PDA

Voir la version complète : Le poisson se fait rare sur la côte algérienne


Zacmako
09/03/2011, 07h51
LE POISSON SE FAIT RARE SUR LA CÔTE ALGÉRIENNE
Votre sardine sera plus chère


Des pêcheurs demandent des facilitations pour l’obtention de crédits bancaires.

La sardine déserte le littoral algérien. Son prix, déjà faramineux, risque de connaître une nouvelle flambée. La cause? Les ressources maritimes ont chuté et le ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques n’en connaît pas les raisons.
«Pour le moment, nous n’avons aucune explication à fournir concernant cette décroissance», a révélé, hier le ministre Abdallah Khanafou, lors d’une rencontre avec les représentants des pêcheurs, au siège de son département à Alger. Pis, le ministre a avoué que la même ressource a «connu une chute de 50% par rapport à l’année dernière».
Les indicateurs sont au rouge. Et les pêcheurs sont les mieux placés pour le savoir. Ils tirent la sonnette d’alarme.
Les représentants des 14 wilayas maritimes du pays étaient venus observer un sit-in devant le ministère. Le ministre, qui devait se rendre au Palais des nations pour assister à la cérémonie organisée à l’occasion du 8 Mars et présidée par le président de la République, a préféré les recevoir. Le littoral algérien est malade.
Pour l’ausculter, le ministère s’est doté, récemment, d’un bateau scientifique baptisé au nom du martyr Balkacem Grine. «Ce navire entamera sa mission d’étude du littoral en juin prochain.
Il rendra ses conclusions au ministère vers la fin de cette année», a indiqué le ministre. Le navire en question vient s’ajouter aux deux bateaux Toufik et Benzaza.
Le nouveau bâtiment est le premier du genre en Algérie. «Il est spécialisé dans l’évaluation des ressources halieutiques», est-il spécifié sur le site officiel du ministère. Ses principales missions consistent, entre autres, à étudier les caractéristiques hydrologiques de la côte algérienne, prospecter et déterminer de nouvelles zones de pêche, expérimenter de nouvelles techniques et engins de pêche.
Entre-temps, ce sont les pêcheurs qui trinquent. Leurs préoccupations sont multiples. Pour les prendre en charge, le ministre adopte la stratégie d’ouverture.
«Un comité national de dialogue est mis en place. Nous allons étudier vos revendications dans le cadre d’une concertation continue», a annoncé le ministre. Plusieurs dossier sont sur la table de M.Khanafou.
A commencer par le financement de leur activité. «Nous sommes en train de réfléchir à plusieurs formes de financement dont celle d’une assistance à partir du Fonds d’aide à la pêche et l’aquaculture», a annoncé le ministre.
Il a également précisé que le dossier du crédit bancaire fait partie des préoccupations de son département. «Nous envisageons des formules de participation du ministère dans la facilitations d’accès au crédit bancaire», a-t-il assuré.
Concernant le statut du marin, le premier responsable a déclaré qu’un décret est en préparation. «Il portera sur la définition du statut et de la profession du marin», a-t-il expliqué. D’autres questions liées à la profession ont été soulevées. En attendant des solutions concrètes, la sardine continue de bouder le plat des citoyens.
L'expression

Zacmako
09/03/2011, 07h52
Hé oui, même notre poisson rêve d'autres cieux(pour ne pas dire d'autres eaux) et est devenu aussi un ''harraga''.Ils prèférent eux aussi, mourir... noyés.
Pourtant je crois que l'Algérie est le seul pays au monde où le poisson meurt ...de vieillesse.:mrgreen:

arazigh
09/03/2011, 08h14
Négocions avec le Maroc : sardines contre gaz. Et la frontière deviendra le théatre d'une gigantesque fête aux grillades !

maB2rOc
09/03/2011, 11h05
Négocions avec le Maroc : sardines contre gaz. Et la frontière deviendra le théatre d'une gigantesque fête aux grillades !
:5::5::5:

CDN
09/03/2011, 16h36
Je pense que même les poissons sont devenus des HARAGA.

citoyen
09/03/2011, 16h58
>>>La cause? Les ressources maritimes ont chuté et le ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques n’en connaît pas les raisons.

Il suffit de se pointer à 4 heures du matin dans n'importe quelle zone de pêche et vous allez entendre le bruit de la dynamite que ces mêmes pêcheurs utilisent pour "pêcher" le poisson.

Il faut savoir que l'usage de la dynamite fait fuir le poisson de l'endroit de l'explosion au moins pour 10 ans, donc s'ils dénoncent leur confrères, peut être que le poisson repeuplera les côtes .....dans 10 ans.

D'autres font appel au cyanure.

Cela fait des années que les autorités le savent, mais ne font presque rien. Là tout le monde paye, qu'ils vendent leur embarcations acquises avec les prêts ansej et autres mécanismes de techghil echabbab pour exploser la tronche aux petits poissons avec des bâtons de dynamite.

Egomis
09/03/2011, 18h00
Le poisson algérien ne meurt pas de vieillesse... mais certainement

Par dégout de la médiocrité et du laxisme des responsable du bled en matière de mise en place de lois sauvegardant l'environnement, par l'irresponsabilité et gnorance des responsables du secteur de la pêche en matièren de sauvegarde des écosystèmes ...sinon comment expliquer la pose de ces milliers de filets ne répondant à aucune norme le plus souvent à quleques centaines voire dans certaines zones à quelque dizaines de mètres si ils ne sont pas fixés carrément à des pieux sur le sable ou sur quelque rocher.... faisant en sorte tout petit alevin " qui ouvrirait les yeux" finit tout aussi vite dans ces trimailles...

Non, chez nous les poissons ne meurent pas de vieillesse, bien au contraire,... ils n'arrivent jamais à maturité pour se reproduire...

Oui! Hélas!

absent
10/03/2011, 10h39
Il existe des cimetières de poissons en Algérie car les côtes ne sont pas encore souillés par le tourisme industrielle

xenon
10/03/2011, 22h25
en algérie , on est méme capable de se retrouver en pénurie de sable malgré les millions de km² de désert.

samarkand777
10/03/2011, 23h12
l'algerie devrait produire 1 million de tonne au moins de poisson.

on fait pas 20% de ce chiffre !

absent
11/03/2011, 00h16
l'algerie devrait produire 1 million de tonne au moins de poisson.

Tu veux parler de l'élevage ?

Massnsen
11/03/2011, 00h21
Arrêtez de dire n'importe quoi !
Les algériens ont fait des ravages avec les filets dérivants qu'ils utilisent pour la pêche à l'espadon mais il font des massacres sur les dauphins et les tortues.
Les langoustes sont pêchées avant terme et les cigales n'existent plus sur notre côte.
Le poisson ne meurt pas de vieillesse, mais il fuit la pollution. Le sar, la daurade, le pagre, le gros yeux sont sensibles à la moindre pollution. Maintenant, il nous reste les rascasse, les madame os, quelques mustelles, les congres et les murènes.

Même les mérous et les badèches ont disparu de la côte kabyle !

absent
11/03/2011, 00h34
Même les mérous et les badèches ont disparu de la côte kabyle !

Ici on parle des côtes ALGERIENNES

Lincompris
11/03/2011, 01h25
Désolé pour les mangeurs de poissons grillés dont je fais partie.

Zeste
11/03/2011, 08h41
Sur la planète le poisson de fait rare, l'aquaculture est une solution

samarkand777
12/03/2011, 15h52
kho non, avec nos 1200 km de côtes, et vu notre population et la richesse marine (moyenne) on devrait produire 800 000 a 1 million de tonnes par an.
a comparer avec d'autres pays mediterranéens.

mais les khorotos bras cassés que nous sommes ont pollué la terre, la mer et on ne produit presque rien puisque tout le monde s'en fou de l'algerie qu'ils disent aimer tant pourtant....:22:

mercure a l'est ,rappelez vous de ce scandale, déversé en méditerranée.

RIM-K65
12/03/2011, 15h59
Je me rappelle d'une étude qui évalue le potentiel des cotes algériennes à 500 000 tonnes, c'est le max qu'on peut pécher.

C'est pas l'atlantique quand même. A mon avis, on doit investir en Mauritanie. On a l'argent et eux le poisson à gogo.

nano78
12/03/2011, 21h35
malheureusement l argent ne fait pas tout c est l huile de coude qu il faut

Inata
12/03/2011, 22h02
Citoyen,

c'est criminel de pecher à la dynamite! jamais le poisson ne reviendra! Que font les autorités enfin! j'accusais quelques personnes mais là j'ai l'impression que toute l'Algérie est incompétente et ne vise pas à enrichir le pays, bien au contraire c'est d'un m'en foutisme désarmant.

Toutefois le problème est mondial!......... j'aime tellement la sardine:cry:
Le cauchemar d'océans d'où tous les poissons auraient disparu pourrait se concrétiser d'ici à 2050 en l'absence d'une restructuration profonde du secteur de la pêche, ont mis en garde lundi des experts de l'ONU.
"Si les différentes estimations que nous avons reçues (...) se réalisent, alors nous sommes dans une situation où effectivement, dans 40 ans, nous n'aurons plus de poisson", a déclaré à des journalistes à New York Pavan Sukhdev, directeur de l'Initiative pour une économie verte du Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue).
Mais, selon le rapport sur l'économie verte que le Pnue et divers experts doivent rendre public dans le courant de l'année et qui a été présenté en avant-première lundi, cette catastrophe peut être évitée si l'on taille dans les subventions aux flottes de pêche et si des zones protégées sont mises en place pour les poissons, ce qui à terme pourrait aboutir à une industrie de la pêche florissante.
Le monde "épuise le capital" dont il a besoin, a souligné le directeur du Pnue, Achim Steiner. Cependant, "nos institutions, nos gouvernements sont parfaitement capables de changer de voie", a-t-il ajouté, précisant qu'une trentaine de pays collaboraient avec le Pnue et que d'autres étaient en train de réviser leur politique en matière d'environnement.
La chute des réserves de poissons de la planète est un problème écologique mais aussi une question de subsistance pour un milliard de personnes, souvent originaires de pays en développement et dont le poisson constitue la seule source de protéines, selon l'ONU.
Le rapport sur l'économie verte estime que 35 millions de personnes vivent de la pêche dans le monde, que 170 millions d'emplois en dépendent de manière directe ou indirecte et qu'en tout 520 millions de personnes y sont financièrement liées.
Selon l'ONU, 30% des réserves halieutiques ont déjà disparu et l'ensemble des activités de pêche risque de ne plus être rentable d'ici 2050.
Principal fléau à combattre, selon le rapport: les subventions des gouvernements à des flottes toujours plus grosses pour des prises toujours plus maigres, et qui ne laissent pas le temps aux ressources de se reconstituer.
Les capacités des flottes de pêche sont "50 à 60%" supérieures à ce qu'elles devraient être, selon M. Sukhdev.
Le rapport préconise la création de zones marines préservées permettant aux poissons femelles d'atteindre la taille adulte, augmentant ainsi sensiblement leur fertilité, jugeant qu'il s'agit d'une solution vitale.
Il conseille aussi de revoir la taille des flottes de pêche pour favoriser des bateaux plus petits. "Les solutions sont sous la main, mais la volonté politique et une économie ordonnée sont nécessaires", a insisté M. Sukhdev.




tv5monde 2010

samarkand777
13/03/2011, 17h53
oui rim k 500 000/600 000 tones en potentiel et autant en aquaculture mais on arrive même pas a pêcher 200 000 tonnes.

c'est pour cela que le poisson est un produit de luxe chez nous.
pourtant l'état a investit dans ce secteur.....

Cookies