PDA

Voir la version complète : BP veut exploiter de nouveaux gisements d’hydrocarbures en Algérie


mohoo
14/03/2011, 19h40
Après avoir renoncé à vendre ses actifs en Algérie, le groupe pétrolier britannique BP compte développer davantage ses activités dans le pays, notamment dans l’exploration et la production de pétrole et de gaz.

« Il s’agit d’accroître notre production de pétrole et de gaz en Algérie en nous associant à des projets futurs », a déclaré ce lundi 14 mars à l’APS un porte‑parole du groupe pétrolier britannique, Robert Wine, qui évoqué l’intérêt de sa compagnie pour le site de Tinzaouatine découvert en août 2008 par Sonatrach.

BP, présent en Algérie via deux projets de gaz naturel, à In Salah et In Amenas dans le sud du pays, veut s’associer avec Sonatrach pour y exploiter de nouveaux gisements de gaz, selon ce porte‑parole. Les gaz schisteux algériens intéressent particulièrement le géant britannique, selon des sources proches de la compagnie. Pour le groupe britannique, le potentiel algérien en matière de gaz et de pétrole est « important ».

M. Wine a indiqué qu’il y a peu de sites dans le monde où on parle de développement de la production du fait que la grande majorité des sites sont en déclin. La production de gaz de BP Algérie s’élève a 9 milliards de m3 par an représentant 1,5 % de la production mondiale de BP tandis que la production de pétrole est de 17 000 barils /jour, soit 0,7 % de la production totale du groupe.

APS

Vigilance
15/03/2011, 05h51
Mais non... il faut aller chercher au SAHEL. c'est là-bas qu'il y a du pétrole. n'est-ce pas Total? ;)

A propos, le pétrole se faisant de plus en plus rare, ce serait bien de durcir les accords de partenariats entre Sonatrach et les compagnies pétrolières étrangères.

ça reste 51/49 avec les compagnies US. Normal, puissance militaire des Etat Unis oblige et pour le reste du monde ça doit passer à 67/33. avec investissement à la charge de la compagnie étrangère. Dans la phase investissement, la Sonatrach ne doit mettre la main à la poche que si elle n'a pas les moyens technologiques d'extraire.

Ce serait bien aussi de déconnecter le marché du gaz de celui du pétrole.

A voir, il faut évoluer...

Cookies