PDA

Voir la version complète : Une grande partie de la classe politique salue la volonté du chef de l'Etat d'engager des réformes


nacer-eddine06
21/03/2011, 13h20
Une grande partie de la classe politique salue la volonté du chef de l'Etat d'engager des réformes politiques

[Aps 20/3/11] ALGER- Les déclarations du Président Abdelaziz Bouteflika à l'occasion de la fête de la Victoire, le 19 mars, en faveur de réformes politiques comme complément indispensable aux réformes globales que doit engager le pays, ont suscité des réactions multiples au sein d'une bonne partie de la classe politique, approchée par l'APS, ainsi que dans les colonnes de la plupart des journaux nationaux paraissant ce dimanche. "Les réformes globales ne sauraient être fructueuses en l'absence de réformes politiques", avait souligné le chef de l'Etat au travers de cette phrase programme.
"Les réformes politiques constituent un processus permanent et constant déjà engagé depuis quelque temps", a déclaré à l'APS M. Aïssa Kassa, membre du bureau politique chargé de l'Information au parti du Front de libération nationale (FLN).
Il a rappelé, à cet effet, l'amendement de la Constitution et le référendum sur la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, ainsi que les différents ateliers de réforme initiés par le président de la République dans divers secteurs.
M. Kassa a d'autre part signalé que la question relative au fond et à la forme des réformes politiques escomptées était "du ressort du président de la République" et qu'il était difficile de s'y prononcer pour l'instant.
Pour sa part, le porte-parole officiel du Rassemblement national démocratique (RND), M. Miloud Chorfi a salué le message du président de la République à l'occasion de la célébration de la fête de la Victoire, dans son volet consacré aux réformes politiques, qu'il a qualifié de "pas positif" vers la consolidation du processus démocratique.
Le RND a exprimé, par la voix de M. Chorfi, la mobilisation de ses militants, cadres et élus pour contribuer "efficacement" à l'aboutissement du projet de réformes "susceptible, a-t-il dit, de consacrer davantage le pluralisme médiatique, politique et parlementaire".
Selon le RND, ce projet parrainé par le président Bouteflika "contribuera certainement à faire sortir le pays de la crise", en parachèvement du processus de réformes que connaît le pays depuis deux décennies à la lumière des mutations rapides qui s'opèrent dans le monde".
De son côté, le chargé de l'Information du Mouvement de la société pour la paix (MSP), M. Mohamed Djemaa, a rappelé que son parti était parmi ceux qui avaient plaidé pour le lancement, par le président de la République, de réformes globales dans les domaines, politique, économique et social, en vue de "mettre l'Algérie sur la voie du développement, de la démocratie et de la justice sociale".
"Le président de la République a pris en considération, dans son message, les revendications légitimes exprimées par une large frange de la société", a estimé, quant à lui, le membre dirigeant du Parti des travailleurs (PT), M. Djelloul Djoudi.
Aussi, a-t-il ajouté, le PT "adhère complètement" à la démarche du président de la République en ce qui concerne les réformes politiques.
Celles-ci signifient, pour cette formation, "la consécration de la démocratie authentique à travers l'élection d'une Assemblée constituante qui disposerait de toutes les prérogatives, y compris l'élaboration d'une nouvelle Constitution et l'exercice du contrôle sur le gouvernement".
Il a ajouté que les réformes politiques étaient désormais "une nécessité" pour renforcer le processus de réformes économiques.
Pour le secrétaire général du Mouvement El Islah, M. Djamel Benabdeslam, la déclaration du Président Bouteflika est trop "générale", dans le sens, a-t-il dit, où elle n'énonce aucun détail sur la nature de ces réformes. "Nous ignorons dans quelle direction le Président de la République orientera ces réformes profondes", a-t-il ajouté, tout en se demandant si ces réformes iront dans le sens de la "consécration" du système ou de la "mise en oeuvre des fondements" d'un changement démocratique.
M. Benabdeslam a fait savoir, en outre, que le changement démocratique souhaité par sa formation politique, allait dans le sens de la mise en place d'une nouvelle constitution susceptible, a-t-il expliqué, d'opérer des changements "significatifs" dans la nature du système politique actuel.
Pour le mouvement Ennahda, les réformes projetées "doivent être globales et complémentaires et toucher les aspects politiques, économiques et sociaux y compris le système juridique, notamment la Constitution, car étant liée à l'état d'urgence, aujourd'hui levé, et à la crise qu'a vécue le pays.
Le mouvement demeure attaché à sa précédente revendication relative au "renversement du gouvernement" actuel, qui a "prouvé son échec", et à la formation d'un gouvernement formé de "compétences" dont la mission serait d'appliquer les réformes et de créer des institutions fortes, susceptibles de répondre avant tout aux aspirations du peuple.
Le parti a également insisté sur l'impératif d'impliquer "sérieusement" les partis politiques à l'élaboration d'une approche commune sur les différents aspects des réformes à réaliser, mettant en garde contre toute marginalisation de la classe politique.
Beaucoup de titres de la presse nationale ont, de leur côté, consacré dimanche de larges espaces au message du président Abdelaziz Bouteflika.
Sous le titre interrogatif: "Un nouveau départ?", Le Jeune Indépendant prédit "un changement dont une nouvelle constitution précisera la nature" et se demande si "celle-ci sera le fait d'une révision profonde ou de +l'enfantement+ d'une constituante".
El Moudjahid réserve toute sa une au message présidentiel sous le titre "les reformes politiques indispensables pour la réussite des reformes globales" et reprend entre autres: "la levée de l'état d'urgence constitue un pas nouveau vers l'élimination des conséquences des années noires".
"Bouteflika fixe l'objet des reformes" souligne de son coté l'Expression qui indique que "la reforme globale vise à changer l'image de l'Algérie mais elle ne saurait être fructueuse en l'absence de reformes politiques".
Le journal relève que "(...) la question du changement et de la reforme était l'une des bases essentielles sur lesquelles ont été arrêtés les différents programmes mis en oeuvre depuis plus d'une décennie".
Le Quotidien d'Oran traite du même sujet sous le titre "Bouteflika promet une +reforme globale+" et reprend une synthèse globale de son message.
Sous le titre "le président annonce des reformes politiques", Liberté écrit que l'édification matérielle, en cours de réalisation, va sans nul doute de pair avec l'édification politique qui vise la construction d'un pays fort avec des citoyens forts".
Le Temps d'Algérie consacre de son coté toute sa Une à ce même sujet en titrant "Bouteflika annonce des reformes politiques" et développe en pages intérieures les grandes lignes du message délivré par le chef de l' Etat.
"Bouteflika confirme son intention à mener des reformes politiques" titre à la une El Khabar qui indique en sous titre que "la levée de l'état d'urgence ne signifie pas l'abandon de l'éradication des résidus du terrorisme".
Ech chourouk souligne dans un article consacré à cette même question que "Bouteflika considère les reformes politiques comme un des piliers des reformes globales".
[Aps 20/3/11]

rodmaroc
21/03/2011, 13h29
Une grande partie de la classe politique salue la volonté du chef de l'Etat d'engager des réformes
Est ce qu'on peut dire que 90% de la classe politique algérienne est représentée par le ''FLN+RND+MSP''? si c'est le cas, ca craint.....:)...quelles réformes peut-on réussir avec des ''partis'' pareils??!!!!

nedjmala
21/03/2011, 13h36
...lorsque quelque chose avance, qui tente à le retenir difficilement et, lorsque quelque chose n'avance pas, qui le retient tout simplement, une chose peut être sûre c'est lorsqu'il s'encourage des avancées que rien n'est difficile ou que tout est plus facile, et, bien entendu, les mesures communes et constitutives sont indispensables à cet effet comme au regard du Peuple...

...Salam, merci...

absent
21/03/2011, 13h45
FLN, RND, MSP, PT, les partis du président, qui se mettent à applaudir une déclaration à l'APS. On ne sait toujours pas ce que c'est ses réformes, peut être changera t-il la constitution pour fixer le nombre de mandats présidentiels à 20 maximum.

Eljemati
21/03/2011, 14h38
il est pourrie cet Article on voit que l'APS ecrit ce qu'on lui dicte

il est ou le FFS le RCD et les autres pfffffffffffff bandes de charlatant

Aggour
21/03/2011, 17h22
Le fait d'initier des réformes politiques prouve que l'Avis du FFS, du RCD et de toutes les forces hors circuit est pris en considération. Boutef, j'ai l'impression, ne fait les choses que lorsque tout le monde est prét á y participer.
Il a dû se dire, les réformes politiques, c'est maintenant ou jamais.

Et puis , qu'est ce que nous voulons á part une Algérie démocratique et fortes de ses institutions.

Fennec1
21/03/2011, 21h03
franchement c'est de la contre nature , si on veut faire d'omelette il faut des oeufs , avec quoi Mr le présiedent veut faire des réformes , avec des voleurs qui l'entour , avec ceux quand Boudiaf à parler de la mafia il a eu son sort ,la corruption est au sommet du pouvoir , pourquoi on veut toujours écarter la génération de l'indépendance de participer dans le pouvoir , c'est bien de son droit car c'est la seule génération qui doit remplacée celle d'actuelle ,malgré l'age des ceux qui sont au pouvoir , ils ne veulent pas le lâcher pour au moins pour laisser la génération nouvelle d’apprendre la gestion du pouvoir et avoir plus d’expérience , car cette génération touche l'age de la cinquantaine et non pas encore arriver au pouvoir , le jours où les vieux meurent , qui va prendre le pouvoir , je crois que c'es la "baltagia" ,qui le prennent parce que se sont les plus proche du pouvoir . et comme ca nous aurions un président "Baltagi", un gouvernement de "bessnassa" , et des ministres était de gardien de voiture dans la rue .:sad:

algiers09
21/03/2011, 21h11
Citation

Boutef, j'ai l'impression, ne fait les choses que lorsque tout le monde est prêt á y participer.

Comme par exemple lorsqu'il a changé la constitution pour se maintenir président à vie à l'exemple de ses compères arabes

Pangeen
22/03/2011, 00h08
Houhou yachekar fi rouhou ( min houm wa illayhoum ).

P.

rouge et or
22/03/2011, 03h16
...............................

keyboardzapper
22/03/2011, 03h38
Donc en fait il reconnait que ceux qui sont sorti dans les rues pour manifester avaient raisons de le faire....puisqu'il admet qu'il y a des choses a changer.....

Cookies