais amis. Déjà le vendredi dernier, juste après la proclamation des résultats de l’élection présidentielle par le Conseil constitutionnel, l’ambassadeur du Japon a eu une audience avec le Président Gbagbo. La Chine est aussi entrée en scène sans tenir compte des conditions absurdes de certains pays qui aiment bien jouer les donneurs de leçons en Afrique.

Alors qu’eux-mêmes ne sont pas à l’échelle mondiale, des exemples. Dans ce même élan, la Chine et la Russie qui siègent au Conseil de sécurité de l’Onu n’ont pas masqué leur soutien à la Côte d’Ivoire. Ils ont carrément dit non à la France qui veut abuser de sa position à l’Onu pour mettre la Côte d’Ivoire en pièce. Une grande victoire diplomatique pour la Côte d’Ivoire avec son Président, son Excellence M. Laurent Gbagbo.

Ces deux pays ont même réitéré ce soutien au peuple ivoirien dans ces moments. Ce qui fait évidemment les choux gras de la presse hexagonale avec des commentaires de tous genres. Mais une chose est claire. Dans ces moments de troubles, la Côte d’Ivoire peut compter sur des pays qui sont pour le respect de sa souveraineté et la dignité de son peuple. La nouvelle aspiration des Africains, 50 ans après les indépendances.

Guéhi Brence

arazi
07/01/2011, 10h20
et l'algerie ? :mrgreen:

megamax
07/01/2011, 10h26
la troisième guerre mondiale va commencer en cote d'ivoire........


je rigoooooole:22:

oukil salah
07/01/2011, 10h57
La Russie, la Chine, l’Angola… apportent leur soutien à Gbagbo

que des democraties vieilles de centaines d années !

l ancien bloc qui reve encore en 2011 .

benam
07/01/2011, 12h19
Un texte publié le 6 décembre 2010 dans un obscure blog qui défend bec et ongles Gbago, posté sur FA le 7 janvier 2011...???

En quoi consiste le soutien de ces pays à Gbagbo:
Présence de leurs ambassadeurs à la cérémonie d' "investiture" de Gbagbo le 4 décembre 2010..?
Des déclarations solennelles de leurs dirigeants politiques..? Aucune trace de cela sur le Net..!!!

La situation est trop complexe en Côte d'Ivoire pour que l'on se satisfasse d'un simple soutien à l'un des deux camps. Les fractures religieuses et ethniques y sont trop profondes. A cela s'ajoute la présence d'un grand nombre d'immigrants en provenance des pays voisins; immigrants qui sont en butte à de multiples manifestations de xénophobie au nom de la nébuleuse notion d'Ivoirité. Bien sûr que des puissances étrangères, en particulier la France, instrumentalisent depuis des années ces fractures pour préserver au mieux et consolider leurs intérêts dans ce pays quel qu'en soit le prix à payer par les Ivoiriens et les peuples voisins.

Gbagbo, soutenu par l'armée et une bonne partie des Ivoiriens, refuse de céder le pouvoir à son rival. En face, Ouattara rejette toute idée de négociation avec le camp adverse. Tout semble indiquer que l'on s'achemine dans ce pays vers une terrible guerre civile qui risque, par contagion, de déborder sur les pays voisins par le réveil de solidarités religieuses et ethniques trans-frontalières.

Les deux camps se réclament de la légitimité des urnes mais ne font aucunement preuve d'esprit démocratique en plaçant les intérêts de leur pays, de leur peuple et des populations qui vivent en Côte d'Ivoire au dessus des leurs propres. Il est peut être illusoire de parler d'issue à la crise par une solution négociée qui serait foncièrement démocratique avec la participation de toutes les forces et tendances en présence, mais c'est la seule voie pour éviter une tragédie (ou au moins en limiter l'ampleur) à la Côte d'Ivoire et à l'Afrique.

Cookies