PDA

Voir la version complète : Libye: La Turquie va rejoindre les alliés


bel-court
23/03/2011, 22h15
Plusieurs pays de l'Otan ont mis au total 16 navires et sous-marins à la disposition de l'Alliance atlantique pour faire respecter l'embargo sur les armes imposé à la Libye, dont cinq navires et un sous-marin pour la seule Turquie, a annoncé mercredi un général de l'Otan.

Les pays de l'Otan ont "offert 16 vaisseaux" à l'opération de surveillance de l'embargo sur les armes dont l'Alliance a accepté mardi de se charger, a expliqué le général canadien Pierre St-Amand au cours d'une conférence de presse à Bruxelles.

Ces moyens consistent en "un navire de commandement italien, 10 frégates (quatre turques et une pour le Canada, l'Espagne, le Royaume-Uni, la Grèce, l'Italie et les Etats-Unis), trois sous-marins (Espagne, Italie et Turquie) et deux navires auxiliaires (Italie et Turquie)", a-t-il détaillé.

Il a ajouté qu'un "certain nombre de moyens" aériens supplémentaires avaient également été proposés par des pays de l'Otan pour cette opération, mais sans donner de précisions.

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, avait annoncé mardi que la Turquie ne ferait pas partie des pays engagés dans des bombardements de la Libye, mais qu'elle pourrait contribuer aux efforts de "contrôle" en Méditerranée et de l'aéroport de Benghazi, bastion rebelle au colonel Kadhafi.

La "chaîne de commandement" de cette opération part du commandant en chef des troupes l'Otan en Europe, le général américain James Stavridis, passe par la base de l'Otan à Naples (sud de l'Italie), puis descend jusqu'à un amiral italien se trouvant à bord du navire de commandement dépêché par Rome, a également expliqué le général canadien.

Un responsable de l'Otan s'exprimant sous le couvert de l'anonymat a par ailleurs expliqué que l'imposition d'un embargo sur les armes était "important" pour la mise en oeuvre des résolutions de l'ONU.

"S'il (le colonel Kadhafi) peut se procurer d'autres armes, cela prolongerait l'opération", a estimé ce responsable, alors que les capacités d'actions de l'armée libyenne ont été la cible depuis samedi des frappes des pays de la coalition.

Ce responsable a également expliqué que les frégates jouaient un rôle majeur dans ce dispositif, car elles ont la capacité militaire de stopper les navires suspects et d'envoyer des hommes à leur bord pour contrôler leur cargaison.

Le cas échéant, elles peuvent également les dérouter vers des ports où des contrôles plus poussés seraient effectués, selon la même source.

La place exacte de l'Alliance atlantique dans le dispositif commence lentement à se préciser, après des jours de tractations parfois houleuses entre capitales divisées sur le sujet, mais tout n'est pas encore fixé.

Les ambassadeurs des 28 pays membres de l'alliance devaient poursuivre leurs discussions mercredi pour décider s'il convient de confier à l'Otan le commandement de la zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye.

"L'Otan a fini ses plans préparatoires, mais la décision de les mettre en oeuvre n'a pas encore été prise", a déclaré la porte-parole de l'Alliance, Oana Lungescu.

"Les discussions se poursuivent dans un esprit positif", a-t-elle ajouté, "l'Otan est prête à agir, si nécessaire et quand ce sera demandé".

Source: AFP

oudjda
24/03/2011, 16h25
biensur c'est claire depuis le debut,
ca ne m'ettone pas c'est les memes qui beznes avec le sang des palestiniens
ces turc et leurs enfants dans la region espere toujours le retours des bey et dey en afrique du nord.

Cookies