PDA

Voir la version complète : L'Algérie ne respecte pas le principe de la responsabilité partagée en matière de lutte anti-drogue


Maghreb-United
24/03/2011, 18h40
L'Algérie ne respecte pas le principe de la responsabilité partagée en matière de lutte anti-drogue (diplomate)


Vienne, 24/03/11- L'Algérie ne respecte pas le principe de la responsabilité partagée en matière de lutte anti-drogue du fait qu'elle refuse toute coopération avec le Maroc et persiste à maintenir ses frontières fermées avec le Royaume, a affirmé l'ambassadeur, représentant permanent du Maroc auprès des organisations internationales à Vienne, Omar Zniber.


Intervenant lors des travaux de la 54ème session de la Commission des stupéfiants (CND), qui se tient dans la capitale autrichienne du 21 au 25 mars,
M. Zniber a relevé la réticence de l'Algérie à adopter le programme de coopération entre l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et les Etats arabes pour la lutte contre la drogue et la criminalité (2011-2015), ainsi que son refus d'établissement d'un bureau de programme sous-régional de l'ONUDC pour les pays du Maghreb.
Le diplomate marocain répondait aux propos du représentant de la délégation algérienne, qui avait indiqué que «l'Algérie, qui constitue un pays de transit et de consommation du cannabis, mobilise ses services dans le domaine de la lutte anti-drogue. Néanmoins, les missions de ses services restent confrontées à plusieurs difficultés dues, entre autres, à l'étendue des frontières de l'Algérie et le voisinage avec le Maroc, considéré comme l'un des pays les plus
producteurs du cannabis dans la planète».
M. Zniber a, en outre, fait observer que l'Algérie mène une campagne tout azimuts contre le Maroc pour porter atteinte à son image en choisissant de politiser la question de la drogue, domaine où le Royaume a fait preuve d'une stratégie efficace pour lutter contre le cannabis.
Dans ce contexte, le représentant permanent du Maroc à Vienne a mis en relief les efforts déployés par le Maroc qui ont été couronnés par la réduction de la culture de cannabis de 65 pc depuis 2003, et ce en se basant uniquement sur ses propres moyens.
Il a de même souligné que le Maroc gère le dossier du cannabis en toute responsabilité et transparence et dispose, selon le rapport de l'ONUDC, d'informations «fiables et précises» sur ce sujet.
De même, il a cité l'appel lancé par l'Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS), dans son rapport de 2010, sollicitant le Maroc de partager son expérience avec la Communauté internationale en matière d'éradication du cannabis.
Le diplomate marocain a indiqué, à cet égard, qu'au moment où le Maroc coopère étroitement avec l'ONUDC en matière de la lutte contre le cannabis, les informations relatives à la culture d'opium en Algérie demeure inexistante.

MAP

TAGHITI
24/03/2011, 18h42
la MAP de mieux en mieux!

nom de chien c'est simple: éradiquer les camps du cannabis et tout le reste se résout de lui même!

absent
24/03/2011, 18h44
pourquoi contribuer à la lutte anti drogue si le marché algerien est demandeur de plus en ces moments de manifs ca sera risqué de perturber les consomateurs

kaiser
24/03/2011, 18h51
pourquoi contribuer à la lutte anti drogue si le marché algerien est demandeur de plus en ces moments de manifs ca sera risqué de perturber les consomateurs

mdrrrrrr:mrgreen:

biskra
24/03/2011, 19h03
le haschich rend peureux et lâche, a éviter a tout prix

quand au maghzen ,la reine des voyous se sucre au passage de la dop.
c'est bien plus profond que cela .

russkov
24/03/2011, 19h47
L'Algérie ne respecte pas le principe de la responsabilité partagée en matière de lutte anti-drogue (diplomate)


Vienne, 24/03/11- L'Algérie ne respecte pas le principe de la responsabilité partagée en matière de lutte anti-drogue du fait qu'elle refuse toute coopération avec le Maroc et persiste à maintenir ses frontières fermées avec le Royaume, a affirmé l'ambassadeur, représentant permanent du Maroc auprès des organisations internationales à Vienne, Omar Zniber.
__________________________________________________ ___________

C'est l'hôpital qui se fou de la charité ,l'état Marocain et le pourvoyeur du trafique de cannabis...:lol:
S'est un secret de polichinelle ,toute la communauté internationale est au courant ,mais pour des raisons politique et économique on laisse faire .
Il faut être ou débile ou de mauvaise foi pour dire des connerie pareil...!

k-rim74
24/03/2011, 20h06
khald

pourquoi contribuer à la lutte anti drogue si le marché algerien est demandeur de plus en ces moments de manifs ca sera risqué de perturber les consomateurs

Je suis tout à fait d'accord avec toi d'autant plus que c'est un réconfort pour les manifestants qui leur permet de rêver ...

http://69.64.95.168/~liberte//apps/edition/images_editions/5647/dilem.jpg

russkov
24/03/2011, 20h08
Dans ce contexte, la culture du cannabis y est surtout considérée comme une activité de subsistance. Cependant depuis les années 80, la superficie cultivée connaît un tel développement que le cannabis y est pratiquement devenu une monoculture. Selon de nombreuses études, ce marché serait non seulement la première source de revenus des paysans rifains, mais tendrait à devenir l'une des principales contributions à l'économie marocaine (Observatoire Géopolitique des Drogues, 1994 ; Hibou, 1996 ; Moreno, 1997 ; Labrousse, 2002 ; Chouvy, 2005).
Au Maroc depuis l'Antiquité, l'ensemble du littoral méditerranéen jusqu'au détroit de Gibraltar constitue un espace stratégique. Durant des siècles, cette région a abrité une multitude de comptoirs phéniciens, romains, portugais, etc. À l'heure de la mondialisation des échanges, cette zone constitue désormais un véritable carrefour commercial où s'insèrent à la fois les activités légales et les marchés souterrains (contrebande, émigration clandestine, trafic de stupéfiants, etc.).
Les bénéfices des activités illicites sont généralement réinjectés dans l'économie légale par le biais du système financier, qui paradoxalement est particulièrement bien représenté dans le Rif. En effet, bien que la région demeure largement sous-équipée, elle possède malgré tout le réseau bancaire le plus important du Maroc (ONUDC, 2007). Selon de nombreux observateurs, l'importance de l'économie parallèle et de la corruption dans cette région sous-développée et marginalisée, où la tolérance du cannabis est historique, pourrait en partie expliquer l'explosion de ce marché au cours des dernières décennies (ONUDC, OGD, OEDT).
Le cannabis au Maroc, une stratégie politique

Selon de nombreux chercheurs, le cannabis aurait été introduit au Maghreb au VIIe siècle ; sa culture se serait ensuite progressivement répandue, et se serait véritablement implantée dans le Rif au cours du XVe siècle (Labrousse, Romero, 2001 ; OGD, 1996 ; ONUDC, 2003). À la fin du XIXe, le sultan Moulay Hassan Ier autorisa officiellement la culture et la consommation locale de cannabis dans cinq villages du Rif (tribus des Ketama, des Beni Seddate et des Beni Khaled), dans le cadre d'une politique de pacification (J-F. Troin, 2002). En effet à cette période [1863-1898] de nombreuses révoltes éclatèrent dans le région ; la population locale, essentiellement berbère, était à la fois opposée aux présences française, anglaise et espagnole, mais aussi à la politique menée par le pouvoir central. Face à une véritable guerre d'indépendance, cette stratégie de légalisation du cannabis dans le Rif a été poursuivie sous le protectorat espagnol [1912-1956], (Chouvy, 2008).

Read more at Suite101: Le cannabis au Maroc : petite histoire d'un paradoxe politique (http://www.suite101.fr/content/le-cannabis-au-maroc--petite-histoire-dun-paradoxe-politique-a25328#ixzz1HY7YCZGA) http://www.suite101.fr/content/le-cannabis-au-maroc--petite-histoire-dun-paradoxe-politique-a25328#ixzz1HY7YCZGA

Numidio
24/03/2011, 20h24
Après l'histoire de la soucoupe volante 'wekha sidi', celle là est la meilleure :lol:

arazigh
24/03/2011, 20h30
la 1er source de stabilité de amir el mouminine, vous allez qu'avoir la façon comment les marokis vénérer leur dieu sur terre 3acha el malek alor que ce dernier et tout la clique alaouite suce le sang du pays et mettre plein dans la poche,qui peut accepter cette situation mise a part des drogué
Lamentable !

tenebre
24/03/2011, 20h31
la 1er source de stabilité de amir el mouminine, vous allez qu'avoir la façon comment les marokis vénérer leur dieu sur terre 3acha el malek alor que ce dernier et tout la clique alaouite suce le sang du pays et mettre plein dans la poche,qui peut accepter cette situation mise a part des drogué
tu es si pathétique !! :)

ahmed67
24/03/2011, 20h40
faut aussi dire que l'article est lamentable et pathétique ce qui donne aussi ce genre de dérive
la map n'as pas rehausser son niveau sur ce coup la ,très honnêtement si j'avais été marocain je ne l'aurai jamais poster sachant le genre de moquerie qu'il vas provoquer mais Maghreb united dois surement poster sans rien lire :mrgreen:

maghribihor
24/03/2011, 20h46
la drogue doit etre combattu au maroc ou en algerie;il ya des vendeurs et des acheteurs....a lepoque de ibn kayim ,ibn taymia,nawawi quand la drogue est apparu dans leurs contrèès,leurs fatwa etaient clair...tuer tout ceux qui propage ce poisson chez les musulmans au meme titre que des assasins.....il faut combatre ce fleau...et svp ne rentrer pas da,ns le jeu de drogue dur,douce cest une drogue gravement interdit par lislam et par pratiquement tout les pays du monde sauf une ptite minoritè,(espagne,pays bas,ceratins etats au usa....)

tenebre
24/03/2011, 20h47
la map n'as pas rehausser son niveau sur ce coup la
bonsoir ahmed !!


tu as plus de chance de gagner au loto que de voir un article crédible de la MAP !! :)

Iska
24/03/2011, 21h42
Et dire que l'on nous a pondu un article parlant de la "mue" de la MAP:

M.U. tu as encore de beaux jours devant toi, tu ne risques pas de perdre ton emploi pour le moment .

Cookies