PDA

Voir la version complète : Wade : «une victoire pour les scrutins en Afrique»


gdesmon
13/04/2011, 19h59
Le Figaro Par Pierre Prier 13/04/2011 |
Interview

LE FIGARO. - Quelles réflexions vous inspirent la chute de Laurent Gbagbo ?

Abdoulaye WADE. - C'est une très bonne chose. À l'avenir, aucun chef d'État africain ne pourra plus s'aviser de refuser le verdict des urnes. Si l'on avait accepté le maintien de Laurent Gbagbo au pouvoir, ce n'était plus la peine d'organiser des élections en Afrique.

L'action de la France, sous mandat de l'ONU, a été décisive. L'Afrique a-t-elle pleinement assumé son rôle ?

La communauté des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) s'est très tôt emparée de la question. Au début de la crise, nous nous sommes réunis à Abuja, la capitale du Nigeria. Tous les chefs d'État de l'organisation étaient présents, à l'exception du président de la Gambie. À l'unanimité, nous avons demandé à Laurent Gbagbo de partir et décidé d'utiliser éventuellement la force pour l'y obliger. Les chefs d'état-major de nos différents pays se sont réunis pour dresser des plans.

L'Union africaine, pour sa part, a mis longtemps à se décider. Les organisations régionales sont-elles mieux à même de réagir ?

L'Union africaine a entériné notre décision. Chacun d'entre nous, les chefs de l'État de l'Afrique de l'Ouest, avons appelé ceux de nos homologues africains avec lesquels nous avions les meilleures relations, pour les convaincre. Puis l'Union africaine a saisi le Conseil de sécurité de l'ONU, qui a donné mission à la France de détruire les armes lourdes de Gbagbo. La décision vient donc de nous, les Africains. Le président du Bénin, celui du Nigeria et moi-même avons été informés d'heure en heure par les autorités françaises.

Devait-on utiliser les Forces françaises jusqu'au bout ?

Il fallait aller vite. Si on ne l'avait pas fait, il y aurait eu beaucoup plus de dégâts et de morts. À la fin, la situation dégénérait. Les milices de Gbagbo s'attaquaient à tous les Ouest-Africains. Certains ont été brûlés vifs, dont des Sénégalais. Nous avons demandé le soutien de la France pour détruire les canons, tout en demandant à être informés de son action. Mais ce ne sont pas les Français qui ont arrêté Gbagbo, ce sont les Forces républicaines de Côte d'Ivoire d'Alassane Ouattara.

Toutes les voies de la négociation avaient-elles été épuisées ? Était-il vraiment impossible de convaincre Laurent Gbagbo de partir ?

Ce n'est pas faute d'avoir essayé. J'ai essayé dix fois de l'appeler au téléphone pour le décider à quitter le pouvoir. Il n'a jamais voulu me prendre à l'appareil. J'ai pu parler une fois à son aide de camp. J'ai du mal à comprendre son attitude.

Et maintenant, quel doit être son sort ? Doit-il être jugé ?

Je suis en rapport avec Alassane Ouattara, dont j'approuve la décision de présenter Laurent Gbagbo à la justice. Cela me paraît juste. Il va le garder en résidence surveillée pour donner le temps au tribunal de se préparer.

Mais il apparaît que des violences ont été commises par les deux côtés : la justice ne devrait-elle pas s'intéresser à l'ensemble des crimes commis en Côte d'Ivoire ?

Tout cela devra être clarifié. Qui a agressé, qui n'a pas agressé… L'action des troupes d'Alassane Ouattara s'inscrit dans la décision de la Cédéao. Certes, on n'a pas dit «Tuez les gens», mais on a dit «Utilisez la force.» Il a toujours été question d'utiliser les Forces nouvelles, devenues Forces républicaines. Cela ne posait pas de problème.

Allez-vous vous rendre en Côte d'Ivoire ?

Je ne veux pas interférer dans les affaires intérieures de ce pays. Mais j'assisterai certainement à la cérémonie d'investiture d'Alassane Ouattara

hakkimm
13/04/2011, 20h15
Wade : «une victoire pour les scrutins en Afrique»
une victoire pour un scrutin fortement contesté de part et d'autre?
Il n'y a pas de quoi se réjouir puisque c'est la France et ses alliés qui ont élu, et imposé, Ouattara et non le peuple ivoirien....

bel-court
13/04/2011, 20h26
Si l'on avait accepté le maintien de Laurent Gbagbo au pouvoir, ce n'était plus la peine d'organiser des élections en Afrique.

Le fameux pouvoir algérien ne devrait plus organiser des élections justement, il triche pour 5 ans, puis pour d'autres 5 ans et quand les 10 ans sont passées il modifie la constitution pour qu'elle lui permette de tricher à l'infini.. En 88 on croyait devenir le premier pays démocrate en Afrique mais à ce rythme on serait finalement le dernier pays qui sera démocratisé. Même les Sénégalais ruinés par Abdou Diouf ont pris peu de temps pour se démocratiser grace à Wade. La côte d'Ivoire servira comme leçon aux pays noirs Africains, nos voisins du nord seront assistés de gré ou de force à se démocratiser .. Notre tour viendra t-il un jour?

PetiteBrise
13/04/2011, 21h24
...oui Bel-court ...à la traîne par rapport au monde arabe ...à la traîne par rapport aux Africains ...c'est quoi au juste notre malédiction ?

rachid75
13/04/2011, 22h08
(http://www.algerie-dz.com/forums/member.php?u=42009) ...oui Bel-court ...à la traîne par rapport au monde arabe ...à la traîne par rapport aux Africains ...c'est quoi au juste notre malédiction ?


C'est notre peuple qui est en cause , la raz de marais du Fis EN 91 prouve que notre peuple a un quotient intellectuel proche à celui des Talibans et de celui des Yémenites , légalisant le FIS et tu vois voir si il ne va pas raflé tous les voix électorales à 98% :22:

houari16
13/04/2011, 22h33
légalisant le FIS et tu vois voir si il ne va pas raflé tous les voix électorales à 98%
@Belcour
le FIS est mort en Algérie ...le Labo détruit ..fham alors !

*lorgne vers ton cheikh Yacine , peut être ton bled gagnera ..

Cookies