PDA

Voir la version complète : Les Lions de l’Atlas domptés


biskra
28/03/2011, 14h41
Les Lions de l’Atlas domptés


Les hommes de Benchikha ont finalement tenu leur promesse en obtenant les trois points qu’il fallait à tout prix arracher.


Il fallait attendre ce derby maghrébin face au Maroc pour assister au réveil tant attendu de la sélection algérienne après avoir raté ses deux premières sorties. Avant ce match de la 3e journée des éliminatoires de la CAN-2012, l’Algérie occupait une piètre 4e place avec un petit point notamment, après la victoire de la Tanzanie, la veille, face à la République Centrafricaine (2-1).

Sans se poser trop de questions, les Verts ont dès le coup d’envoi porté le danger dans le camp marocain. D’ailleurs, la première alerte algérienne était à la 4e minute grâce au coup franc majestueux exécuté par Ryad Boudebouz qui a failli faire mouche. Quelques secondes plus tard, l’arbitre de la rencontre, le Mauricien Rajindraparsad Seechurn siffle un penalty indiscutable en faveur des Verts suite à une faute de main flagrante en pleine surface. C’est le Napolitain Hassan Yebda qui exécute la sentence en prenant à défaut le gardien marocain El-Miaghri.


Une ouverture de score qui a vraiment libéré tout le stade du 19-Mai 1956 plein à craquer et en particulier, les partenaires du capitaine Antar Yahia qui en avaient tant besoin après la fameuse période de doute qui a tout de même, duré de longs mois.

On croyait que ce but précoce allait enflammer cette confrontation maghrébine surtout au vu de la détermination des joueurs qui voulaient vaille que vaille satisfaire les 35 millions d’Algériens en général et le merveilleux public du 19-Mai en particulier.


Malheureusement, les minutes restantes de cette première mi-temps, n’ont absolument rien apporté de nouveau. D’ailleurs, même les occasions nettes manquaient cruellement de part et d’autre et, notamment, côté marocain et ce, malgré la présence des stars européennes Chamakh (Arsenal) et Khardja (Inter de Milan). Lors du deuxième half, les deux équipes se sont présentées avec deux objectifs différents: les Algériens voulaient tout simplement défendre ce petit acquis tout en essayant d’ajouter le but de l’assurance tandis que les Marocains visaient carrément l’égalisation en premier lieu. Il faut toutefois signaler que l’aspect physique a vraiment joué un mauvais tour aux hommes de Benchikha qui se sont uniquement contentés de gérer les débats en laissant l’initiative aux Lions de l’Atlas.


En d’autres termes, les joueurs du Belge, Eric Gerets étaient les plus frais physiquement sans toutefois être dangereux à l’exception de l’occasion en or ratée par marouane Chamakh à la 68e minute après un bon travail individuel effectué par son partenaire Taarabt. Ouvrons ici la parenthèse pour signaler l’excellente prestation du gardien M’bolhi auteur de deux ou trois arrêts importants.

Et c’est finalement la hargne et la grande détermination des joueurs algériens qui a eu le dernier mot dans ce vrai match piège. Une victoire certes, courte, mais ô combien précieuse pour l’avenir des Verts dans ces qualifications pour la CAN-2012. A noter enfin, que l’entraîneur Abdelhak Benchikha vient de décrocher sa première victoire depuis son arrivée aux commandes de l’Equipe nationale l’année dernière, succédant au Cheikh Rabah Saâdane.


Mounir BENKACI

Cookies