PDA

Voir la version complète : Aksal: Premier franchisé à 100% des Galeries Lafayette


othmane26
16/05/2011, 17h58
Les Marocains font partie du top 10 des clients des Galeries Lafayette! Quoi de plus pour convaincre cet emblème du chic parisien de s’implanter au cœur du Morocco mall.

L’enseigne sera étendue sur une superficie de 10.000 m². Né d’un accord de partenariat en novembre 2008, le magasin est une franchise exclusive du groupe Aksal. Ainsi, «toute nouvelle ouverture de cette enseigne au Maroc se fera à travers le groupe Aksal», souligne Albine Commissaire, directrice des marques propres Galeries Lafayette. En effet, le magasin sera le 3e de la marque présent sur un territoire étranger après Berlin et Dubaï. Il sera aussi le premier magasin des Galeries Lafayette totalement franchisé au monde. Pour Aksal, ce choix n’est pas anodin, il découle d’une longue réflexion et connaissance du marché marocain. «D’après nos études, les Galeries Lafayette sont le grand magasin qui a le plus de notoriété au Maroc bien loin devant les autres marques espagnoles ou anglaises», explique Youssef Ghzali, directeur d’exploitation des Galeries Lafayette Maroc. Aussi, le lien émotionnel avec la marque, implantée au Maroc (Casablanca, Fès, Oujda,.) dans les années 30, fait partie des critères de sélection.

De belles ambitions pour cette enseigne qui espère drainer plus de 3 millions de visiteurs par an afin de découvrir ses 300 marques. Fendi, Gucci, Jimmy Choo, Chanel, Dior, Ralph Lauren, Zanotti et bien d’autres seront proposées. Aksal a vu les choses en grand et a voulu jongler entre marques de luxe et «marques propres» plus accessibles. Un investissement de 100 millions de DH et 400 collaborateurs permettra au magasin de s’étendre sur 3 niveaux en plus de 2.000 m² de réserve. Une référence à l’enseigne parisienne sera faite à travers une façade rétro-éclairée en aluminium bronze perforé pour reproduire la coupole d’Haussmann, et 37 vitrines renouvelées régulièrement pour théâtraliser la mode, bien plus qu’à Paris. «Nous aurons la plus grande façade d’un magasin (3.000 m²) dans un centre commercial dans le monde», annonce fièrement Ghzali. Galeries Lafayette occupera la place centrale du Morocco mall, juste à côté du grand aquarium. Le magasin sera réparti en trois niveaux de 3.200 m² chacun. Le premier sera dédié à l’accessoire, le maquillage et la beauté et à la chaussure de la femme. Le deuxième étage sera un univers entièrement conçu pour la femme. L’homme et l’enfant trouveront leurs produits au 3e étage avec des espaces prêt-à-porter et chaussure (Armani, Calvin Klein, Ralph Lauren…). «En s’implantant au Maroc, nous avons tenu à avoir le même esprit que les Galeries Lafayette France. Ainsi, le magasin de Casablanca aura les nouvelles collections en même temps que Paris», explique Ghzali. Ces collections seront achetées par une équipe implantée à Casablanca. Le magasin veut s’adapter aux besoins des Marocains en proposant d’autres marques. Le management pense même à la création d’un «bar à foulard». Toutefois, le magasin organisera des opérations shopping VIP pour la clientèle qui désire acheter discrètement sans être vue.

La force des Galeries est la théâtralisation de la mode à travers un ensemble d’animation et de thématique. Le management d’Aksal proposera, aussi, une carte de revolving non associée à une carte de paiement. Cela permettra d’échelonner le paiement et rendra plus accessible les marques de luxe au consommateur marocain. Justement, le pari de la marque est de pouvoir attirer une clientèle marocaine et étrangère de divers pouvoirs d’achat. Certes, les Galeries Lafayette, fortes de ses marques de luxe, proposent des produits hors de prix. Toutefois, à Casablanca l’enseigne a déterminé un prix moyen de 750 DH jugé à la portée de la clientèle locale, principale cible de la marque. «Il a été difficile de convaincre les marques de luxe à s’implanter au Maroc et encore plus de leur demander de baisser leur prix», explique Françoise Govare, directrice marketing groupe Aksal. Malgré les taxes, l’enseigne casablancaise s’alignera sur les prix de Paris.

leconomiste

Cookies