PDA

Voir la version complète : Mise en service de la ligne de chemin de fer Oran-Arzew


bledard_for_ever
12/03/2011, 13h44
M. Amar Tou, ministre des Transports, sera aujourd’hui à Oran pour assister à la mise en service d’un tronçon d’environ 40 kilomètres de la ligne ferroviaire Oran-Arzew.


M. Amar Tou, ministre des Transports, sera aujourd’hui à Oran pour assister à la mise en service d’un tronçon d’environ 40 kilomètres de la ligne ferroviaire Oran-Arzew. Dans le secteur des transports, ce projet qui semble enfin se concrétiser, est l’un des plus anciens puisqu’il a été inscrit, il y a de cela un quart de siècle. Le manque de liquidités concomitant à l’effondrement des cours de l’or noir sur les marchés mondiaux et la dévaluation du dollar dans les années quatre-vingts ont eu raison de ce projet… qui ressuscitera en 2000 dans le cadre du programme de soutien à la relance économique initié par le Président de la République. Cette ligne va relier, dans un premier temps, El Mohgoun à Oran pour ensuite être étendue jusqu’à Arzew et plus tard relier Mostaganem.

A la suite d’une batterie d’essais techniques le train va donc faire sa première rotation commerciale, jeudi prochain, pour les voyageurs et à moyen terme cette ligne servira également pour le transport de marchandises tant l’importance du pôle industriel d’Arzew n’est plus à démontrer. Ce train de banlieue fera deux rotations par jour en tenant compte des temps de « migration pendulaires » des usagers qui sont dans leur extrême majorité des travailleurs dans les zones d’activités d’Arzew et des communes limitrophes. Ce train est composé de 4 voitures pour permettre le transport de quelque 600 voyageurs/jour avec des arrêts au niveau des gares projetées dans les localités de Sidi Marouf, Hassi Ameur, Hassi Ben Okba, Gdyel, Hassi Mefsoukh, et enfin, El-Mohgoun. A noter que l'électrification de cette ligne a été confiée à l'Agence nationale d'étude et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (ANESRIF) qui a sous-traité suite à un avis d’appel d’offres avec un groupement algéro-allemand constitué de Siemens, Est El Rail et Infratel. Ce projet aura coûté quatre milliards de dinars environ, il a porté sur les études d'exécution, la fourniture, le montage et la mise en service des équipements de signalisation, de télécommunication ainsi que l'énergie de cette ligne. Le ministre qui va prendre le train aujourd’hui a aussi inscrit dans son agenda le tramway d’Oran à qui il va consacrer une grande partie de sa visite technique avec des inspections des futures stations ainsi que de la gare multimodale et l’atelier de maintenance. Prévu pour assurer le transport sur une ligne initiale de 18 km, ensuite extensible à 25 km pour prendre le départ de l’aéroport d’Es Sénia en passant par le la ville du même nom, traverser le centre-ville d’Oran avec une station à la place du Premier Novembre et relier la localité de Hai Essabah. Avec une trentaine de stations tout au long de ce parcours notamment à Saint-Hubert, à Saint-Antoine, Boulanger, place du 1er Novembre, Dar El Beïda, l’université USTO, le 3e boulevard périphérique… le chantier avance toutefois en bouleversant le quotidien des riverains, les habitudes des automobilistes et met à rude épreuves la patience des commerçants situés sur son parcours, dont activité se trouve affecté directement.

Les travaux de ce premier tracé du tramway d’Oran ont été confiés au groupement algéro-espagnol Tram-Nour, (un consortium comprenant l’Entreprise du Métro d’Alger, le groupe d’ingénierie espagnol Isolux Corsan et le fournisseur français de tramways Alstom), en 2008. L’idée initiale était de relier la partie est de la ville (Sidi Marouf) dont la tendance urbanistique et administrative fait d’elle le futur centre-ville d’Oran à sa partie Ouest : Es Sénia avec une seule ligne bidirectionnelle de 17,7 km. Depuis, des extensions ont été imaginées et décidées. Ainsi le tramway aura un « second bras » qui prendra le départ du quartier dit Rocher (vers Misserghin), en passant par haï Bouamama, stade Bouakeul, les Arènes, le boulevard Emir-Khaled, l’avenue Colonel-Lotfi jusqu’à la gare routière d’El Hamri.

El moujahid

Cookies