PDA

Voir la version complète : Syrie : 7 millions de touristes et 5 milliards de dollars de revenus en 2010


zek
03/05/2006, 23h05
Bonsoir, je crois que notre ministre du tourisme sous estime les chiffres, il veut 4 millions de touristes à l'horizon 2015 en Algérie, pour moi il a été mal conseillé par les experts, en effet pourquoi la Syrie table sur 7 millions de touristes en 2010 et 5 milliards de revenus alors que l'Algérie est mieux placé dans presque tous les domaines, politiques, économiques, etc.

-----------------------------------------------------------------

La Syrie table sur 7 millions de touristes arabes et étrangers et des revenus touristiques de 5 milliards de dollars par an en 2010, pour compenser le déclin de son secteur pétrolier, selon des déclarations officielles. «Plus de 7 millions de touristes assureront des revenus annuels de près de 5 milliards de dollars» à la Syrie en 2010, a déclaré le ministre du Tourisme, Saadallah Agha El-Qalaa, cité par l’agence officielle Sana.

M. Al-Qalaa s’exprimait au cours d’une conférence sur «l’investissement touristique» en Syrie, qui a réuni des hommes d’affaires, des banquiers, des compagnies d’hôtellerie et d’assurance de plusieurs pays, à la fin du mois dernier.

Une des principales sources de revenus extérieurs du pays, le secteur pétrolier, qui assurait une production de 600 000 barils/jour en 1996, est entrée en déclin, ne générant plus que 450 000 barils/jour en 2005, dont la moitié seulement est destinée à l’exportation.

Selon des prévisions officielles, la Syrie deviendra importateur net d’hydrocarbures en 2015. En revanche, le secteur touristique, jusque-là sous-exploité, bénéficie d’un potentiel de développement considérable, selon les investisseurs.

Les revenus du tourisme ont augmenté de 57 % en 2004 par rapport à 2003. Ils se sont élevés à 2,2 milliards de dollars en 2004, soit 9 % du PIB, contre 1,4 milliard en 2003. Selon le Premier ministre syrien, Mohammad Naji Otri, la Syrie a lancé en 2005 des projets touristiques d’un montant de 3,2 milliards de dollars, s’ajoutant à ceux lancés en 2004, d’un montant de 3,9 milliards de dollars.

«Le gouvernement a adopté une série de mesures importantes dans le cadre du dixième plan quinquennal, visant à faire de la Syrie une destination touristique de stature régionale et internationale», a-t-il déclaré. «Le gouvernement prévoit la création de 150 000 emplois dans le secteur touristique» en 2010, a indiqué, pour sa part, le vice-Premier ministre Abdallah Dardari.

Outre des stations balnéaires, des villégiatures et des villes historiques comme Damas, capitale des Omeyyades, la Syrie offre à ses visiteurs de nombreux sites archéologiques, comme le site phénicien d’Ougarit, où fut découvert le premier alphabet du monde, celui des ruines romaines de Palmyre, la plus importante oasis du désert syrien, ou le Krak des Chevaliers, un château fort érigé par les Croisés.

Longtemps négligé, le secteur touristique syrien bénéficie depuis quelques années de l’attention des autorités, qui veulent le rendre attractif pour les investisseurs nationaux et étrangers. Après la récente inauguration d’un hôtel de luxe, le Four Seasons, à Damas, et d’un Sheraton à Alep, les autorités ont posé jeudi la première pierre d’un nouveau complexe baptisé Antrados dans la ville balnéaire de Tartous.

A plus long terme, elles affirment envisager le lancement d’un méga-projet, nécessitant un investissement de 15 milliards de dollars, au pied du Mont Hermon, le plus haut sommet du pays (2 814 mètres), sur le plateau du Golan, à l’intersection des frontières avec Israël et le Liban.

L’activité touristique a connu une reprise en 2004 avec plus de 3 millions de visiteurs, contre 2,1 millions l’année précédente, selon le ministère du Tourisme. Ces chiffres n’incluent pas les expatriés syriens.

4 mai 2006 Jeune Indépendant.

Cookies