PDA

Voir la version complète : La dette extérieure de l'Algérie tombera à 4,5 milliards fin 2006


zek
03/05/2006, 23h33
Bonsoir, la dette extérieur c'est ce qui a précipité le pays dans le cauchemard dans les années 90.
----------------------------------------------------

Les réserves en devises du pays, du reste, atteindront 80 milliards de dollars à fin décembre prochain.

Une source spécialisée, citant les estimations d’une institution internationale renommée, rapporte que la dette extérieure algérienne atteindra 4,5 milliards de dollars fin 2006, soit presque rien, a-t-on appris, en marge de la rencontre du Medef. Le scénario d’une quasi extinction de la dette du pays se précise. En effet, ce résultat sera sans doute obtenu, principalement, grâce au remboursement de la dette extérieure par anticipation. En effet, au cours de la même rencontre, une source sûre nous a indiqué que l’Algérie a mené ces derniers mois des consultations avec tous les pays membres du Club de Paris. Ces derniers ont donné leur accord pour un remboursement anticipé de la dette extérieure. Un consensus s’est donc dégagé, une condition sine qua non pour permettre ce remboursement anticipé de la dette extérieure auprès du Club de Paris. Il s’agit de 8 milliards de dollars. La réunion du 10 mai contre la partie algérienne et le Club de Paris va certainement enclencher le processus. Ce remboursement anticipé de la dette est donc acquis auprès de cette enceinte spécialisée dans le traitement des dettes publiques, en un mot garanties.

Quand on sait que la dette extérieure de l’Algérie atteint, actuellement, 13,9 milliards de dollars et que si on retranche ces 8 milliards, on arrive à pas loin du chiffre de 4,5 milliards de dollars. Par ailleurs, les remboursements de la dette par anticipation en dehors du Club de Paris vont sans doute se poursuivre d’ici à la fin de l’année. Par ailleurs, la même source spécialisée dans ce dossier nous indique que l’Algérie n’aura pas à rembourser par anticipation la dette auprès du Club de Londres, contrairement à ce qui a été annoncé dans la presse. En effet, à fin septembre, l’Algérie aura remboursé la totalité de cette dette estimée à 1 milliard de dollars. En clair, au lieu de continuer à payer jusqu’en 2011 annuellement les échéances de cette dette contractée auprès des membres du Club de Paris, l’Algérie va donc, dans les prochains mois, verser les 8 milliards de dollars. Elle peut se le permettre. Car les réserves en devises atteignent aujourd’hui 60 milliards de dollars. Elles pourraient atteindre 80 milliards de dollars fin 2006, au regard de la poursuite de la flambée des prix du pétrole.
L’Algérie a donc fait le bon choix. Ce remboursement anticipé de la dette va ramener sa dette extérieure de plus de 20 milliards de dollars, ces dernières années, à quelque milliards de dollars, soit une dette extérieure presque nulle. C’est un miracle économique qui s’annonce grâce à la ténacité de la politique du président Bouteflika. Car rares sont les pays dans le monde qui peuvent afficher une dette de moins de 10 milliards de dollars.

L’objectif affiché par le gouvernement d’atteindre une dette extérieure de 10 milliards de dollars à 2009 sera vraisemblablement atteint fin 2006, soit deux à trois ans avant cette échéance. Mais ce résultat extrêmement positif ne nous dispense pas de nous interroger sur son impact sur la population. L’équation est simple. Une dette extérieure quasiment nulle, l’Algérie va consacrer beaucoup plus d’argent à son développement. Avec cet allégement très important du poids de la dette, elle dispose d’une chance historique de moderniser le pays, d’améliorer de façon nette les conditions de vie de la population. Mais reste à savoir si cet effort de désendettement sera suivi par une meilleure utilisation de l’énorme excédent financier. Le remboursement par anticipation est déjà un emploi à bon escient des réserves en devises du pays. Mais cet effort reste insuffisant tant l’efficacité dans l’usage de l’argent public disponible aujourd’hui en quantité n’est aujourd’hui pas évidente. De façon triviale, la baraka de Bouteflika, et de manière rationnelle son dynamisme, suffiront-ils à éviter les grands gaspillages enregistrés actuellement dans la consommation des fonds publics engagés dans la réalisation de logements, de routes et tant d’infrastructures de base ?

http://www.liberte-************/rub.php?idrub=40&rubrique=Economie

nassim
03/05/2006, 23h45
C’est un miracle économique qui s’annonce grâce à la ténacité de la politique du président Bouteflika. Car rares sont les pays dans le monde qui peuvent afficher une dette de moins de 10 milliards de dollars.
Certes, la baisse de la dette extérieure de notre pays est une très bonne nouvelle pour la santé financière de l'Algérie, mais la décrire comme étant un "miracle économique", c'est exagérer dans la mesure où l'argent utilisé pour rembourser la dette n'est pas le fruit d'une politique économique, mais est plutôt un cadeau d'Allah. :)

Le vrai miracle économique serait de moderniser l'état et l'économie algérienne de sorte à ce que le marché algérien devienne irrésistible vis-à-vis des investisseurs.


- Thx for sharing.

riati
04/05/2006, 14h43
Très sage Nassim .... Comme toujours.

En tout cas, la politique de remboursement massif de dettes est une bonne chose. J'éspère qu'elle sera entierement purgée très prochainement.

menara
04/05/2006, 15h47
Très sage Nassim .... Comme toujours.

En tout cas, la politique de remboursement massif de dettes est une bonne chose. J'éspère qu'elle sera entierement purgée très prochainement.

Oui le remboursement anticipé est la remiére meilleur chose que pouvait faire l'Algérie avec ses trés solides recettes, comme ça plus de crédit fini l'adjectif de pays endetté et plus de service de la dette.

Harrachi78
04/05/2006, 18h42
Le FMI a recommandé à l’Algérie d’investir hors du pays, afin de réduire la surchauffe de son économie [...]

Peut-on m'expliquer ce que signifie une telle chose au juste ?

algerois16
04/05/2006, 19h14
Peut-on m'expliquer ce que signifie une telle chose au juste ?
Je t'explique ami Harrachi. En clair, donne nous ton argent, je vais te faire voir ce qu'on peut faire avec. De te coté, laisse ton peuple pourrir, n'augumente surtout pas les salaires, de toute façon, ce peuple, on en rien à secouer.
Viens, dépose le à Londre, Paris, NY... bref des places boursières occidentales et laisse nous, on va s'occuper de tout (un peu à l'image des Sahab el soumou des pays du golf). Toi de ton coté, achète des chiffons made in occitent(comme dirait notre ami Joandemilan) et dépense tes royalties chez McDo.
Voilà, la liste n'est pas exhaustive...

Harrachi78
04/05/2006, 19h16
C'est bien ce que je craignais tiens ! Bah alors tétu comme je suis, je préfère une "surchauffe de notre économie" (sic) à ce que tu décris là ! Moût Wagef ya 'Ali (Creve débout Ali !) ;)

auscasa
04/05/2006, 20h18
moi personelement je salue l'algerie et son gouvernement pour cette reduction de la dette, c'est une tres bonne chose d'etre indepandant.

tous ce qu'il faut maintenant c'est de moderniser les Banques choses que le gouvernement fait depuis 2 ans, alors qui sait ont va voire un club d'alger dans les annes avenir :lol: qui donnera des credit a des pays pour les aides et en meme temps avoir un pouvoir sur eux en cas de trouble.

moi je voie un changement dans la gestion de l'argent du petrole dans la majorite des pays arabes et je peus vraiment felicite Mr ptit Bush ou ben laden qui les a ouvert les yeux :lol:

ont peus etre d'accord avec quelque politique et etre contre d'autre mais en general je suis satisfais du travaille des gouvernement arabes ces derniere annes.

et pour l'algerie c'est la meme choses il y a beacoup de choses en construction beacoup de projet le seul probleme de debat c'est que ce que nos gouvernement doivent faire en premier c'est tous.

k.bil
04/05/2006, 21h29
@harrachi
essaye de t'adresser au FMI pour savoir au sujet de la surchaufage de l'economiede qui guette l'algerie

tariqlr
04/05/2006, 23h01
Surchauffe: manque d'harmonie entre investissement et consommation. On intervient par le relèvement du taux d'intérêt (prêts)......
Je pense que l'Algérie n'est pas encore là. Mais qui sait ? faut voir avec un économiste du bled.
L'économie chinoise est en surchauffe: taux de croissance trimestriel plus de 9 % (énorme). Croissance en france 2% pour l'année et encore!

kuchiki
05/05/2006, 09h59
Y aura jamais de surchauffent avec les algériens, ont en veut toujours plus et ont s'arrétes jamais :mrgreen: Non plus sérieusemen si risque il y a autant investir cet argent au Maroc, et dans les autres pays africains(et en Iran pour l'énergie :D )

Cookies