PDA

Voir la version complète : Talaoubrid Trading : une entreprise algérienne qui monte


Stanislas
30/04/2006, 08h47
Rachid Talaoubrid, P-DG de Talaoubrid Trading

De l’artisanat a la grande industrie

Rachid Talaoubrid ne pouvait se contenter d’hériter d’une entreprise familiale qu’il s’est pourtant très tôt préparé à gérer. Il l’a vite propulsée au rang de leader national et lui a donné le label qui distingue ses produits et ses services. A l’origine, il n’y a aucun secret. C’est la réussite d’un homme qui aime et, surtout, qui connaît son métier.

Tout jeune déjà – et il l’est toujours –, Rachid Talaoubrid s’est imprégné du jargon propre au monde des affaires et du commerce, en optant pour des études de gestion et plus précisément dans les business studies, en Angleterre. Ce parcours a été sanctionné par un Cambridge Professioncy Certificate. Le diplôme en poche, le business devient son monde puisque c’est en initié qu’il franchira le seuil de l’investissement familial. Son ambition le propulse sans crainte à côtoyer des professionnels de tous les horizons, ce qu lui a suggéré de suivre encore d’autres études. Il décrochera avec brio une licence en anglais dans le pays de Shakespeare.

Marié et père de trois enfants, cet homme réservé considère que la réussite en Algérie d’un investisseur privé «s’arrache». «Il faut travailler dur», ne cesse-t-il de répéter, car «la jungle commerciale ne permet pas de fermer l’œil un seul instant», nous avouera-t-il. Aux jeunes qui voudront un jour tenter une expérience professionnelle, «il faut de l’endurance», recommande-t-il, lui, qui est connu pour sa persévérance puisqu’il mon-tre avec fierté une médaille obtenue dans une compétition de marathon.

Le marathon, il n’en pratique presque plus, faute de temps. Le peu de temps de repos «qui lui est permis», c’est en planche à voile dont il est un mordu, qu’il préfère le passer.

Son souhait, c’est de perpétuer l’activité, léguée par le père, et de donner un jour le relais à une autre génération dont les destinées dépendent, sans doute, des armes que la nôtre lui fournira en matière d’économie et d’emploi.

En homme d’expérience, il nous livre son opinion sur l’économie algérienne et plus particulièrement sur l’avenir du privé. A l’instar de plusieurs opérateurs dont le parcours a été abordé à travers nos colonnes, M. Talaoubrid déplore les retards qu’accusent toujours les opérations bancaires. Ce qui n’est pas sans influencer sur les rapports entre opérateurs algériens et étrangers, du moment que certains engagements et délais risquent de ne pas être respectés. Il appellera également à mieux adapter les différentes formules de soutien à l’emploi des jeunes et de relance des investissements. «Le secteur privé n’est pas du tout soutenu», estime cet opérateur qu dit avoir réalisé tout de ses propres efforts.

En plus des banques qui ne suivent pas réellement, selon le témoignage de plusieurs opérateurs économiques, le processus des réformes, engagé pourtant, en grande pompe, c’est surtout le problème de l’indisponibilité du foncier industriel qui est posé avec acuité.

«Il n’ y a plus un mètre carré à vocation industrielle», s’inquiète notre interlocuteur, qui sait pertinemment que sans ce patrimoine, aucun investissement à court ou à long terme ne peut se concrétiser !

La solution n’est pas simple puisqu’il faut se livrer à des négociations des plus dures afin de persuader des particuliers à vendre des terrains. «Ce n’est pas du tout donné», nous révèle M. Talaoubrid.

Les pouvoirs publics sont vivement interpellés pour trouver une solution à cette difficulté qu constitue un des blocages auxquels font face plusieurs investisseurs algériens privés.

25 ans de savoir-faire

Talaoubrid Trading est issue du groupe d’entreprises Talaoubrid. Créée par Mohamed Talaoubrid, le père, le premier juillet 1963, ce groupe avait démarré avec un effectif de 4 personnes. Cette dernière était destinée à la transformation de tous types de tôle. Des années plus tard, ce sont les fils Talaoubrid qui prendront la relève. Trois pôles industriels naissent de l’entreprise familiale, une petite affaire qui a su se transformer, en l’espace de quelques décennies, en un modèle de réussite dans le domaine de la transformation et de la commercialisation des produits de ferronnerie. Rachid Talaoubrid présidera aux destinées de Talaoubrid Trading qui emploie aujourd’hui une soixantaine de personnes.

Talaoubrid Trading porte le nom de son patron. Ce n’est pas fortuit, explique ce dernier, puisque, poursuit-il, engager son nom dans le monde des affaires sous-entend, engager toute sa réputation et celle de sa famille.

C’est en 2000 que cette société a été créée pour se spécialiser dans la fabrication, la transformation et la commercialisation des produits en inox et en acier inoxydable. Des produits destinés globalement aux besoins des collectivités.

Les restaurants, les hôtels, les cantines scolaires sont autant de clients qui sont ciblés par la gamme des produits de cette entreprise. Celle-ci comprend également des cuisinières et des ustensiles pour grandes cantines et l’équipement des grandes cuisines, hôtellerie, snack, pâtisserie, boulangerie, frigorifique, buanderie, robotique. Bref, de quoi équiper toute la filière…

La société a donc repris et développé les activités industrielles métalliques de la société mère. De ce fait, elle capitalise près de 50 ans de savoir-faire et ses travailleurs sont en majorité des techniciens hautement qualifiés. Ce qui n’est pas sans influence sur le parcours de l’entreprise. Ce n’est donc pas par hasard si cette dernière bénéficie de la confiance renouvelée de ses nombreux clients. On peut citer Sonatrach, Naftal, le ministère de la Défense nationale, le ministère de l’ Education nationale, et d’autres issus du secteur privé, excusez du peu !

Les prestations de Talaoubrid Trading incluent aussi le placement et l’installation des équipements et la fourniture du service après-vente. Des produits dont la disponibilité est assurée à travers le territoire national. Parmi les produits de ferronnerie, certains sont de véritables œuvres d’art dont tout un chacun peut vérifier la qualité. Il suffit d’énumérer les rampes d’escaliers et autres éléments d’ornement et de finition introduits dans l’édification du siège de l’opérateur de la téléphonie mobile Djezzy. Le siège de Peugeot porte, lui aussi, la signature de Talaoubrid. C’est avec fierté que les employés de cette entreprise soulignent que c’est eux qui ont réalisé tout ce qui est ferronnerie dans la tribune officielle de la Coupole de la cité olympique et de la nouvelle aérogare.

Outre le sérieux que témoignent les travailleurs de cette entreprise, Talaoubrid Trading dispose de moyens de production en perpétuelle évolution. L’usine est située dans la zone industrielle de Boudouaou (Boumerdès). Les lieux abritent, en effet, une chaîne de production industrialisée. «Plus question de rester dans le travail artisanal», ne cesse de répéter le patron de cette société qui fait tout pour rester up to date et faire face à la rude concurrence qui caractérise le créneau. M. Talaoubrid, conscient que son entreprise est tenue de se mettre au diapason de l’industrie mondiale, est en quête de la certification ISO. Des experts sont en train d’accompagner l’entreprise afin de mener à bout ce processus qui est en soi, une protection dans la «jungle» commerciale et peut s’avérer un visa pour l’exportation.

Avec un capital social de 20 millions de dinars, Talaoubrid Trading poursuit sa course vers de nouveaux investissements. Son siège commercial situé dans la zone industrielle de Mohamadia (Alger) constitue un point de relais entre l’unité de production et les clients qui disposent aussi du service après-vente.

Les clés de la réussite

C’est grâce à la qualité de ses services qu’a été consacrée la réputation de cette entreprise, toujours prompte à répondre à sa nombreuse clientèle. Elle offre des services où la rigueur et la ponctualité sont la principale devise. Elle dispose d’une équipe de maintenance très compétente, constamment recyclée par des partenaires étrangers qui n’hésitent pas à reconnaître à cette entreprise son professionnalisme.

Elle bénéficie d’une large confiance, puisqu’elle dispose de la distribution exclusive des marques Arevalo, Repagas, Robotcoupe, Elframo, Bongatrd, Fimar, Angelo-Po, Nilma, Distform et Star10, autant de références qui consolident les performances de cette entreprise et qui sont un témoignage et une reconnaissance de la qualité des produits.

Option pour les salons professionnels

Consciente de l’impact communication et soucieuse de se rapprocher de sa nombreuse clientèle afin de mettre à sa disposition les innovations dans le domaine, l’entreprise participe régulièrement à des expositions dans les salons et les foires. Pour le patron de cette société, l’adhésion aux différentes associations professionnelles constitue un autre terrain d’_expression qu’il souhaiterait «essayer». Il n’est, cependant, adhérent à aucune d’entre elles, mais il n’est pas dit qu’il ne changera jamais d’avis.

Stanislas
30/04/2006, 08h47
L’avenir, c’est l’inox

Question de mode. Même si l’entreprise fournit plusieurs types de production, c’est l’inox qui aura de beaux jours devant lui, estime M. Talaoubrid, en connaisseur du domaine.

C’est dire que c’est devenu une matière qui offre en même temps robustesse et esthétique. C’est aussi un «ingrédient» en vogue, derrière lequel courent les particuliers «les plus branchés» et les entrepreneurs dans le secteur du bâtiment les plus soucieux de réussir leurs ouvrages, en cherchent davantage les modèles les plus raffinés !

Stainless, la nouvelle filiale

Notre opérateur n’est pas prêt de se départir de son métier de base. Bien au contraire, il se renforce dans le monde du fer et de la ferronnerie, mais c’est dans l’inox, son secteur apparemment préféré, que

M. Talaoubrid compte apparemment laisser son empreinte. En créant la filiale Talaoubrid Stainless, spécialisée dans l’inox art, il compte déjà trouver son terrain de prédilection.

L’entreprise, qui est en train de se mettre en place à proximité de celle de Boudouaou, fournira plusieurs prestations dans le secteur de la ferronnerie de l’inox et l’installation des équipements des collectivités fabriqués à partir de cette matière.

Les machines à café en projet

C’est en partenariat avec une entreprise européenne, dont l’identité ne nous a pas été révélée, que M. Talaoubrid est en train «de monter une nouvelle chaîne de production». Il s’agit d’une société de montage des machines à café.

Des machines à usage professionnel qui s’ajouteront ainsi à la gamme déjà offerte par Talaoubrid Trading. Ce projet, qui sera fin prêt dans six mois, selon notre interlocuteur, est à même de créer une trentaine d’emplois, précise, par ailleurs

Source : le jour d'algérie

DZmes Bond
30/04/2006, 15h14
C'est à des gens comme ça que l'Etat doit céder les entreprises étatiques. Ce sont des gens motivés, compétents et surtout dont l'intérêt est en partie le même que celui de l'Algérie (contrairement aux entreprises étrangères qui rapatrient leur profits). ;)
Merci pour cet article Stanislas. ;)

Cookies