PDA

Voir la version complète : La société civile rejoint la marche du RCD


ALILOU.ALG
21/01/2011, 23h13
Malgré l’interdiction de la manifestation par la wilaya d'Alger
La société civile rejoint la marche du RCD



Quoi qu’il se passe aujourd’hui, l’initiative du RCD a indéniablement marqué des points : elle a brisé l’embargo qui pesait sur la vie publique, ce qui, d’ores et déjà, a revigoré les forces politiques et sociales.

à l’appel du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), une marche populaire et pacifique aura lieu aujourd’hui à Alger, après une interdiction de près de dix ans qui a frappé les manifestations publiques dans la capitale et un état d’urgence vieux de 19 ans.
Refusant que le capital mobilisation né des dernières émeutes ayant secoué plusieurs villes algériennes soit dilapidé, le RCD a donc pris sur lui de donner un prolongement politique à la colère de la jeunesse. Mieux, il a structuré son action autour de revendications consensuelles (libération des détenus, levée de l’état d’urgence, restauration des libertés individuelles et collectives et dissolution des assemblées “élues”) pour que des citoyens de différents bords politiques puissent s’y reconnaître.

Aussi, beaucoup d’acteurs ont souscrit à l’action du RCD. Outre l’ancien chef du gouvernement, Ahmed Benbitour, le Parti pour la laïcité et la démocratie (PLD), les étudiants de Tizi Ouzou, des signataires d’une pétition appelant au changement démocratique et des syndicalistes de diverses organisations autonomes ont exprimé leur soutien à l’initiative du parti de Saïd Sadi.

Pour autant, l’initiative n’a pas que des partisans puisque le RCD a pointé du doigt le RND d’Ahmed Ouyahia et l’UGTA de Sidi-Saïd de vouloir s’aborder la marche.
Après le refus non justifié opposé par le ministère de l’Intérieur à la demande d’organiser une marche à Alger, la wilaya d’Alger a appelé dans un communiqué rendu public le jeudi 20 janvier, répercuté par l’ENTV dans son JT de 20 heures, les citoyens à ne pas participer à la manifestation du RCD. “Il est demandé aux citoyens de faire preuve de sagesse et de vigilance, et de ne pas répondre à d'éventuelles provocations destinées à porter atteinte à leur tranquillité, leur quiétude et à leur sérénité”, affirme-t-elle. Répondant du tac au tac, le RCD assure dans un communiqué rendu public hier : “La demande d'autorisation déposée dans les temps
et selon les règles ayant été refusée sans la moindre explication alors que des manifestations initiées par la clientèle du pouvoir ont été autorisées, nous décidons de refuser le régime des deux collèges, de sinistre mémoire dans notre pays, et de maintenir la marche populaire du 22 janvier”.

“C'est le droit et le devoir de tous les patriotes d'agir par tous les moyens pacifiques pour honorer les martyrs d'hier et d'aujourd'hui qui se sont sacrifiés pour une Algérie démocratique et sociale plus menacée que jamais”, ajoute-t-il avant de révéler dans un autre communiqué que c’est le chef de l’état qui “a instruit en personne les médias lourds (télévisions et radios) pour rappeler l’interdiction de la marche du 22 janvier”. “Le chef
de l’état suggère qu’après cette interdiction, il interviendrait, en tant qu’arbitre, pour “lâcher du lest” par
un remaniement gouvernemental”,
précise-t-il. “Au lieu de
suivre (…) la marche du monde, les plus hautes autorités du pays se réfugient dans la fuite en avant : occupation policière de la capitale, propagande à la radio et à la télévision, annulation de tous les transports ferroviaires vers la capitale, investissement par la police des cités universitaires d’Alger ; ce n’est plus l’état d’urgence, c’est l’état de siège !”, s’indigne-t-il. Hier, d’importants renforts de police ont été dépêchés dans la capitale et, selon la presse, les services de sécurité “sont en état d'alerte maximum”. Le pouvoir laissera-t-il le RCD organiser pacifiquement la manifestation ou, au contraire, la réprimera-t-il au risque de voir l’action dégénérer et de se déjuger lui qui, durant les émeutes, avait déploré le fait que les jeunes n’aient pas recouru à des moyens pacifiques pour exprimer leurs doléances ? Dans les deux cas, l’initiative du RCD semble assurée du succès pour avoir brisé l’embargo qui pesait sur la vie publique, ce qui, d’ores et déjà, a revigoré les forces politiques et sociales.


Liberté

Cookies