PDA

Voir la version complète : Libye : la conquête de Brega incertaine


TAGHITI
02/04/2011, 19h06
Le site pétrolier de Brega, dans l'est lybien, est depuis trois jours le théâtre d'intenses combats et la ligne de front entre les forces loyalistes et les rebelles. Ce samedi en fin d'après-midi, la bataille se poursuivait toujours, avec d'intenses échanges de tirs entre les forces de Kadhafi et les insurgés.

Les rebelles tiraient au lance-roquettes vers le sud de la ville en direction des positions de l'armée loyale à Kadhafi.

Le contrôle du terminal pétrolier restait incertain, même si, en début de matinée, des rebelles avaient affirmé tenir cette position. Des tirs d'obus partaient de la ville vers sa périphérie, selon des insurgés de retour du front.

Khaldi al-Cherif, 30 ans, en tenue militaire et armé d'une kalachnikov, a confirmé les intenses combats. «J'étais sur la ligne de front mais j'ai dû reculer car je n'ai qu'une arme légère», a-t-il expliqué. «Je voyais les échanges de loin. Les forces de Kadhafi tiraient à l'artillerie lourde et lançaient des obus depuis la ville vers un quartier résidentiel», a-t-il ajouté.

«Méprise de l'Otan» : la rébellion prête à accepter «des dommages collatéraux ». Sur la route entre Brega et Ajdabiya, des soldats anti-Kadhafi et quatre civils à bord d'une ambulance ont trouvé la mort, a priori lors d'une frappe de l'Otan dans la nuit de vendredi à samedi. Quatre étudiants en médecine de Benghazi, volontaires pour soigner les victimes des combats, se trouvaient, en plus du chauffeur, dans le véhicule. L'Alliance atlantique a immédiatement annoncé qu'elle «examinait» les informations sur cette possible bavure.

Tout serait parti d'un tir de joie, vers le ciel, d'un insurgé libyen. «C'est une erreur (du rebelle,ndlr), les avions ont cru qu'on leur tirait dessus et ils ont tiré sur le convoi», a expliqué un responsable. Moustapha Gheriani, un porte-parole du Conseil national de transition (CNT), s'est également montré très prudent, soulignant qu'il n'avait «pas de confirmation» que les 13 victimes aient été tuées par une frappe aérienne. «Des dommages collatéraux sont possibles. Nous sommes prêts à les accepter. C'est une guerre. Nous regrettons qu'il puisse y avoir des morts», a-t-il ajouté.

Les chasseurs suédois en Sicile. Trois des huit avions de combat JAS Gripen que la Suède dépêche pour participer aux opérations de l'Otan en Libye sont arrivés samedi sur une base italienne en Sicile. Le reste de la force aérienne, cinq Gripen et un C-130 Hercules utilisable pour du ravitaillement en vol, doit décoller dimanche matin. La contribution de ce pays scandinave sera limitée au respect de la zone d'exclusion aérienne, les frappes au sol étant exclues.

LeParisien

TAGHITI
02/04/2011, 19h47
Tout serait parti d'un tir de joie, vers le ciel, d'un insurgé libyen. «C'est une erreur (du rebelle,ndlr), les avions ont cru qu'on leur tirait dessus et ils ont tiré sur le convoi», a expliqué un responsable. Moustapha Gheriani, un porte-parole du Conseil national de transition (CNT), s'est également montré très prudent, soulignant qu'il n'avait «pas de confirmation» que les 13 victimes aient été tuées par une frappe aérienne. «Des dommages collatéraux sont possibles. Nous sommes prêts à les accepter. C'est une guerre. Nous regrettons qu'il puisse y avoir des morts», a-t-il ajouté.

que fait le mort quand il est entre les mains de ses laveurs!

Cookies