PDA

Voir la version complète : Ouyahia annonce la suppression du credoc


zmigri
29/05/2011, 10h52
Les travaux de la tripartite dédiés aux voies et moyens de renforcer le soutien à l'entreprise et la relance de l'activité économique ont pris fin samedi en fin de soirée. A l'issue de ce sommet qui a regroupé le gouvernement, la centrale syndicale et les organisations patronales, Ahmed Ouyahia, le Premier ministre, a annoncé la suppression du Crédit documentaire (Crédoc) au profit des entreprises de production.


Le Crédoc, qui imposait depuis 2009 à tous les importateurs de verser la somme de leur commande sur un compte bancaire, sera remplacé par la remise documentaire.
Selon Ahmed Ouyahia, le gouvernement a décidé ainsi de donner aux entreprises de production de biens et de services la possibilité d'importer leurs équipements intrants et autres produits destinés à la production en ayant recours à la remise documentaire.
"En situation d'urgence et pour des importations du même genre, ces entreprises pourront recourir au transfert libre dans la limite maximale de 4 millions de DA au lieu de 2 millions de DA", a-t-il souligné dimanche à Alger. Toutefois, les importations destinées à la revente en l'état , tel que le commerce, "demeurent soumises au paiement par crédit documentaire", a tenu à préciser le Premier ministre.
De leur côté, les patrons d'entreprise ont salué cette décision. "Avec le Crédoc, l'importateur est obligé de déposer son argent et attendre sa marchandise deux à trois mois tandis qu'avec la remise documentaire, ce n'est qu'à l'arrivée de la marchandise que le banquier lui exige le paiement", a expliqué à ce propos Réda Hamiani, leprésident du Forum des chefs d'entreprises (FCE) , cité par l'agence APS.
Par ailleurs, Ahmed Ouyahia a annoncé également une autre décision importante prise lors des travaux de de cette tripartite. Il s'agit d'une mesure qui a trait, selon le premier ministre, à la dette fiscale des entreprises.
En effet, à ce sujet, le gouvernement s'est engégé à "participer au rééchelonnement des créances en défaillances". Pour ce faire, le gouvernement invite les banques à rééchelonner les créances des entreprises en difficulté avec un différé de trois années, une période durant laquelle le Trésor public prendra en charge les intérêts.
Néanmomin, cette mesure ne sera appliquée qu'aux "entreprises qui ont encore une chance de survie", a expliqué dimanche Ahmed Ouyahia.
Enfin, selon un communiqué diffusé dimanche, il est annoncé que le gouvernement invite les banques à accorder un différé sur les crédits aux PME exclusivement destinés à l'investissement. Il s'agit, selon Ahmed Ouyahia, d'un différé de trois ans sur les crédits d'investissements à moyen et long terme et de 5 années sur les crédits à long terme.
"Le Trésor public prendra en charge les intérêts intercalaires de ces périodes de différé", a-t-il ajouté à ce propos en précisant qu'il s'agit d'un différé de trois ans sur les crédits d'investissements à moyen et long terme et de 5 années sur les crédits à long terme.

Abderrahmane Semmar

Pihman
29/05/2011, 16h42
Décision raisonnable

le credoc est plus une protection du fournisseur que de l'importateur

En plus c'est une mode de financement comme les autres dont le choix doit rester à la discretion des deux partenaires

Le suivi des opérations financières peut très bien se faire avec l'obligation par les banques d'Engagement d'Importation imputés avant tout transfert de devises

RoboCop
29/05/2011, 19h02
Ouyahia annonce la suppression du credoc
Je crois que Abderrahmane Semmar s'est rendu à l'évidence, car il vient de changer le titre de son article, en ajoutant "partielle" :
Algérie : Ahmed Ouyahia annonce la suppression partielle du Crédoc
C'est clair, que ce n'est pas une suppression totale :
"En situation d'urgence et pour des importations du même genre, ces entreprises pourront recourir au transfert libre dans la limite maximale de 4 millions de DA au lieu de 2 millions de DA", a-t-il souligné dimanche à Alger. Toutefois, les importations destinées à la revente en l'état , tel que le commerce, "demeurent soumises au paiement par crédit documentaire", a tenu à préciser le Premier ministre.

djamal 2008
29/05/2011, 20h21
On appelle cela le syndrome de la ligne bleue.

zmigri
30/05/2011, 09h13
On appelle cela le syndrome de la ligne bleue. cad on décrète une chose sans consulter les personnes qui seront touchées par ces mesures et qd elles sont mal appliquées ou carrément non appliquées on fait un reetour en arrière!!:22:

et ça va continuer comme ça ad eternum.

djamal 2008
30/05/2011, 13h11
Autrement dit : on tattone. ou se trouve l'accent circonflexe je n'ai aucune idee, donc je tattone et je le mets sur la lettre A. Non, jùutilise un clavier Qwerty.

C'est à dire où sont ceux qui prédisent et analysent et tirent des conclusions et des synthèses;

Je me rappelle, il y 10 ou 11 années que nous étudions un modèle de transportation de sorte que s'il fallait désigner une ligne bleue il fallait construire un nouvelle voie et qu'elle soit reservée au covoiturage.

Le Hic est que; en annonçant des nouvelles dispositions, non seulement ils ne te demandent pas ton avis comme mentionné plus haut, mais ils se donnent l'air d'avoir découvert ce dont tu ignores et qu'il soit impossible à toi de découvrir, une sorte de condescendance.

Tu veux regler le problème de l'informel tu réduits les taxes; d'une part tu aides les gens honnêtes et de l'autre tu encourages les autres à se conformer à la loi; Mais avec un TVA de 17 pour cent tu te fais la plus grande marge de profit net; après quoi, tu finis par avoir la très grande majorité des citoyens des evadeurs de taxes et qui est une grave violation de la loi.

goud
30/05/2011, 14h11
J'ai pas compris!!!!!!!!!!! comment peut on supprimer un mode de réglement

Comment doit on s'y prendre Si le fournisseur étranger exige l'ouverture d'un credoc pour l'envoi de la marchandise.

le REMDOC doit d'abord être accepté par l'exportateur étranger

djamal 2008
30/05/2011, 15h36
Nous sommes toujours dans une économie de bazzar: les gens veulent éviter le fisc qui tue l'économie.

Histo
30/05/2011, 17h16
et l'euro qui va repartir dans le marché noir , déjà qu'il est a limite 150 da ...

Cookies