PDA

Voir la version complète : Le missile nord-coréen, danger pour les USA dans cinq ans


nacer-eddine06
11/01/2011, 14h05
PEKIN - Le missile intercontinental actuellement développé par Pyongyang est susceptible de représenter dans cinq ans une menace pour les Etats-Unis, a déclaré mardi à Pékin le chef du Pentagone, Robert Gates.

"Je pense que la Corée du Nord aura développé un missile intercontinental dans cette période de temps", a déclaré aux journalistes le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates.

M. Gates s'est entretenu mardi avec le président Hu Jintao dans la capitale chinoise, alors que les Etats-Unis aimeraient que Pékin fasse davantage pression sur Pyongyang, afin de contenir les comportements erratiques du régime nord-coréen.

"Avec le développement continu d'armes nucléaires par les Nord-Coréens et le développement de missiles balistiques intercontinentaux, la Corée du Nord devient une menace directe pour les Etats-Unis et nous devons prendre cela en considération", a ajouté le ministre américain de la Défense.

Pyongyang a effectué trois essais de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), dont le dernier en avril 2009 lorsque l'un d'entre eux a survolé le Japon avant d'atterrir dans l'océan Pacifique.

Selon M. Gates, la Corée du Nord pourrait disposer dans cinq ans d'un nombre "limité" de ces missiles, faisant planer une menace potentielle sur la côte ouest des Etats-Unis.

Le chef de Pentagone a souligné que les Sud-Coréens étaient devenus moins tolérants vis-à-vis des provocations de Pyongyang, suite au bombardement de l'île sud-coréenne de Yeonpyeong le 23 novembre, qui a fait quatre morts, et au torpillage d'un bâtiment de guerre sud-coréen qui a fait 46 morts en mars.

"La rhétorique ne suffit plus", a ajouté M. Gates en référence à la proposition de Pyongyang de reprendre des négociations. "Il faut que le Nord entreprenne des actions concrètes pour démontrer qu'il veut réellement des négociations" sur son programme nucléaire, a poursuivi le chef du Pentagone.

Pyongyang a exprimé sa volonté de retourner sous conditions à la table des négociations à six réunissant outre les deux Corées le Japon, la Chine, les Etats-Unis et la Russie, qu'elle avait quittée en avril 2009 avant de procéder à un deuxième essai nucléaire.

Mais la Corée du Nord a avivé les craintes dans la région au mois de novembre dernier en révélant l'existence d'une usine d'enrichissement d'uranium susceptible de produire du combustible pour une arme atomique.

(©AFP / 11 janvier 2011 14h34)

Cookies