PDA

Voir la version complète : Le ministre de la santé cède aux pressions de l’intersyndicale


absente
24/05/2011, 20h22
Les blouses blanches reprennent du service


Du nouveau dans le conflit opposant l’Intersyndicale de la santé au ministère de tutelle. Djamel Ould-Abbès, qui a tenté par tous les moyens de faire pression sur les médecins généralistes et spécialistes, a finalement compris que seul le dialogue pouvait apaiser les esprits. D’autant que les décisions de suspension dont ont été destinataires des médecins syndicalistes, ont chauffé à blanc tout le corps des généralistes et spécialistes.

Ainsi, six jours après la paralysie quasi-totale du secteur de la santé, Djamel Ould-Abbès est revenu à de meilleurs sentiments en prenant l’initiative de relancer les négociations. Les deux syndicats ont été conviés séparément, jeudi et vendredi, à des réunions de travail présidées par Ould-Abbès. Évidemment, la démarche quelque peu tardive du ministre de la Santé visait l’arrêt de la grève. Mais les deux syndicats ne pouvaient prendre cette décision de façon unilatérale et sans consulter la base qui a répondu massivement à l’appel au débrayage.

Le SNPSSP et le SNPSP ont donc convoqué leurs conseils nationaux pour rendre compte aux adhérents des résultats de la première rencontre avec le ministre de tutelle et décider de la suite du mouvement. Après quoi, les responsables des deux syndicats, qui activent en coordination, se sont réunis pour examiner les décisions respectives. Finalement une seule et même position sera une fois encore adoptée par l’Intersyndicale de la santé à savoir le gel de la grève déclenchée le 16 mai dernier et la reprise des négociations avec la tutelle. Selon le communiqué du SNPSP, le conseil national a également voté la reprise des négociations avec la tutelle sur la base “des éléments de la plate-forme des revendications ; suivi et prise en charge du projet d’amendement du statut particulier et mise en application des dispositions statutaires en vigueur (art. 19 notamment). Autre résolution adoptée :

- la levée de toutes les sanctions prononcées, pour motif de grève, contre les adhérents et les délégués du SNPSP. Car “des cas d’entrave au libre exercice du droit syndical et au droit de grève ont été soulevés à travers les interventions de plusieurs membres du conseil national, en particulier celui des deux délégués syndicaux suspendus à Alger, le Dr Ghanem et le Dr Kahoul de l’EPSP Sidi-M’hamed Bouchenafa qui ont été conviés à assister aux travaux”, note le communiqué du Snpsp.

De son côté, le SNPSSP, qui a appelé ses adhérents “à la vigilance et la solidarité”, compte convoquer une nouvelle réunion de son conseil national ouvert “dans un délai d’un mois pour évaluer le niveau de concrétisation des solutions proposées” par la tutelle. Le bureau exécutif national a été mandaté pour faire le suivi. Selon le communiqué du SNPSSP, Ould-Abbès s’est engagé à faire aboutir le dossier des amendements du statut particulier dès sa programmation par la DGFP qui interviendra avant le 30 juin.

Le ministre s’est également engagé à faire adopter le régime indemnitaire avant le 30 juin prochain pour ne pas perdre le bénéfice de l’effet rétroactif. Autres engagements officiels : activer le dossier de l’organisation du premier concours de passage au grade de principal dès la semaine prochaine et la participation à la commission des sages chargée du dossier du service civil. La balle est donc dans le camp du ministère de la Santé qui sait à quoi s’en tenir si la tutelle ne respecte pas ses engagements.


Source l Liberte

absente
24/05/2011, 20h24
Il était temps, ..la fin du cauchemar des malades.

Cookies