PDA

Voir la version complète : Les Etats-Unis choqués par la nationalisation du cacao ivoirien


absent
08/03/2011, 20h01
Le décret de nationalisation du secteur ivoirien du cacao signé lundi par le président sortant Laurent Gbagbo «revient à un vol», estime le département d'Etat américain.

«Son projet de nationalisation de l'industrie du cacao et du café de Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de fèves de cacao, revient à un vol. Il s'agit d'un nouvel acte désespéré pour s'accrocher au pouvoir», a déclaré ce mardi le porte-parole Philip Crowley, s'adressant à la presse.

Avec Reuters


Est-ce de l'ingérence ? décidément les ricains visent toutes les matières 1ère de l'Afrique !

nacer-eddine06
08/03/2011, 20h30
Côte d`Ivoire - Sarkozy, valet des chocolatiers américains
Publié le mercredi 19 janvier 2011 | Le Temps

Bon nombre d’Ivoiriens, qui admettent que la crise ivoirienne est fomentée par la France, continuent de s’interroger sur l’intérêt « subit » éprouvé par les Etats-Unis d’Amérique de s’associer à la France pour accomplir le coup d’Etat en Côte d’Ivoire. Un ancien agent de la Direction générale de la sécurité extérieure (Dgse) affirme que les Ivoiriens se trompent. L’homme au fait des micmacs des services secrets américains ne supporte plus de voir son pays, la France, et ses dirigeants jouer aux « boys » des Américains en Côte d’Ivoire. Par des canaux complexes, il nous a permis de prendre son témoignage.

«Plus que les Français, les Américains, à travers la Cia, ont décidé de s’emparer de la Côte d’Ivoire à partir d’un plan machiavélique conçu avant les années 1988. C’est, de nos jours, ce plan a été réactivé. La construction de la grande ambassade des Etats- Unis en Côte d’Ivoire fait partie de ce plan tout comme l’installation d’un ivoiro-burkinabè, en la personne d’Alassane Ouattara, à la tête du pays. L’objectif est la naturalisation des quatre millions de Burkinabè vivant en Côte d’Ivoire afin de garantir la production du cacao et du café dans ce pays. C’est une affaire de survie pour les puissants chocolatiers américains. L’ambassade a été construite pour coordonner ces opérations en Côte d’Ivoire et pour d’autres objectifs en Afrique. Pour tout cela, il faut une mainmise sur le pouvoir ivoirien pour le compte du lobi des chocolatiers américains. Donc, les Américains veulent garantir la production du cacao. Le seul moyen, c’est de pouvoir compter sur la communauté burkinabé en Côte d’Ivoire dont dépend, selon eux, une grande partie de la production du pays. Les Américains entendent fidéliser cette communauté par la naturalisation des quatre millions de Burkinabé dont la plupart travaillent dans les plantations, croient les Américains, « dans une situation de précarité qui n’est pas à leur convenance ». Il faut donc réussir à faire prendre le pouvoir par Alassane Ouattara. Et, depuis octobre 2000, la Cia utilise une arme fatale : la fragilisation du régime Gbagbo pour arriver à le faire vomir par tout le peuple ivoirien afin de l’écarter facilement du pouvoir.
Souvenez vous, plusieurs opérations ont été menées par la Cia en Côte d’Ivoire ou exploitées à cet effet, mais avec des succès mitigés : le charnier de Yopougon, l’assassinat de Jean Hélène, l’enlèvement de Guy André Kieffer, le déversement de déchets toxiques à Abidjan, l’empêchement du Président du Fpi de se rendre aux Usa ; la Cia a aussi fabriqué des mensonges graves tels que : « la Côte d’Ivoire exploite les enfants dans les plantations de cacao ». Elle a manipulé l’information avec son sous-agent, l’Alassaniste Hamed Bakayoko, à Abidjan : « Les refondateurs offrent des voitures Rav 4 aux jeunes filles; Madame Gbagbo engage des frais de séjour inconsidérés aux Usa », etc. Toutes ces actions qui font partie d’un vaste complot ont un seul but, discréditer le régime de Laurent Gbagbo et favoriser l’élection d’Alassane Ouattara.
Ces actions néfastes contre Gbagbo ont pris des allures de crimes commis par la Cia, mais dont personne ne veut en parler : c’est le cas de la mort jusque-là non élucidée, dans une clinique française, de Madame Sarata Ottro Zirignon, ancien Directeur adjoint de cabinet du Président Gbagbo, qui gênait les chocolatiers américains par sa diplomatie agressive à travers des réseaux qu’elle maitrisait parfaitement aux Etats-Unis. Ces actions néfastes sont passées inaperçues aux yeux des Ivoiriens pour la simple raison que les Américains ont toujours agi en se cachant derrière les Français, eux-mêmes manipulés à souhait et croyant régler leur propre problème avec ce Laurent Gbagbo qui ne veut pas se faire domestiquer.
Nicolas Sarkozy, un président manipulé
Oui, je vous le dis : Nicolas Sarkozy, agent français de la Cia, participe volontairement de cette manipulation des Américains. Ce sont ces derniers qui l’ont fait président de la France. Souvenez-vous de l’affaire Clearstream montée par les Américains pour lui permettre de devancer son adversaire du même camp : Dominique de Villepin. Devenu président, Sarkozy applique à la lettre les consignes de la Cia, y compris laver un vieil affront que le Général de Gaulle leur a infligé : Sarkozy a fait adhérer à nouveau la France à l’Otan. Pour la Côte d’Ivoire, «le coup de pousse» à Alassane Ouattara est un plan conçu par la Cia américaine et inspiré par le lobby des chocolatiers américains avec son réseau mondial. La raison : les Ivoiriens se détournent du cacao pour l’hévéa. Il leur faut une population acquise pour produire essentiellement le cacao. Pour mieux vous le faire comprendre, revisitons l’histoire et ses faits. Nous sommes en 1988. Face à la baisse des prix sur le marché mondial, le Président Houphouët-Boigny refuse de vendre le cacao. Il fait brûler la production pour montrer son ras-le-bol. Le stock de sécurité américain prend un coup. Le lobby des chocolatiers américains prend cela comme une trahison de la Côte d’Ivoire et un grand risque à ne plus revivre. "Après avoir aidé ce pays à devenir premier producteur de cacao, voilà qu’il nous paie en monnaie de singe!". Mais ces puissants chocolatiers américains ont éprouvé de la pudeur à attaquer Houphouët-Boigny qui, en son temps, avait proposé la double nationalité sur recommandation des chocolatiers américains. Cependant, les Américains ont conçu un plan pour précipiter sa mort comme ils l’ont fait plus tard avec Eyadéma, Bongo, etc. En 1989, la Cia organise l’asphyxie de la Côte d’Ivoire à travers le Fmi et présente Alassane Ouattara comme le sauveur. Houphouët se voit obligé de l’accepter. Ouattara est bombardé Premier ministre d’Houphouët. Ce poste n’avait jamais existé en Côte d’Ivoire. La présidence n’est plus loin pour l’Ivoiro-Burkinabé. Dans la foulée, la Cia organise le mariage de ses deux agents désormais réunis en Côte d’Ivoire : Monsieur Ouattara épouse Dominique Nouvian à Neuilly chez le maire Nicolas Sarkozy, un autre agent de la Cia en France. Houphouët-Boigny «peut» désormais mourir. Les Américains se débarrassent de lui en 1993.
En ce moment-là, ils pensent avoir réussi leur coup quand surgit Henri Konan Bédié, avec l’appui des Français, grâce à l’article 11 de la Constitution. Sur ce point, Houphouët les a doublés, Ouattara et ses maîtres chocolatiers, au chapitre de la succession. Ouattara s’agite pour rien. Il n’aura pas le pouvoir. Pendant la petite guerre de succession ouverte par Ouattara à la mort d’Houphouët, Gbagbo déclare qu’il n’aime pas la transmission monarchique du pouvoir, mais il démontre qu’il est légaliste et opte pour l’installation de Bédié au pouvoir.
__________________

nacer-eddine06
08/03/2011, 20h31
Bédié vaincu, place à l’opération «Tout sauf Gbagbo»

Les Américains échouent, mais ne renoncent pas. Ils reprennent leur agent au Fmi pour avoir le temps d’organiser son retour. Bédié est poussé à la faute dans la gestion des affaires publiques avec les innombrables détournements et affaires sales notamment les Denos (Dépenses engagées non ordonnancées). Il prononce un mot dont les Américains ont horreur, l’Ivoirité. Parce qu’il faut savoir que, pour les Américains, la garantie de la production du cacao va avec la naturalisation massive des Burkinabé. Une main-d’œuvre moins cher et formée pour la production du cacao.
Parler d’ivoirité, c’est empêcher cette main-d’œuvre bon marché de se déverser en toute sécurité en Côte d’Ivoire. L’occasion était bonne pour faire un coup d’Etat. Car, il faut savoir que nos autorités (françaises) n’ont jamais envisagé un coup d’Etat contre Bédié qui est considéré comme leur homme, en tant que digne successeur d’Houphouët-Boigny. Là encore, le plan des Américains d’installer leur homme échoue avec le Général Robert Guéi qui organise une élection qui donne le pouvoir à Laurent Gbagbo, un socialiste de surcroît.
Cela met les chocolatiers américains en colère. C’est pourquoi, une fois encore, sans même attendre de voir agir le nouveau président pour le juger sur pièces, la Cia met en marche, par une succession de coups d’Etat qui échouent les uns à la suite des autres, durant toute l’année 2001, un autre plan. De guerre lasse, elle monte une rébellion financée par le lobby américain et d’autres entreprises financières à raison de plus de 25 millions par mois pendant plus de deux années. La mission des militaires français ayant montré ses limites en Côte d’Ivoire, les Américains réussissent à «suggérer» l’envoi des Casques bleus de l’Onu. Le décor est planté pour le départ de Laurent Gbagbo…

Gbagbo comme Houphouët en 1993 !

La résolution de la crise ivoirienne passe par des accords qui stipulent la nécessité d’organiser des élections «ouvertes à tous». Alassane Ouattara est autorisé par exception à poser sa candidature. Laurent Gbagbo croit pouvoir obtenir, en retour, le désarmement prescrit dans tous les accords. Votre président s’est leurré. Au contraire, c’est lui qui a été plutôt acculé à faire les élections. Tout le monde s’est gardé de désarmer les rebelles. Le désarmement a été malicieusement élevé au rang de tabou. Laurent Gbagbo a été ainsi piégé, soucieux de ne plus s’entendre dire qu’il refuse d’organiser des élections parce qu’il est sûr de les perdre.

Enfin il a donné l’impression qu’il s’est laissé piéger !

Oui, Laurent Gbagbo a été piégé mais il n’était pas fini. Il a même quelque chose d’Houphouët-Boigny qu’il a pourtant combattu tout le temps. Très futé et sachant la supercherie, le Président ivoirien a piégé à son tour, et là pour de vrai, les chocolatiers américains et leur poulain, Alassane Ouattara. Il l’a fait avec l’arme fatale que la Constitution ivoirienne lui offre, à savoir le Conseil constitutionnel. Suite aux tricheries inélégantes au Nord, dans son fief, Alassane Ouattara a été sanctionné en dernier ressor et sans appel par l’institution judiciaire suprême.
Les chocolatiers américains n’avaient pas bien prévu ce scénario. Ils se débattent à présent et veulent absolument réussir leur coup à travers deux de leurs agents en Afrique : Blaise Compaoré qui a été utilisé pour supprimer Thomas Sankara, et Abdoulaye Wade qu’ils ont aidé à gagner au Sénégal. Cela explique les agitations de ces deux Présidents au sein de la Cedeao.
Ce que je souhaite que le peuple ivoirien retienne est simple : c’est son unité et sa détermination qui feront sa force. Il faut dénoncer haut et fort les actes criminels des Américains sur le sol ivoirien. Les Américains sont prêts à tout pour assurer leur approvisionnement en cacao. Ils voient la Côte d’Ivoire comme un champ de cacao entretenu par des esclaves. Ils se moquent de la volonté du peuple de Côte d’Ivoire. L’achat d’une usine de chocolat aux Etats-Unis était un crime de lèse-majesté pour le régime Gbagbo. Ce sont eux qui ont suscité tous les scandales fondés ou non contre les gestionnaires de la Filière Café-Cacao. Il fallait les punir pour leur audace de vouloir organiser la filière qui pourrait échapper à ces chocolatiers étatsuniens. Entre autres scandales, le journaliste franco-canadien Guy André Kieffer s’apprêtait à révéler le complot des chocolatiers, voilà pourquoi la Cia l’a fait disparaître. Pour des raisons diverses, certains hommes d’affaires français et des agents de la Dgse à leur solde veulent la tête de Gbagbo. Mais il faut savoir, avant tout, que la Côte d’Ivoire doit ses malheurs à la Cia américaine et au lobby des chocolatiers américains. Nicolas Sarkozy n’est qu’un valet de service dans cette affaire. Il est temps de le savoir».
Source : Nouvelle Afrique
__________________

magh91
08/03/2011, 20h49
Vite, un couloir d'exclusion aérienne s'impose pour protéger les champs de cacao du vilain dictateur Gbagbo. Manquerait plus qu'il redistribue les richesses à la population :mrgreen:

absent
08/03/2011, 20h51
Le décret de nationalisation du secteur ivoirien du cacao signé lundi par le président sortant Laurent Gbagbo «revient à un vol», estime le département d'Etat américain.




Ben ces occidentaux n'aiment pas les flux migratoires sud-nord des Africains affamés mais les flux sud-nord de leurs biens et richesses ne les dérangent pas. Bien fait pour leur gueules.

Moi je dis que le flux migratoire des humains suit le flux migratoire de leur biens.

l'Afrique pour les Africains.

magh91
08/03/2011, 20h53
Rendez-moi mon nesquik! :mrgreen:

Sioux foughali
08/03/2011, 21h01
Ecoutez un peu radio Africa....vous aurez une idée de ce que pensent bon nombre d'Africains de cette actualité , en premier lieu , sur la Côte d'Ivoire et la Lybie


Les avis sont partagés , j'ai ecouté 2 fois vers 13 h 00 il me semble ..''journal des auditeurs '' je crois

absent
08/03/2011, 21h01
Les "occidentaux" imposaient les dictateurs maintenant ils choisissent les présidents pas vrai ? moi j’appellerai ça la démocratie choisie à défaut d'ingérence humanitaire

keyboardzapper
08/03/2011, 21h04
Mabrouk alihoum...on mettra un franc de plus pour acheter du chocolat ce sera pas grave...

absent
08/03/2011, 21h38
Mabrouk alihoum...on mettra un franc de plus pour acheter du chocolat ce sera pas grave...


L'économie de chocolat suisse va trouver des grves problèmes de logistiques. Lol

Les Africains se réveillent à grande vitesse et ils n'avaleront plus les couleuvres des père blancs. L'afrique pour les africains. Ils accepteront plus les doses de l'amour khorti des missionaires blancs. La religion est l'amour certe mais aussi il faut chercher son droit.

L'Afrique pour les Africains.

absent
08/03/2011, 21h50
Ecoutez un peu radio Africa....vous aurez une idée de ce que pensent bon nombre d'Africains de cette actualité , en premier lieu , sur la Côte d'Ivoire et la Lybie


Les avis sont partagés , j'ai ecouté 2 fois vers 13 h 00 il me semble ..''journal des auditeurs '' je crois


Le monde se réveille. et les companies ne vont plus trouver la main d'oeuvres gratis. Bien fait la nationalisation de cacao.

Ils veulent que l'Africains travaille 12 heures ds les champs de cacao pour une prix mérpisable pour qu'un Ricain ou bien un français ayant un companie de tranformation produit une barre de chocolat à 10 euros contenant peu etre 50 gramme de cacoa coutant o,2 euros le Kg prix FOB.

À bas l'injustice.

absent
08/03/2011, 22h28
??????????

absent
08/03/2011, 22h32
??????????


????????????????

absent
09/03/2011, 11h29
!!!!!!!!!!!

oudjda
09/03/2011, 13h23
il faut combien de sac de cacao pour acheter une voiture??

auscasa
09/03/2011, 13h33
j'espere qu'il creera une industie de chocolat dans son pays. parceque le cacao on peut le plenter dans d'autre pays de la region.

on a vu le zimbabwe qui etait un grand exportateur de produit agricole, et on a entendu les meme slogans, 10 ans plus tard ce pays importe et paye cher ces produits.

alors si gbagbo nationalise juste pour nationaliser, je crois pas que c'est une bonne idee, mais s'il le fait parcequ'il metrise toute les technique d'exploitation et de savoir faire et veut creer une industrie de chocolat pour exporter aussi des produits fini c'est autre chose.

bonne chance pour nos frere ivoiriens, personlement je suis pas contre la nationalisation sa va rapporter une plus grande valeur ajouter, mais je suis contre si c'est juste de la politique comme au zimbabwe.

absent
09/03/2011, 18h06
la cacao remplacera le kif

Cookies