PDA

Voir la version complète : Raouraoua reconnait que l'Algérie n'a pas de stades pour de grandes compétitions


zek
27/03/2011, 16h18
Le président de la Fédération algérienne de football (FAF), M. Mohamed Raouraoua, a reconnu dimanche à Annaba que l'Algérie n'avait pas de stades adéquats pouvant accueillir une compétition majeure.

"J'entends dire que l'Algérie avait des stades pour accueillir des compétitions majeures. Hélas ce n'est pas vrai. J'espère que notre pays abritera bientôt de telles compétitions, mais on doit faire vite pour y arriver", a regretté M. Raouraoua lors de l'assemblée générale ordinaire (AGO) de la FAF qui s'est déroulée à Annaba.

D'autre part, M. Raouraoua a indiqué que son instance se portait bien financièrement, et ce grâce à la politique de marketing quelle suit. "En 2010, nous n'avons pas utilisé un centime des subventions de l'Etat", s'est-il félicité.

Par ailleurs, M. Raouraoua a répété que son instance "n'avait aucun problème" avec le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), comme certains laissent le croire. Il a fait savoir que la FAF vient de discuter avec le MJS pour mettre à jour ses statuts.

"Nous avons obtenu le maximum de concessions. Avec ce qu'on a eu, il n'y aura pas d'ingérences dans nos affaires", a-t-il dit. Concernant le volet entraîneur, le président de l'instance fédérale a indiqué que quelque 700 coaches algériens sont titulaires de licences CAF C et B, alors que 100 autres vont avoir dans les prochains jours une licence CAF A.

"Grâce à cette licence, ils pourront travailler où ils désirent à travers le monde", s'est félicité encore M. Raouraoua qui, a par la suite, évoqué le dossier professionnalisme qui connait quelques couacs en sa première saison.

"Nous ne pouvons pas réussir dans le professionnalisme sans que l'Etat accompagne les clubs dans une période précise. Je demande à tout le monde beaucoup de patience, de sacrifices et d'abnégation", a ajouté le nouveau membre du comité exécutif de la FIFA.

"Actuellement, nous comptabilisons 1540 clubs à travers le pays. Si on compte toutes les catégories, cela nous donne un chiffre de 6000 équipes, soit 3000 matches par semaine", a indiqué M. Raouraoua pour rappeler la difficulté de la tâche de gérer un tel nombre impressionnant de clubs et de matches.

Pour M. Raouraoua, son instance a "fixé la barre très haute et ne peut pas revenir en arrière. Si nous mettons tous les moyens à la disposition de nos clubs, nous allons atteindre des niveaux élevés" , a-t-il espéré.

El Watan

Cookies