PDA

Voir la version complète : Dates du BAC et du BEF en Algérie


morjane
02/05/2006, 17h57
Les dates du BAC et du BEF ont été communiqués . L'examen du bac se déroulera du 10 au 15 Juin 2006 quand au BEF ce sera les 4, 5 et 6 juin prochain et à partir de la rentrée prochaine l'examen du BEF aura une importance considérable. En effet seule la note sera prise en compte pour le passage en classe de seconde.

=====

Au cours de sa rencontre, avant-hier, avec la Fédération nationale des associations de parents d’élèves, le ministre de l’Education nationale, Aboubakr Benbouzid, a annoncé une série de mesures qui seront applicables dès la prochaine rentrée scolaire.

Le ministre signalera de prime abord que la réforme scolaire s’est réalisée à 65%. Durant l’année scolaire 2008-2009, a-t-il promis, « tout ne sera plus comme avant et la réforme sera accomplie sous tous ses aspects ».

La première nouveauté qu’a annoncée le ministre de l’Education nationale concerne le passage en classe de seconde. L’examen du Brevet d’enseignement fondamental (BEF) sera déterminant, selon le ministre: la note du BEF sera la seule note de qualification pour l’accès en classe de seconde. Ceux qui n’auront pas leur BEF seront orientés vers l’enseignement et la formation professionnels. Pour les élèves des classes de 6ème, ceux-ci seront soumis à un nouveau système de contrôle. Il consiste, selon lui, dans le fait que les élèves, à partir de leur admission en 6ème, auront à faire des examens de contrôle tous les mois. Pour ce qui est de l’obtention du baccalauréat, Aboubakr Benbouzid indique qu’il « ne peut être décroché par les candidats dont la moyenne est inférieure à 10 ». Il signale au passage que « le bac n’est pas politique ». Et de poursuivre sur ce sujet « qu’aucune institution ne peut s’ingérer et décider du taux de réussite d’avance ». Pour éviter tous les amalgames sur la question, il dira que « l’Office national des examens et concours (ONEC) est seul habilité à le gérer ». Les parents d’élèves « peuvent assister depuis l’examen jusqu’au résultat et verront s’il y a manquement à la règle».

Parmi les points importants de cette rencontre, figure la question de la déperdition scolaire. Le ministre de l’Education nationale, tout en invitant les parents d’élèves à l’aider pour surmonter ce problème, dira que 97% des élèves en âge légal sont scolarisés chaque année. Le reste, soit 3%, constitue pour le ministère de l’Education nationale un casse-tête. Sur ce point précisément, Aboubakr Benbouzid affirme que « les parents qui n’envoient pas leurs enfants à l’école seront pénalisés et iront en justice » car, a-t-il rappelé, « l’enseignement est obligatoire jusqu’à l’age de 16 ans ». Dans ce même contexte, il annoncera que les enfants de 5 ans « seront admis en classe préparatoire à partir de la rentrée scolaire 2007-2008 ».

Pour ce qui est des dates d’examen du bac, du BEF et de la 6ème, le ministre a précisé que chaque examen se déroulera le même jour pour l’ensemble des candidats à travers le territoire national. Ainsi, l’examen du bac a été fixé du 10 au 15 juin, alors que le BEF est prévu pour les 4, 5 et 6 juin prochain. En ce qui concerne les candidats à la 6ème, qu’ils soient de l’est, de l’ouest ou du sud du pays, ils passeront leur examen le 27 mai prochain, avec une session de rattrapage le 24 juin. Pendant ce laps de temps, a-t-il précisé, les élèves n’ayant pas réussi leur examen de 6ème la première fois ne quitteront pas l’école. En ce qui concerne le nombre des candidats à ces examens, le ministre a précisé que les candidats à la 6ème seront 730.000, ceux du BEF seront de l’ordre de 260.000. Quant aux candidats au bac, ils seront 560.000 à le passer cette année. Il est toutefois précisé que le nombre des candidats au BEF concerne uniquement les élèves qui n’ont pas été touchés par la réforme.

Sur la prochaine rentrée scolaire, Aboubakr Benbouzid a indiqué que le nombre d’élèves qui iront à l’école sera inférieur de 30.000 par rapport à celui de l’année en cours, pour laquelle 7.570.000 élèves ont été enregistrés. Cette baisse s’explique, selon le ministre, par la baisse de la natalité. En tablant sur un taux de réussite de 70% pour les prochaines années au bac, le bilan du ministre fait état de la réception pour l’année prochaine de 64 nouveaux lycées et de 165 CEM.

« A l’horizon 2009, les enseignements moyen et secondaire auront respectivement acquis 1.000 nouveaux CEM et 460 lycées ». L’objectif visé, selon le ministre, « est d’arriver à la norme de 30 élèves par classe ».

Considéré comme le point faible de la réforme, le livre a été à l’ordre du jour de cette rencontre. Face à l’inquiétude des parents d’élèves, le ministre a signalé à ce propos que « c’est dans sa distribution qu’il faut chercher les causes de son indisponibilité ». Il déclare que l’édition du livre scolaire est passée, depuis la première année de la réforme, de 47 millions d’unités à 51.200.000 et atteindra l’année prochaine les 65 millions unités. Benbouzid a par ailleurs fait état d’une proposition d’orienter les 2.000 dinars de la solidarité en direction de l’acquisition de livres scolaires.

Pour ce qui est de la formation des enseignants, le ministre a indiqué « qu’elle se poursuit et que 24.000 enseignants préparent des diplômes universitaires ». il signale aussi « qu’il ne sera plus admis de voir des enseignants et des cadres de l’Education nationale ne disposant pas d’une licence ».

Les grèves qu’a connues le secteur de l’Education nationale ne semblent pas trop déranger Benbouzid. Il signalera simplement que son secteur a connu pendant l’année en cours des perturbations de 5 à 6 jours seulement et que « les enseignants se distancient de plus en plus des appels à la grève ».

Par le quotidien d'Oran

Cookies