PDA

Voir la version complète : Les chiites saoudiens prennent à leur tour le train de la révolution


Numidio
04/03/2011, 15h29
Le printemps arabe n’en finit pas de se propager, touchant même aujourd’hui l’Arabie saoudite. Dans le royaume wahabite, ce sont les chiites qui, les premiers, allument les flammes de la contestation.
*
En Tunisie, en Égypte ou en Libye, les demandes des manifestants sont essentiellement démocratiques. Dans les autres pays de la région où la contestation se développe, les revendications sont plus diverses. Au Yémen, c’est*la question tribale*qui est au cœur des revendications, tandis que la protestation au Bahreïn est menée par la majorité chiite.
*
Dans l’Arabie saoudite*voisine, cette mobilisation chiite des Bahreïnis n’a pas laissé indifférent. Le royaume wahabite est mené par une main de fer par un pouvoir religieux conservateur qui mène une politique discriminatoire envers la minorité chiite.
*
Une mobilisation plus large de la population, sur la base de revendications démocratiques, est prévue le 11 mars à Riyad et Djeddah. En attendant, les chiites de la province de Qatif ont déjà sonné l’appel à la révolte.

"Ce que vit le monde arabe en ce moment est l’occasion ou jamais pour tous les opprimés de faire entendre leur voix"

Mohammad Alsaeedi est un ancien journaliste. Il habite Dammam, ville de l’est du pays.

*
Cela fait deux semaines que les manifestations ont débuté dans les villes de Qatif et de Dammam pour appeler à la libération de ceux qu’on appelle "les prisonniers oubliés". Il s’agit de neuf personnes qui ont été arrêtées sans preuves suite aux*attentats des tours de Khobar. Cela fait près de quinze ans qu’ils sont derrière les barreaux, sans procès et ils n’ont eu droit qu’à de rares visites ces quatre dernières années. Pourtant l’attentat a été revendiqué? par la suite? par Al-Qaida.
*
Mercredi 2 mars, les mères de ces prisonniers se sont mobilisées à leur tour et sont allées manifester devant le palais du gouverneur de la région, comme on le voit sur la vidéo. Mais au bout d’un quart d’heure, on les a fait rentrer à l’intérieur du palais afin qu’elles n’attirent pas la foule et le gouverneur a promis de les recevoir samedi.

À part les prisonniers, les habitants de Qatif et de Dammam s’apprêtent demain à se solidariser avec les habitants d’Al Ahsa qui manifestent demain parce qu’un imam a été arrêté la semaine dernière. Cet imam avait réclamé dans son prêche plus de droits pour les citoyens de la région et avait expressément soutenu la révolte au Bahreïn qui est menée par les chiites.
*
Les rares mouvements de contestation qu’a connus l’Arabie saoudite ont toujours démarré dans la région et plus précisément dans la province de Qatif. Celle-ci est peuplée de chiites qui sont marginalisés par le système en place. Ici, il n’y a pas d’université, l’accès à la fonction publique n’est pas aussi facile que pour les sunnites, il y a beaucoup de chômage et aucun ministre ne représente la communauté. Il arrive même que des*mosquées chiites soient fermées dans la région*!
*
Les autres villes comptent sur notre soutien pour les manifestations de contestation qui vont s’organiser dans les grandes villes du royaume le vendredi 11 mars. Le gouvernement lui est sous pression, il a déjà déployé ses brigades anti-émeutes un peu partout. Ce que vit le monde arabe en ce moment est l’occasion ou jamais pour tous les opprimés de faire entendre leur voix."

France 24

Cookies