PDA

Voir la version complète : Le japonais JGC arrache le projet pour 213 millions de dollars


biskra
07/05/2011, 15h35
Optimisation des gisements gaziers d’In Amenas Le japonais JGC arrache le projet pour 213 millions de dollars

Un contrat de boosting de production devant aider à optimiser les gisements d’In Amenas, dont la production est actuellement en déclin, a été signé à Alger entre l'association Sonatrach-BP-Statoil et le groupe JGC (Japan Gas Corp). Ce contrat, d'un montant de 213 millions de dollars, porte notamment sur la construction d'un centre de compression du gisement Tiguentourine (In Amenas), entré en production en décembre 2006.

Il comprend la construction de deux lignes de compression d'une capacité de 29,7 millions de m3 par jour, installées en amont de l'usine de traitement de gaz, opérationnelle aussi depuis 2006. Ce contrat EPC, précise-t-on, fait suite à un appel d'offres lancé en mars 2010, pour lequel 11 compagnies avaient pris part. Ce projet de classe mondiale s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan de développement des champs gaziers de cette région exploitée en association avec la compagnie britannique British Petroleum et la norvégienne Statoil à travers un contrat de partage de production, dont Sonatrach n'a pas divulgué les parts de chaque partenaire. Il a pour objectif de maintenir le niveau contractuel de production entre les trois partenaires à 9 milliards de m3 par an jusqu'en 2018, selon les précisions des partenaires.

Le nouveau centre de compression «devrait maintenir la production gazière à 22 millions de tonnes par jour», selon le P-DG de Sonatrach, Nouredine Cherouati, présent à cette signature. «Le boosting (compression) est une technique servant à rehausser le niveau de pression dans les gisements en leur permettant de maintenir le même plateau de production», a-t-il expliqué. Le projet en question prévoit, en outre, de faire produire trois nouveaux gisements satellites, à savoir Hassi Farida, Hassi Abecheu et Ouan Taredert. Le début des travaux est prévu pour hier, alors que la réception complète du projet est prévue pour août 2013.

M.Chikhi, directeur général de la division des projets internationaux de JGC, présent à la cérémonie de signature, a par ailleurs précisé que 30% du montant du projet, qui seront versés à la société japonaise, au titre de cette réalisation, seront payés en dinars algériens. De son côté, Réda Rezzoug, responsable à Statoil, a indiqué que la conclusion de ce contrat «est un engagement irrévocable de Statoil à continuer ses investissements énergétiques en Algérie et à y apporter son expertise». Pour rappel, l'essentiel de la production gazière algérienne est tirée des gisements de Hassi R'mel suivis de ceux d’In Salah et d’In Amenas.

Pour l'année en cours, cette production devrait se situer au même niveau que celle de 2010 à près de 66 milliards de m3, selon le P-DG de Sonatrach. L'objectif des 86 milliards de m3 déjà annoncé par le groupe devrait intervenir à l'horizon 2014, prévoit M. Cherouati. Cette date avait été déjà donnée par les analystes comme l'année du début de la reprise des prix du gaz, actuellement en déprime. Il avait déjà indiqué que l'Algérie avait subi «la déprime du marché gazier» dont la demande ne devrait retrouver son niveau de 2008 qu'à l'horizon 2014.

Par Hamid Fekhart

Cookies