PDA

Voir la version complète : Emeutes/troubles à Annaba: état des lieux


Sioux foughali
08/01/2011, 23h33
El Watan

le 08.01.11 |

hier

Le climat de tension qui pesait depuis jeudi sur la ville de Annaba s’est traduit hier après la prière du vendredi par le déclenchement d’émeutes à la cité coloniale Bormet El Gaz.

Des jeunes et moins jeunes ont, en effet, bloqué le boulevard d’Afrique qui relie le centre-ville à la cité plaine Ouest (les Allemands) usant de pneus brûlés et autres objets hétéroclites.
L’intervention des éléments antiémeutes a réussi néanmoins à disperser la foule après une brève résistance. Quelques minutes après, ce sont les jeunes de la grande cité populaire Didouche Mourad (ex-Lauriers roses) située en amont de Bormet El Gaz, qui ont pris le relais en s’attaquant directement aux policiers. L’intensité des émeutes est telle que les manifestants ont arraché les poteaux de l’éclairage public à l’aide desquels ils ont bloqué le boulevard.


Au cours des échauffourées, les forces antiémeutes ont eu recours aux bombes lacrymogènes et aux tirs de sommation, notamment après qu’un des leurs eut été grièvement blessé par une avalanche de coups de pierres.
La situation s’est aggravée davantage en fin d’après-midi où les mouvements de protestation ont atteint la majorité des quartiers du chef-lieu de wilaya et même ceux extra-muros. Ainsi, les cités La colonne, Oued D’heb et celle du 8 Mai 1945 ont toutes connu des émeutes et les routes ont été bloquées. La RN44 reliant Annaba à la commune de Berrahal a été également coupée à la circulation au lieudit TCA (Kherraza). Bien qu’elle n’ait pas été concernée par des mouvements de protestation, la localité de Sidi Salem est actuellement surveillée de près par un important dispositif sécuritaire installé depuis avant-hier pour parer toute éventualité.
A l’heure où nous mettions sous presse, les mouvements de protestation se poursuivaient, notamment à la cité Didouche Mourad et l’hélicoptère de la police survolait les hauteurs de la ville.
Mohamed Fawzi Gaïdi

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


aujourd'hui apparemment

(AFP) – Il y a 4 heures

Algérie: nouvelles violences à Annaba, transformée en ville fantôme

ANNABA — De nouvelles violences dans la ville côtière d'Annaba (600 km à l'est d'Alger) ont opposé samedi manifestants et forces de l'ordre et transformé cette agglomeration de 800.000 habitants en cité fantôme, selon des sources concordantes. Evènement.

Au moins 21 personnes ont été blessées, dont sept policiers, depuis vendredi, selon les secouristes, et la police a arrêté une cinquantaine de manifestants, selon une source préfectorale dans cette ville proche de la frontière avec la Tunisie.

Samedi, des jeunes manifestants ont brûlé des pneus et dressé des barricades pour barrer les accès du centre de cette métropole industrielle, ont rapporté les correspondants de presse. Et ils ont lancé des pierres contre les brigades anti-émeutes de la police, qui ont riposté par des tirs de gaz lacrymogènes.

De crainte de nouveaux pillages, les magasins ont gardé leurs rideaux baissés alors que les transports en commun étaient rares.

Annaba, surnommée "la coquette" pour la beauté de ses plages, offrait l'image d'une ville fantôme. Le Cours de la Révolution, principale avenue sur le front de mer, abritant des banques, des édifices publics et des représentations consulaires, faisait l'objet d'une surveillance renforcée des forces de l'ordre.


.

Cookies