PDA

Voir la version complète : La marine israélienne affirme avoir arraisonné un cargo d'armes pour Gaza


absent
15/03/2011, 20h48
La marine israélienne affirme avoir arraisonné un cargo d'armes pour Gaza

LEMONDE.FR avec AFP | 15.03.11 | 13h34 • Mis à jour le 15.03.11 | 15h32


Un commando de la marine israélienne a arraisonné en Méditerranée un bateau d'armes parti de Syrie et destiné à des "organisations terroristes" dans la bande de Gaza, a annoncé mardi 15 mars l'armée israélienne. Cette opération, approuvée par le gouvernement sous recommandation du nouveau chef d'état-major, Benny Gantz, est survenue tôt dans la journée en dehors des eaux territoriales israéliennes.

"Le bateau, battant pavillon libérien, avait quitté le port de Mersin en Turquie à destination du port d'Alexandrie en Egypte", a précisé une porte-parole de l'armée. Avant l'escale en Turquie, le cargo était passé par le port syrien de Lattaquié, où apparemment les armes ont été chargées à bord. "L'arraisonnement s'est déroulé sans résistance de l'équipage", a-t-elle souligné, en ajoutant que la marine israélienne acheminait le bateau, baptisé Victoria, vers le port israélien d'Ashdod, dans le sud du pays. Le bâtiment appartient à une compagnie allemande et était affrété par une société française non identifiée, selon la porte-parole.

La porte-parole de l'armée n'a pas précisé la nature des armes saisies, découvertes dans trois conteneurs. Selon la radio militaire, les responsables israéliens soupçonnent que ces armes sont d'origine iranienne. Un communiqué de l'armée a souligné que la Turquie "n'est en aucun cas impliquée" dans cette affaire.

Israël, qui accuse la Syrie et l'Iran de fournir des armes au Hezbollah chiite libanais et aux islamistes palestiniens du Hamas qui contrôlent la bande de Gaza, a procédé à plusieurs reprises dans le passé à des interceptions de bateaux transportant des armes en pleine mer.

Le 3 janvier 2002, des unités de la marine et de l'armée de l'air israéliennes avaient ainsi arraisonné en mer Rouge le Karine A, un navire qui transportait 50 tonnes d'armement, notamment des roquettes katioucha, des roquettes anti-char, des obus de mortier, des mines et 1,5 tonne d'explosifs. Les responsables israéliens avaient alors accusé des responsables liés à l'Autorité palestinienne d'avoir acheté le navire ainsi que la cargaison d'armes d'origine iranienne qui était à bord. L'Iran et le Hezbollah avaient nié toute responsabilité dans cette affaire qui avait fait la "une" de l'actualité mondiale.

Cookies