PDA

Voir la version complète : LIBAN :Des ministres du mouvement politique chiite vont démissionner...


WOMAN
12/01/2011, 11h19
Le Liban va-t-il retomber dans la crise politique ce mercredi? Des ministres du Hezbollah et de ses alliés vont démissionner du gouvernement libanais et provoquer sa chute, a-t-on appris auprès d'une source politique de haut niveau.
«Le communiqué de démission est écrit et sera prononcé à 16h30 (15h30, heure française)», a déclaré cette source. Onze ministres devraient démissionner, ce qui provoquera automatiquement la chute du gouvernement d'union nationale dirigé par Saad Hariri, a-t-on ajouté.


REUTERS

Tems
12/01/2011, 11h21
c'est ce que je dit la démocratie occidental ne peux pas fonctionné chez nous .

on moult exemple mais personne ne veux l'admettre !!

absent
12/01/2011, 11h23
Je crois que c'est par rapport au tribunal special sur Rafic Hariri.

Tems
12/01/2011, 11h26
AAnis

Pas uniquement , il y'a un peu de ça mais toute les communauté essai de se tiré la couverture sur elle sans oublier que les chiites se crois plus fort que les autres .

depuis des lustres le Liban n'est plus vraiment gouverné !

Cell
12/01/2011, 11h27
c'est ce que je dit la démocratie occidental ne peux pas fonctionné chez nous .

on moult exemple mais personne ne veux l'admettre !!

pas tout à fait , ce qu'il nous manque par rapport aux occidentaux , c'est une étape cruciale qui a été déterminante dans l'instauration de la democratie en tant que valeur , dans le subconscient du citoyen européen , et cette étape , c'etait :

La deuxiéme Guerre Mondiale


il faut une grande boum à l'echelle du monde arabo-musulman , je suis sur qu'avec 1/3 ou 1/4 de la population qu'on a aujourd'hui , il y aurait moyen d'amorcer un nouveau départ . je sais c'est extreme et quelque peu expéditif ..... mais au moins le résultat est garantit

absent
12/01/2011, 11h28
Il leur faut imperativement un etat fort. Mais le clanisme et les communautes religieuses font que ca releve de l'impossible, a moins d'etre sous tutelle etrangere.

WOMAN
12/01/2011, 11h30
Je crois que c'est par rapport au tribunal special sur Rafic Hariri.

Oui c'est ça anis , Les ministres du Hezbollah et de ses alliés vont claquer la porte du gouvernement d'union libanais si leurs demandes concernant le tribunal de l'ONU enquêtant sur l'assassinat de Rafic Hariri ne sont pas entendues, a affirmé mercredi un ministre proche du parti chiite.

absent
12/01/2011, 11h32
Et je parie que leur demandes, c'est juste le demantelement du tribunal et l'enterrement de l'affaire, comme pour l'assassinat de Gemayel.

WOMAN
12/01/2011, 17h44
BEYROUTH — Le gouvernement d'union au Liban s'est effondré mercredi après la démission des ministres du camp du puissant mouvement chiite Hezbollah, enfonçant le pays dans la crise liée à l'enquête sur l'assassinat du dirigeant Rafic Hariri.
Les démissions ont été annoncées au moment même où le Premier ministre Saad Hariri, fils de Rafic Hariri, était reçu à Washington par le président Barack Obama.
La secrétaire d'Etat Hillary Clinton, en tournée dans le Golfe, mène des contacts tous azimuts avec les responsables français, saoudiens, égyptiens et autres pour leur souligner la nécessité "d'un consensus international pour soutenir le Tribunal" spécial pour le Liban (TSL), selon un responsable.
"La question revêt une certaine urgence actuellement", même si le Hezbollah ne semble pas vouloir mobiliser la rue, a-t-il ajouté..
"Les (10) ministres de l'opposition présentent leur démission du gouvernement, en espérant que le président de la République (Michel Sleimane) prendra rapidement les mesures nécessaires pour former un nouveau gouvernement", a dit le ministre de l'Energie Gebrane Bassil, lors d'un point près de Beyrouth, entourés des ministres démissionnaires.
Un onzième ministre, le chiite Adnane Sayyed Hussein, un des cinq ministres proches du président de la République considéré comme neutre, a ensuite présenté sa démission.
Il a justifié dans un communiqué sa démission par souci d'équilibre, ayant selon lui "une position de ministre consensuel au gouvernement".
Le cabinet, qui comptait 30 ministres, s'effondre si plus d'un tiers de ses ministres se retirent, selon la Constitution.
M. Hariri devient ainsi Premier ministre en exercice jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement.
"L'autre camp (celui de M. Hariri) s'est plié aux pressions étrangères et notamment américaines", a accusé M. Bassil.
Le Hezbollah, un mouvement soutenu par la Syrie et l'Iran, affirme depuis des mois s'attendre à être mis en cause dans le meurtre en 2005 de Rafic Hariri, et fait pression sur Saad Hariri pour qu'il désavoue le TSL.
Le mouvement chiite avait donné mardi un délai "de quelques heures" au gouvernement pour prendre une "décision" au sujet du TSL, créé par l'ONU, qui doit rendre prochainement son acte d'accusation sur l'assassinat de Rafic Hariri.
Saad Hariri refuse tout compromis sur le tribunal, alors que le parti chiite accuse cette instance d'être "à la solde d'Israël et des Etats-Unis" et de se baser sur de "faux témoins".
Les démissions interviennent après l'échec des efforts menés par la Syrie et l'Arabie saoudite, qui appuie M. Hariri, le camp du Hezbollah et celui du Premier ministre s'accusant mutuellement de vouloir bloquer la médiation.
"Tous leurs scénarios visaient à faire plier M. Hariri pour qu'il désavoue le tribunal et quand ces scénarios ont échoué, ils ont déclaré une guerre politique contre lui aujourd'hui", a affirmé à l'AFP Mohammad Rahhal, ministre de l'Environnement proche du Premier ministre. "Le but de cette démission est de paralyser l'Etat en vue de détruire le tribunal".
L'impasse actuelle rappelle celle de 2006; six ministres du Hezbollah et de ses alliés avaient démissionné du gouvernement de Fouad Siniora, un proche de Saad Hariri, sur fond de crise sur le partage du pouvoir et des divergences sur l'établissement du tribunal international.
La crise avait mis le pays au bord d'une nouvelle guerre civile en mai 2008, avec des combats entre les partisans de M. Hariri et ceux du Hezbollah (près de 100 morts).
M. Bassil a écarté un éventuel recours à la violence. "Notre démission est conforme à la Constitution et aux principes démocratiques. Nous ne voulons que recourir aux institutions de l'Etat

AFP

absent
13/01/2011, 11h44
Le hizb a peur pour son image, deja que les affrontement de mai 2008 ont fait voler le mythe de resistance qui ne s'en prend qu'a Israel, si on apprend qu'il a bute le principal leader sunnite. il est dans la *****.

Sioux foughali
13/01/2011, 11h49
comme d'habitude, Reuters ets plus exact, plus precis que l'AFP sur le Liban

ce sont tous les ministres de l'ex coalition d'opposition qui ont demissionné et pas seulement ceux du Hezbollah

absent
13/01/2011, 11h51
T'as raison, mais on sait tous que cette affaire tourne autour de l'implication du Hezbollah dans les assassinats du Liban, Aoun et les autres ne sont que des figurants.

Sioux foughali
13/01/2011, 11h59
ou c'est vrai aussi que ça tourne autour du tribunal mais attendons ou cherchons quand même l'argumentaire du parti Chiiite Amal de Nabi Berri , celui des Aounistes , et autres partis alliés

absent
13/01/2011, 12h01
Leur argumentaire est que le tribunal est manipule par les US et Israel, et que c'est en fait Israel qui est derriere l'assassinat de Hariri.

nostravostra
13/01/2011, 12h15
T'as raison, mais on sait tous que cette affaire tourne autour de l'implication du Hezbollah dans les assassinats du Liban, Aoun et les autres ne sont que des figurants.
En général quand il y a crime on doit chercher à qui en profite. Dans le cas de Hariri c'était Israèl. Le hizb allah par contre en est le perdant donc il n'a pas intérêt à le commettre. Mais juif que vous êtes, vous ne pouvez pas l'admettre.

absent
13/01/2011, 12h17
Sauf quand le criminel se trompe en n'anticipant pas la portee et les consequences exactes de son crime. Ce que je dis, c'est qu'il faut se souvenir de qui a tue Gemayel. De plus, ce crime ne profite pas Israel au contraire. Je me rappelle d'un depute israelien qui disait a la television israelienne qu'il ne fallait pas se rejouir du depart des syriens du Liban.

Cookies