PDA

Voir la version complète : Dans une lettre à Bouteflika, deux dirigeants islamistes plaident pour une réconciliation historique


LIXUS
31/05/2011, 00h43
Ils mettent en garde contre une intervention de l’Otan et d’armées d’islamistes


El Hachemi Sahnouni et Abdelfattah Zeraoui Hamadach, deux ancien dirigeants islamistes, ont plaidé pour une « réconciliation historique » en Algérie pour « barrer la route aux ingérences étrangères, dans une lettre adressée ce lundi 30 mai au président Abdelaziz Bouteflika dont une copie a été transmise à TSA.
« Il faut sortir de ce tunnel ensanglanté, vers une étape de réconciliation historique sur tous les fronts : militaire, politique, judiciaire, social, ainsi que celui de la prédication », ont‑ils dit, précisant qu’« il faut faire participer l’ensemble des savants, des prédicateurs, des politiques, les tenants de la décision et de l’influence, du commandement, du savoir, les penseurs, les élites, tous ceux qui ont du poids, pour une solution réussie ».

Dans cette lettre, rédigée au lendemain des déclarations du premier ministre Ahmed Ouyahia démentant la libération de détenus islamistes, les deux responsables islamistes mettent en garde contre l’intervention de forces militaires occidentales ou d’« armées islamistes ». « Il faut s’attendre à une intervention des forces militaires américaines, de l’OTAN, d’une alliance de croisés ou au déferlement d’armées d’islamistes armés venant de tous les pays pour régler des comptes sur la terre d’Algérie, le pays des millions de martyrs », ont‑ils averti, estimant que « les solutions sécuritaires et les replâtrages politiques ne constituent pas une solution globale mais des calmants conjoncturels pour apaiser les esprits ».

Ils ont, enfin, exhorté le président Bouteflika à poursuivre « dans la voie de la réconciliation historique ». Nous et le peuple sommes avec vous pour la concrétisation de ce grand projet », qui sera « une page blanche pour une étape nouvelle qui constituera un tournant historique et un événement réconciliateur majeur dans la région pour barrer la route aux ingérences étrangères », ont‑t-ils ajouté.

Cheikh Sahnouni, aveugle de naissance, connu comme « le prédicateur des anciens combattants algériens en Afghanistan » autour de la mosquée du quartier populaire de Belcourt, surnommée « mosquée Kaboul » par les Algérois, avait affirmé que le président Bouteflika s’apprêtait à libérer des milliers de prisonniers islamistes, dans le cadre d’une « amnistie générale » destinée à mettre la touche finale à son projet de réconciliation nationale.

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a formellement démenti cette information, dimanche, lors d’une conférence de presse à Alger. Le président Bouteflika a nommé une commission, présidée par le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, pour recueillir les avis de toutes les forces politiques et des personnalités de la société civile, en vue d’asseoir de vastes réformes dans le pays. Cheikh Sahnouni devrait faire mardi des propositions à la commission Bensalah.

TSA
Ferhat Azouz et Mohamed Belalia

rachid75
31/05/2011, 12h28
quel audace!!!Ils n'ont pas honte ces criminels integristes , ils ignorent qu'ils avaient déclaré une guerre cruelle contre le peuple algeriens , au lieu de demander pardon au peuple , et faire profile bas , ils viennet nous narguer encore une énième fois , WLED LAHRAM .

mob_dz
31/05/2011, 14h48
« Il faut s’attendre à une intervention des forces militaires américaines, de l’OTAN, d’une alliance de croisés ou au déferlement d’armées d’islamistes armés venant de tous les pays pour régler des comptes sur la terre d’Algérie, le pays des millions de martyrs »,

Et la parade à tout cela ce serait la réhabilitation du fis et l'instauration d'une théocratie? Pour une logique c'en est une :rolleyes:

Ata3qel fadhma argazis.

Dandy
31/05/2011, 22h53
Doublon...

Dandy
31/05/2011, 23h00
« Il faut s’attendre à une intervention des forces militaires américaines, de l’OTAN, d’une alliance de croisés ou au déferlement d’armées d’islamistes armés venant de tous les pays pour régler des comptes sur la terre d’Algérie, le pays des millions de martyrs », ont‑ils averti

Ils mettent surtout en lumière, et c'est une première fort louable, le fait que les mercenaires exerçant le terrorisme en Algérie ont servi et peuvent (ou veulent objectivement) les intérêts de l'Empire et disent explicitement que leurs présence actuelle n'est pas la résultante d'événements politiques nationaux et leurs "revendications" ne sont nullement tributaires du champ politique algérien...

J'ai beau lire le texte, je ne trouve aucun passage revendiquant une énième amnistie visant les groupes terroristes en activité, qui du reste ont rejetté toutes les autres et ne revendiquent pas une nouvelle. Ce que je lis, c'est un appel à la réconciliation entre toutes les parties et une revivification du sentiment d'appartenance nationale, ce qui est en soi une bonne chose. Si on lit bien le texte, la revendication est proprement nationale et contrairement à l'ensemble des groupes terroristes qui voulait la destruction de ce pays, les deux intervenants veulent visiblement prévenir son émiettement.

Maintenant, si ils évoquent réellement une énième amnistie des terroristes, y'dezou m3ahoum mais honnêtement en lisant le texte objectivement, rien ne peut le laisser supposer.

mentalistboy
31/05/2011, 23h00
comment leur faire comprendre à ces cafards d'arrêter de visionner en boucle "la réconciliation dans le monde de oui oui" ? au trou à vie...oui!

hassa2006
31/05/2011, 23h52
Ils mettent surtout en lumière, et c'est une première fort louable, le fait que les mercenaires étrangers exerçant le terrorisme en Algérie ont servi et peuvent (ou veulent objectivement) les intérêts de l'Empire

je pige pas là, les seules combattants étrangers que nous ayons connu venait des pays islamistes et ces algéchiens formataient au pakistan et KSA?

Cookies