PDA

Voir la version complète : Crash de l'avion présidentiel polonais:L'équipage a été soumis à une pression psychologique


WOMAN
12/01/2011, 12h26
Si l’avion qui transportait Lech Kaczynski s’est écrasé, le 10 avril 2010, c’est parce que l’entourage du président polonais a soumis l’équipage à une pression trop importante. Voilà les conclusions de l’enquête menée en Russie sur l’accident qui a couté la vie au chef d’Etat polonais, rendue publique ce mercredi.

Selon l’agence russe Ria Novosti, la présence du commandant en chef de l’armée de l’air polonaise a exercé une pression psychologique sur l’équipage. Il aurait ainsi «influencé leur décision de procéder à l'atterrissage», a déclaré Tatiana Anodina, présidente de la Commission interétatique de l'aviation (IAC), lors d'une conférence de presse de présentation du rapport. D’après elle, le chef de l’équipage a pris des «risques injustifiés» car «il avait pour objectif d’atterrir coûte que coûte».

Un précédent en 2008

La Russie avait d’abord remis ce rapport aux autorités polonaises en décembre dernier, sans en révéler la teneur. Le Premier ministre polonais, Donald Tusk, l'avait jugé «indubitablement inacceptable» et devait tenter d'en rédiger une version définitive conjointe.

La thèse de la pression psychologique a été évoquée dès les jours qui ont suivi le drame. Une théorie d’autant plus crédible pour les autorités russes qu’en 2008, l’entourage de Kaczynski avait déjà tenté de forcer un équipage d’atterrir en Géorgie, alors que le plan de vol prévoyait une arrivée en Azerbaïdjan. Le pilote avait, cette fois là, refuser d’obéir.

Lech Kaczynski, son épouse Maria et 94 autres personnes, dont nombre de hauts responsables polonais, ont péri le 10 avril 2010 dans l'accident de leur Tupolev par un épais brouillard, près de Smolensk dans l'ouest de la Russie, alors qu'ils se rendaient sur le site de Katyn pour une cérémonie.

20minutes

Cookies