PDA

Voir la version complète : Libye/Yémen : Indignation à géométrie variable.


biskra
18/03/2011, 19h52
Libye/Yémen : Indignation à géométrie variable.

Par : khalil Attiyah
Publié le : 18 mars 2011 à 15:16
http://www.afrique-asie.fr/uploads/dm_post/.thumbs/yémen%20bain%20de%20sang_1442f3.jpg


DR Bain de sang au Yémen, à la suite de la répression des manifestations en faveur du départ du président Saleh

Les monarchies du Golfe, qui s’étaient dépensées sans compter pour amener la mal-nommée communauté internationale à intervenir militairement contre le régime libyen, lequel, a-t-elle évoqué, « massacre son peuple », ferment les yeux sur ce qui se passe dans leur arrière cours. Ainsi, après avoir débloqué 20 milliards de dollars pour venir en aide à l’économie du royaume de Bahreïn, du Sultanat d’Oman et du Yémen, confrontés tous les trois à une révolte socio-politique, ces mêmes monarchies, regroupées au sein du Conseil de coopération du Golfe, ont envoyé des troupes à Bahreïn pour aider le régime dictatorial à mater dans le sang les manifestations pacifiques.

Revigoré par cette initiative, le régime yéménite du président-général Ali Abdallah Saleh n’hésite plus à brandir le spectre de la guerre civile, comme Kadhafi, et de donner l’ordre à ses forces de sécurité de massacrer les manifestants qui réclament son départ, après une trentaine d’années au pouvoir. C’est ainsi que les forces de sécurité ont ouvert le feu vendredi 18 mars lors d'une manifestationantigouvernementale à Sanaa, faisant au moins 32 morts et plus de 200 blessés, selon des sources médicales et des témoins. Les heurts ont éclaté après la prière hebdomadaire, lorsque les manifestants réclamant le départ du président Ali Abdallah Saleh ont tenté de quitter la place où ils étaient rassemblés.

La chaîne qatarie Al-Jazeera et sa consoeur saoudienne, Al-Arabya, qui avaient pris fait et cause pour le soulèvement libyen, sans aucun respect de la déontologie, adoptent, quant à elles, une posture quasi hostile aux aspirations des manifestants yéménites et bahreinis pour la liberté et le changement.

Il faut rappeler par ailleurs que la résolution N° 1973 adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies à une majorité de dix voix (dont celle de l’Afrique du Sud) avec l’abstention de cinq pays (la Chine, l’Inde, la Russie, le Brésil et l’Allemagne) est basée sur une résolution de la Ligue arabe appelant à l’imposition d’une zone d’exclusion aérienne à la Libye. Cette résolution est sponsorisée par les monarchies du Golfe et rejetée tacitement par la Syrie et l’Algérie. Le Qatar et les Emirats arabes unis ont d’ores et déjà annoncé leur volonté de financer les futures opérations militaires contre le régime de Kadhafi.

Cookies