PDA

Voir la version complète : Gbagbo EST TOMBE


khaly
06/04/2011, 18h56
A la une L'événement
Il s’est rendu hier soir Gbagbo est tombé !
le 06.04.11 | 01h00

Après avoir résisté plus de quatre mois contre la volonté de son peuple et de la communauté internationale, le président sortant de Côte d’Ivoire s’est enfin rendu.

Retranché dans un bunker de sa résidence, à l’abri des bombardements menés par les troupes de son rival Alassane Ouattara, appuyées par les hélicoptères des Nations unies et de la force française Licorne, Gbagbo a fini par en sortir pour demander la protection des Nations unies. «Le président Gbagbo a également fait sa reddition et a demandé la protection de l’Onuci, l’opération des Nations unies en Côte d’Ivoire», souligne un document adressé au personnel de l’ONU dans le pays, cité par Reuters.
Fin de cavale donc pour le futur ex-président qui a défié tout le monde et provoqué un bain de sang dans sa course folle pour le confiscation d’un pouvoir qui lui a démocratiquement échappé. Mais alors qu’il sortait de son «trou», Laurent Gbagbo a déclaré qu’il ne reconnaissait pas la victoire de son rival, Alassane Ouattara, rejetant ainsi une demande de Paris et de l’ONU dans ce sens.

Une fin peu glorieuse
«Je ne reconnais pas la victoire de Ouattara. Pourquoi voulez-vous que je signe cela ?», a déclaré Laurent Gbagbo, à qui la France et l’ONU demandent, selon Paris, de signer un document dans lequel il renonce au pouvoir en Côte d’Ivoire et reconnaît Alassane Ouattara comme président du pays. «Je trouve absolument ahurissant que la vie d’un pays se joue sur un coup de poker de capitales étrangères», a-t-il dit. «Je sors d’un culte pour prier, pour que la sagesse habite les uns et les autres, pour que l’on discute», a encore déclaré Laurent Gbagbo. «Que l’on s’asseye et qu’on discute, mais on ne veut pas s’asseoir, parce qu’on compte sur les forces armées étrangères», a-t-il déploré en parlant d’Alassane Ouattara.
Mais ces paroles ne valent désormais plus rien pour l’ex-maître de la Côte d’Ivoire. Ce scénario était très attendu hier tant Gbagbo était isolé dans son bunker et que trois de ses fidèles généraux lui ont faussé compagnie.
Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, déclarait devant l’Assemblée nationale française que le départ du Président ivoirien sortant était «imminent» et que des négociations négociations étaient engagées pour sa reddition.

Pari gagné pour la France
«Ce qui est en cours, ce sont les tractations avec Laurent Gbagbo et sa famille pour mettre au point les conditions de son départ», a déclaré Alain Juppé, lors d’une audition avec son collègue de la Défense, Gérard Longuet, devant des députés. M. Juppé a précisé que ces négociations étaient menées par Alcide Djédjé, ministre des Affaires étrangères de Laurent Gbagbo, à l’ambassade de France, où il se trouve depuis lundi soir pour négocier un cessez-le-feu. A Paris, la cause était quasiment entendue. Il ne restait que des détails à régler d’un deal conclu avec Gbagbo. Alain Juppé a d’ailleurs précisé que la France était «à deux doigts de convaincre M. Gbagbo de quitter le pouvoir et de laisser Alassane Ouattara l’exercer». Son collègue de la Défense, Gérard Languet, avait également estimé que «tout peut se dénouer dans les quelques heures qui viennent» en Côte d’Ivoire. François Fillon suivait lui aussi la grand-messe d’Abidjan. Il a déclaré avoir participé, hier matin, à un entretien téléphonique avec le président français Nicolas Sarkozy et Alassane Ouattara.

Le président français a fait état, à cette occasion, de «son souhait de voir se constituer un gouvernement de large union nationale en Côte d’Ivoire pour assurer la réconciliation de tous les Ivoiriens», a dit M. Fillon. Mais au-delà ce souci de «pacifier» la Côte d’Ivoire, Sarkozy espère surtout requinquer sa stature diplomatique ternie par des bévues désastreuses en Tunisie et en Egypte.
Après avoir réussi le pari de «déposer» Gbagbo et d’introniser Ouattara, le locataire de l’Elysée espère désormais reprendre la main en France, où sa cote de popularité, à une année de la présidentielle, est calamiteuse. C’est dire que le départ forcé de Gbagbo va être fêté à Abidjan, mais surtout à Paris. Alassane Ouattara, le chouchou de l’Occident, va, lui, fêter une victoire qu’il acquise le 2 décembre 2010 (54,1% des suffrages) dont Gbagbo l’a frustré.
Hassan Moali
Elwatan

noubat
06/04/2011, 19h00
Gbagbo EST TOMBE

pas encore !

khaly
06/04/2011, 19h04
Sans aucun respect pour ses lecteurs, elwatan a publié cet article à 1 h 00 mn
du matin alors qu'à 18 h l'offensive suit son cours et Gbagbo ne s'est pas rendu.
ps: ce journaliste figure parmi les meilleurs d'el watan

TAGHITI
06/04/2011, 19h07
je crois que le journaliste voulait être un peu ironique:), enfin, je crois, car je n'ai pas lu l'article, j'ai juste vérifié l'info qui s'est avéré fausse á ce moment!

absent
06/04/2011, 19h12
ps: ce journaliste figure parmi les meilleurs d'el watan
gbagbo l'a eu, aparement tous les scoop qu'il a inventé ont été reussis

salmane
06/04/2011, 19h13
ps: ce journaliste figure parmi les meilleurs d'el watan


maintenant on comprend mieux certaines choses.................

TAGHITI
06/04/2011, 19h18
maintenant on comprend mieux certaines choses.................

t'as enfin trouvé sur quoi t'accrocher aujourd'hui, bsehtek!

salmane
06/04/2011, 19h21
t'as enfin trouvé sur quoi t'accrocher aujourd'hui, bsehtek!


Pourquoi cette mauvaise foi..............???????
Je ne faisais que passer par là.............................. :lol:

TAGHITI
06/04/2011, 19h25
alors dis ns ces certaines choses que t'as comprises! Juste pour donner une valeur á ton poste!

khaly
06/04/2011, 20h51
maintenant on comprend mieux certaines choses.................
Là , il voulait seulement épater les gens en anticipant sur les évènements. on est loin de l'intox et la désinformation sur laquelle certains patrons de journaux DZ ont construit leurs collossales fortunes, et formatées de nombreuses cervelles.

Dans le même contexte de l'anticipation sur les évènements, et les affabulations de nos journalistes, je me rappèle qu'il y a quelques années de cela, les USA avaient reporté plusieurs fois le lancement d'un satelite vers l'espace en raison de graves problèmes techniques. Après le 4ème ou 5ème echec, les techniciiens déclarèrent à la presse que tout était fin prêt, que toutes les conditions étaient réunies et qu'ils étaient archi sûrs que le lancement allait avoir lieu la nuit donnée. Le lendemain, seul "elwatan" parlait en dernère page (la 24 ) de lancement avec succès de ce satelite (ou navette spaciale), pour la simple raison que le lancement n'a pas eu lieu, et a été reporté à ....6 mois plutard.

l'article est paru un 14 juillet, mais j'ai oublié l'année qui doit se situer entre 2002 et 2006.

salmane
06/04/2011, 21h02
Le lendemain, seul "elwatan" parlait en dernère page (la 24 ) de lancement avec succès de ce satelite (ou navette spaciale), pour la simple raison que le lancement n'a pas eu lieu, et a été reporté à ....6 mois plutard.



voilà pourquoi g dis, que maintenant on comprend mieux certaines choses, dans un certain bled................. :mrgreen: :lol:

magh91
06/04/2011, 21h28
Honte à toi, maudite France !
Voleuse du pétrole libyen, ivoirien et gabonais, voleuse du cacao ivoirien, voleuse du manganèse gabonais, voleuse d'uranium nigérien, voleuse du bois africain !
Tu auras des comptes à rendre !:twisted:

bel-court
06/04/2011, 22h19
Arrêtez de choquer les fans des dictateurs sur FA, Gbagbo est tombé dans un trou et pas de la présidence.

absent
06/04/2011, 22h34
Citation:@salman
Le lendemain, seul "elwatan" parlait en dernère page (la 24 ) de lancement avec succès de ce satelite (ou navette spaciale), pour la simple raison que le lancement n'a pas eu lieu, et a été reporté à ....6 mois plutard.
voilà pourquoi g dis, que maintenant on comprend mieux certaines choses, dans un certain bled.................
tu l'as copié d'où ?

Pihman
06/04/2011, 23h08
les contraintes du bouclage fait que certains journalistes se retrouvent HORS JEU



mais sur ce coup, le journaliste est bien à 20 m du dernier defenseur :mrgreen:

Cookies