PDA

Voir la version complète : Il y a 25 ans Tahar Djaout Victime d'un attentat


mob_dz
25/05/2011, 10h22
Tahar Djaout : LA FAMILLE QUI AVANCE ET LA FAMILLE QUI RECULE

http://i881.photobucket.com/albums/ac14/mob_dz/tahar_djaout.gif

C'est à n'y rien comprendre. Alors que le président du HCE s'est adressé il y a peu à la nation dans une intervention censée, entre autres, faire le point sur le dialogue avec les partis et les associations, voici qu'une prolongation inattendue s'engage. Y a-c-il donc eu un match nul durant le temps réglementaire imparti au dialogue ? Sans nul doute. Et comment pouvait-il en être autrement



Lorsqu’on continue à croire que des projets de société séparés par dix siècles de distance peuvent coexister, lorsqu'on continue à prendre au sérieux un responsable de parti qui dame que l'Algérie n'a besoin d'aucune loi étant donné que le Coran les contient toutes ?



Vu la situation de crise profonde que vit l'Algérie et qui brouille toute perspective d'avenir, le salut ne résiderait-il pas plutôt dans un choix résolu, quitte à faire des mécontents, le choix qui arrachera l'Algérie aux serres des ténèbres pour la propulser vers le jour ? Ce choix tarde à se préciser, à tel point que nous commençons à nous demander avec angoisse si c'est vraiment vers la lumière du jour que ceux qui ont en charge la destinée du pays veulent nous mener.

L'originalité de la seconde mi-temps de ce dialogue politique est qu'il réunira les formations groupées en 'familles' d'idées. Et là on retombe à pieds joints dans la grande problématique de l'Algérie car, si on évacue quelques points de détail, il n'y a en fai.t que deux familles : la famille qui avance et la famille qui recule. Parmi les cinq formations politiques reçues par le HCE, on dénombre : deux partis intégristes, deux partis qui soutiennent l'intégrisme et un seul pari qui œuvre pour une Algérie républicaine et moderne.



Quelle loi appliquer dans ce cas : celle du nombre ou celle de la qualité ? Quel parti écouter : celui qui plaide pour une société démocratique, épanouie ct moderne ou les quatre qui veulent ramener l'Algérie à une ère pire que celle où elle se débat aujourd'hui? Espérons que le pouvoir, qui a admis en janvier 1992 que la loi du nombre n'est pas toujours omnipotente, tende la bonne oreille et fasse le bon choix. Ou alors, le pouvoir, qui, depuis 1962, se succède à lui-même, n'aurait-il interrompu l'absurde processus électoral d'il y a un an et demi que pour préserver cette continuité dans la succession et non, comme beaucoup le croient, pour sauver l'Algérie.



La démarche adoptée et les choix arrêtés prochainement permettront de répondre à cette question. Car le pays est à l'heure des choix décisifs, étant donné qu'en trente ans il n'a pas réellement tranché. Continuera-t-il à naviguer à vue vers un horizon où s'accumulent les mirages, ou se décidera-t-il à prendre le gouvernail, en le brusquant quelque peu, afin de lui imprimer la rotation nécessaire ?



Car on commence à perdre pied et à avoir un début de vertige avec la valse-hésitation et le jeu de balançoire dans lesquels on nous entraîne. Un exemple : d'un côté on introduit l'adhan à la télé (ce dont on s'est passé pendant trente ans sans que notre islamité en soit diminuée} et d'un autre on exige que les hauts fonctionnaires viennent travailler avec une tenue neutre où l'étalage de leur dévotion ne serait pas imposé aux citoyens. Ne nous attardons pas sur le premier point mais disons que le second point est tout à l'honneur du gouvernement. Il dénote que l'exécutif est préoccupé de remettre de l'ordre et de redonner un peu d'autorité à un État longtemps piétiné. Il nous est donc agréable de penser qu'à l'avenir nous ne serons plus accueillis par des préposés en djelbab, en claquettes, en gandoura, ou dont les joues n'ont pas éprouvé le rasoir durant vingt jours.



Mais, attendez, pour une fois que le gouvernement prend une très bonne initiative, la réaction viendra très probablement de ceux qu'on ne devrait pas attendre, mais qu'on attend en fait, parce qu'ils nous one maintenant habitué: gageons que ces affamés des droits de l'homme qui cherchent la moindre cause à se mettre sous la dent ne tarderont pas à crier à la violation de je ne sais quoi. La culture populiste n'appartient, hélas! pas à un seul camp, et des hommes, dont l'apparence ne les y prédispose aucunement, ont souvent apporté de l'eau à un moulin dont la farine est empoisonnée. Quitte, après cela, à se transformer en pleureuses devant ceux qui se contorsionnent sous les affres d'une mortelle intoxication.



T Djaout
Alger le 25 Mai 1993



Nota: Texte reproduit d’après la version figurant aux pages 69 à 71 de l’ouvrage de Lazhari Labter : Journalistes
algériens entre le bâillon et les balles, paru en 1996 aux éditions L’Harmattan

nacer-eddine06
25/05/2011, 11h02
http://www.youtube.com//v/vmnXusfD35w

hassa2006
25/05/2011, 12h09
merci SOLAS pour cette vidéo avec cette si belle chanson et merci à lui d'avoir existé.

---------------------------------------------------------

cette somme de vie, d'amour et d'espoir qui fut brisé ne repoussera plus dans ce pays il va nous falloir entre nous, entre kabyle, recréer un espace pour que le printemps revienne parce qu'avec les autres ce ne sera plus possible.
il va s'en dire que celles et ceux qui ne sont pas kabyles et porteurs des idéaux de Tahar Djaout seront les bienvenus.

djamal 2008
25/05/2011, 12h54
il va s'en dire que celles et ceux qui ne sont pas kabyles et porteurs des idéaux de Tahar Djaout seront les bienvenus.

les bienvenus. Où ça, chez nous?



On met de l'eau dans son vin, tout a votre honneur pour cette phrase.

nacer-eddine06
25/05/2011, 21h06
djamel
on a jamais dit le contraire
l essentiel pour l algerie
to move ahead

djamal 2008
25/05/2011, 21h49
Or move on it's better.

nacer-eddine06
25/05/2011, 22h09
Ask not what your country can do for you, but ask what you can do for your country.

ce que tu proposes n est ni plus ni mois que de la compromission avec ceux qui reculent
the move on
Vu la situation de crise profonde que vit l'Algérie et qui brouille toute perspective d'avenir, le salut ne résiderait-il pas plutôt dans un choix résolu, quitte à faire des mécontents, le choix qui arrachera l'Algérie aux serres des ténèbres pour la propulser vers le jour ? Ce choix tarde à se préciser, à tel point que nous commençons à nous demander avec angoisse si c'est vraiment vers la lumière du jour que ceux qui ont en charge la destinée du pays veulent nous mener.

djamal 2008
25/05/2011, 22h25
Seriously; les gens d'Oran ne cherissentt pas autant cette Algérie.

Ce dernier message à toi, reconnais que ce n'est que langue de bois.

Tout le monde aime son pays, même les pauvres Harka te dirons qu'ils avaient de bonnes intentions pour leur pays.

nacer-eddine06
25/05/2011, 22h36
tu fais ton houari

djamal 2008
25/05/2011, 22h58
I suggest you ponder your signature, and good night fellow.

mmis_ttaq-vaylit
26/05/2011, 01h05
Djamel,
Your choice is clear based on what you have been writing.

If you ask solace to ponder his signature, it means that you did spend some time doing the same and understood his signature.
When you say "move on', you certainly are not working for the truth:" because it is not there!'
The thugs of El mouradia that killed my beloved TAHAR DJAOUT are not working for the truth. And based on what I have read of you, you are not part of the truth either!

You can't move on when there are no institutions of justice, or government. You can't move on on NOTHINGNESS... that is exactly what the political system in place has left this generation to deal with... this is why Algeria has not had its "Spring" yet and doubt it will...
let me remind you that us, KABYLES, we have had two: Spring 80, SPring of all hopes, and Spring 2001, our SPRING OF "RUPTURE" like Tahar DJAOUt would put it.

Our next SPRING will make a good sweep of all the thugs that work against the truth... the truth that is referred to in Solace's signature because, for us, IT HAS ALWAYS BEEN THERE. Our reference is simple: ABANE RAMDANE, SOUMMAM documents, Primaute du civil sur le militaire, apres la primaute' de l interieur sur l exterieur pendant pendant la guerre de liberation.

M

bel-court
26/05/2011, 03h38
Primaute du civil sur le militaire, apres la primaute' de l interieur sur l exterieur pendant pendant la guerre de liberation.

Et oui, la plate forme du congrés de la Soummam élaborée par nos Grands de la révolution n'a jamais été mise en oeuvre, on a suivi le baathisme qui a fait de nous une nation de terroristes aujourd'hui.

Cookies