PDA

Voir la version complète : Face aux Français, le pouvoir algérien cède sur tout


nacer-eddine06
01/06/2011, 13h48
« Je rentre d’Alger en ayant le sentiment du travail accompli », a écrit ce mercredi matin sur son blog Jean‑Pierre Raffarin, en charge du dossier de coopération entre son pays et l’Algérie. A Alger, l’ancien Premier ministre français a co‑présidé avec Pierre Lellouche, secrétaire d’État au Commerce extérieur, et Mohamed Benmeradi, ministre de l’Industrie, le Premier forum de partenariat algéro‑français. Plus de 640 PME algériennes et françaises ont assisté à ce forum.

« Un climat d’apaisement et de pragmatisme »s’est ainsi affirmé. Ceci ouvre peut-être une nouvelle étape des relations économiques entre la France et l’Algérie. Signe de ce ton nouveau, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, s’est rendu, à mon invitation, à "la Résidence des oliviers", la résidence de France, pour un déjeuner de travail, accompagné de 5 de ses ministres. Une première depuis 1962 », a encore écrit Jean-Pierre Raffarin.

Quelle signification donner à ce déplacement d’Ahmed Ouyahia à la résidence de l’ambassadeur de France à Alger ? Fera‑t‑il de même pour les résidences des autres ambassades ou la France est‑elle une exception ? Le Premier ministre, qui semble nourrir des ambitions présidentielles, est l’interlocuteur privilégié des officiels français ces deux dernières années. Tous les ministres français qui se sont rendus à Alger sont passés par son bureau après avoir été reçus par le président Abdelaziz Bouteflika.

Au Forum d’Alger, Pierre Lellouche a déclaré que « ceux qui regardent dans le rétroviseur se trompent de direction ». Une déclaration qui signifie l’enterrement des demandes algériennes relatives aux excuses de la France sur les crimes coloniaux. La sortie algéroise de Lellouche n’a été contrée par aucun responsable algérien. Il y a quelques mois, Ahmed Ouyahia avait qualifié de « surenchère politicienne » l’idée d’un projet de loi de criminalisation du fait colonial initié par des députés du FLN.

Lellouche et Raffarin donnaient l’impression d’évoluer en terrain conquis au Forum d’Alger. « Sur plusieurs dossiers, j’ai été le témoin de la bonne volonté des Algériens, il reste cependant beaucoup à faire de part et d’autre pour rendre notre coopération plus fluide. La confiance dans cette dynamique nouvelle exprimée par les patrons de PME est aussi un facteur encourageant », écrit encore Jean‑Pierre Raffarin. Les deux responsables français n’ont même pas jugé utile d’accorder des entretiens à la presse algérienne pour expliquer leur démarche.

Tout compte fait, les français ont eu l’essentiel : reprise à 100 % de l’entreprise Alver, leader national dans l’industrie du verre – malgré la loi 51/49 –, installation de l’assureur Axa en Algérie, lancement d’une usine de tramway par Alstom à Annaba (un projet de 25 millions d’euros), reconduction du contrat de gestion des eaux d’Alger par Suez avec perspective de déploiement dans d’autres villes et, surtout, possibilité aux entreprises France Télécom, Alcatel‑Lucent et La Poste de profiter de plusieurs marchés dans les services postaux et la 4 G pour les TIC. « Ces entreprises françaises sont porteuses de projets. Elles viennent avec des idées à partager et des ambitions à conjuguer », a déclaré Raffarin à propos des contrats à venir dans les TIC. S’ajoutent à cela la gestion future du métro d’Alger par la RATP et l’éventualité de construction d’une usine de véhicules par Renault.

Ne craignant pas de manipuler les chiffres, Jean‑Marc Jahn, directeur général de la SEAAL (Société des eaux et de l’assainissement d’Alger), partenaire du groupe français Suez‑Environnement, a déclaré, en marge du forum d’Alger, que son entreprise a permis de porter le taux d’alimentation des algérois en eau potable « de 8 % à presque 100 % ». Autrement dit, avant l’arrivée de Suez, les Algérois ne buvaient que de l’eau minérale en bouteilles. Tous les experts mettent en doute ces chiffres avancés visiblement à des fins de marketing (en la matière, Suez est un grand spécialiste). Et du marketing, les Français en ont fait ces derniers jours, mais c’est de bonne guerre.


Aucune demande algérienne n’a été satisfaite

Côté algérien, c’est le silence total ou presque. Mustapha Benbada, ministre du commerce, a été le seul à tempérer un peu les ardeurs de Pierre Lellouche sur les investissements français en Algérie (le ministre français a donné le chiffre de 2,5 milliards en hors hydrocarbures). Benbada a indiqué que les investissements français sont concentrés dans les services et a ajouté que les entreprises françaises continuent à faire plus de commerce que d’investissement. La France est le premier fournisseur de l'Algérie avec 5,2 milliards d’euros. L’Algérie est le premier client de la France en Afrique et dans le monde arabe. Mais « l’Algérie a besoin de partenaire durable pour l’accompagner dans son processus pour la construction d’une économie forte et productive, hors hydrocarbures. Ce partenariat doit passer du cadre commercial à celui d’un véritable transfert de savoir‑faire et de technologies », a déclaré Mustapha Benbada.

Ce lot de contrats accordés aux Français après une longue période de froid politique a‑t‑il une contrepartie ? Le pouvoir algérien cherche‑t‑il à avoir "la paix " en raison des révoltes qui secouent le monde arabe et la chute des dictatures en Tunisie et en Égypte ? Les Français sont‑ils en train de développer les mêmes réflexes que ceux qu’ils avaient du temps de la Tunisie de Ben Ali ? Car si l’Algérie a donné des contrats aux groupes français, aucune concession n’a été faite par les Français.

L'Algérie a formulé des demandes à la France sur l’amélioration de la libre circulation des personnes. Pourquoi aucun chiffre n'a‑t‑il été annoncé sur une amélioration ? En fait, il n’y a eu aucune amélioration. Rien non plus sur les conditions d’accueil de la communauté algérienne en France. Les renouvellements de titres de séjour sont devenus un véritable calvaire : délais trop longs, de multiples documents demandés… Aussi y a‑t‑il lieu de s’interroger : si les Algériens n'ont rien obtenu en échange des contrats donnés aux Français, qui en a profité réellement ?

La visite de Raffarin et de Lellouche à Alger intervient au moment où Claude Guéant, ministre de l'intérieur, multiplie les dérapages sur les musulmans (majoritairement des Algériens) en France. Ses attaques n’ont suscité aucune réaction à Alger. A titre d’exemple, en juillet 2010, le Roi Abdallah d'Arabie Saoudite avait annulé une visite officielle en France à cause de l'affaire de la burqa.

Merouane Mokdad

kaiser
01/06/2011, 13h55
salut solas;)

je crois que ça toujours été le cas depuis l arrivée de bouteflika! meme si le discours officiel d'alger faisait croire le contraire

nacer-eddine06
01/06/2011, 14h02
Par : N. H.

La Fondation du 8-Mai-1945 a violemment dénoncé, hier, dans un communiqué, la visite en Algérie de l’ancien Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, accompagné de plusieurs hommes d’affaires venus décrocher des contrats dans plusieurs secteurs. “Les plaies sont encore ouvertes et il semble qu’à l’heure des réformes politiques, le commerce prime dans l’esprit de nos représentants politiques au détriment du devoir de mémoire et l’exigence profonde de notre religion, l’islam”, accuse le président de la Fondation du 8-Mai1945, Kheiredine Boukherissa. Selon lui, ces contrats n’apportent rien pour notre pays.
“M. Raffarin est venu, a vu et a conclu. Il nous a fourgué une technologie ancienne pour fabriquer des engins à vous encombrer les rues et les ruelles et défigurer définitivement l’espace algérien dans toute sa splendeur urbaine et environnementale, celle des temps des Casbahs et des cultures islamiques.” Preuve en est, soutient-il, la France “focalise son intérêt immédiat autour des domaines porteurs et non contraignants : banques, assurances, automobiles, vêtements de luxe démarqués, fromage et yaourt” au détriment des investissements dans des technologies avancées et dans la recherche médicale de pointe. Au-delà de l’aspect économique, il estime que le fait que la France propose de tout effacer et repartir à zéro “témoigne du profil des relations bilatérales : gagnant-perdant dans lesquelles nous évoluons”. Le secrétaire d’État français au Commerce, Pierre Lellouche, avait, en effet, déclaré à l’ouverture du forum de partenariat qui a débuté lundi à Alger que “ceux qui regardent dans le rétroviseur se trompent de direction”. Cette fondation pense que le pouvoir tourne “le dos à ses concitoyens, ses électeurs et la force populaire”, considérant que la mise en berne de la loi incriminant le colonialisme “comme une signe avant-coureur de l’obédience étatique de nos représentants”.
La Fondation du 8-Mai-1945 rappelle que parallèlement la France continue d’offenser l’Algérie à chaque sortie politico-parlementaire. “Comment voulez-vous qu’il ait un apaisement durable dans les relations entre Alger et Paris, alors que cette dernière et à chaque pas réconciliant de notre part deux pas en arrière sont exécutés pour envenimer davantage nos relations avec les pays limitrophes et perturber à la fois l’atmosphère ambiante sur les sujets qui fâchent”.
Le communiqué de cette fondation cite la polémique autour de l’assassinat des moines de Tibhirine, le conflit Algérie-Maroc autour de la question du Sahara occidentale et le traitement du dossier du Sahel.

pilote09
01/06/2011, 15h06
apres avoir vu ce qu'a fait la france au regime libyien les pouvoir algerien est pres a baisser le pentalon pour la france et meme......... vous devener la suite ca ce pouvoir sait que si la france le lacherait il sera cuit et peut disparaitre et ce ouyahia le khamess des generaux qui se deplace a l'ambassada de france c'est de la chita pure ils ont peur mes amis de l'occident car leurs bien sont installer dans ces pays alors si'l y aura gel de leurs biens ils sont foutu .

ils ont peur des usa et l'occident et ils n'ont pas peur du dieu qui a les a creer et a creer l'occident et les usa ils savent pas ces ingnorant que si dieu veut les neutraliser personne au monde ne peut les couvrirent ou les sauves et la liste de hitler moussouli seddam mouberk benali le pharon pinocher ecttttttttt la liste est tre tre grande mais ya des gens qui pensent et y' ona d'autres qui mangent comme des betes.

okba30
01/06/2011, 15h27
Ça s'inscrit dans le cadre de la France-Afrique, et puis :
- La France détient les archives de la guerre d'Algérie où beaucoup de nos révolutionnaires autoproclamés sont fichés en tant qu'agents du Quai d'Orsay !
- Boutef le chaton de ses maitres en bon francophone faisait (et possiblement encore) ses discours en langue de Molière, dés lors rien n'étonne. Si on vent son identité on vend son pays.

Massnsen
01/06/2011, 16h14
Quand papa dit à son fils de 5 ans de faire quelque chose, il le fait sans rechigner !
C'est la même chose quand la France parle à ses enfants, élèves de saint-cyr et transfuges de la DST qui sont aux commandes à Alger.

mansali06
01/06/2011, 16h32
Je ne crois pas du tout ce que raconte TSA

hben
01/06/2011, 17h32
Quelle signification donner à ce déplacement d’Ahmed Ouyahia à la résidence de l’ambassadeur de France à Alger ?
C'est normal!
Quand on ne tire pas sa légitimité du peuple, ol faut bien aller la chercher quelque part!

okba30
01/06/2011, 19h54
Les algériens sont reçus en France ... en Algérie !!!!!
L'Algérie désormais DOM-TOM Française ?
Oui pour l'investissement mais jamais à la continuation de la mission civilisatrice.
Ça me fait rager quand j’entends encore parler après 50 ans de prise en main du pays de ''transfert du savoir''. Espèce de bourourous, le savoir se crée, s'invente et se fait adapter à nos mentalités et conditions, mais il ne se transfert pas en bloc... surtout en ces temps de la démocratisation du savoir et la facilité d'accès.
On verra ce que ça donnera.

hben
02/06/2011, 12h06
A son retour d’Alger, après la clôture du forum de partenariat algéro-français, Jean-Pierre Raffarin s’est épanché sur son blog. Ainsi donc, « une douzaine de dossiers économiques majeurs, identifiés par les deux gouvernements», étaient jusqu’au week-end dernier bloqués entre Alger et Paris.

« Sur les 12 projets, 9 ont été finalisés et les 3 derniers nécessitant plus de temps en raison de leur complexité industrielle sont cependant en bonne voie », s’enthousiasme l’ancien premier ministre français. C’est quasiment le jackpot. Ne restent donc que les plus gros morceaux : les dossiers Renault, Lafarge et Total.

Le métro d’Alger en service le 31 octobre. Le Monsieur Algérie de Sarkozy trouve le voyage dans le métro d’Alger « émouvant ». Plus précis que les autorités algériennes, il donne la date de lancement : « L’objectif est la mise en service au 31 octobre prochain ». Voilà qui va sans doute rassurer les Algérois qui attendent ce serpent de mer depuis plus de 20 ans.

Signatures à la pelle. «Après Sanofi, Cristal Union, La Macif, Alstom, la filière laitière… nous avons assisté à la signature des projets de Saint-Gobain et d’Axa… D’autres projets viennent compléter la liste : Danone, Bel, France Telecom, La Banque postale, Bull, Alcatel (cette dernière entreprise a réussi à me surprendre en présentant son projet… en anglais!), Suez environnement… » Si l’on en croit ses déclarations, bientôt ce sont toutes les grosses cylindrées du CAC 40 qui vont avoir pignon sur rue d’Alger.

Une partie du gouvernement à la résidence de l’ambassadeur. Jean-Pierre Raffarin parle d’un nouveau «climat d’apaisement et de pragmatisme ». Pour preuve ? « Signe de ce ton nouveau, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, s’est rendu, à mon invitation, à « la Résidence des oliviers », la résidence de France, pour un déjeuner de travail, accompagné de 5 de ses ministres. Une première depuis 1962. » Si l’on en croit M. Raffarin tout va bien dans le meilleur des mondes entre Alger et Paris. C’est la lune de miel. Tant mieux cependant, on sait que l’arrivée du cinquantième anniversaire de l’indépendance l’année prochaine va certainement susciter bien d’acerbes polémiques entre les deux rives de la Méditerranée. Mais Pierre Lellouche a déjà commencé à déminer le terrain en déclarant au Forum d’Alger : « Ceux qui regardent dans le rétroviseur se trompent de direction». Sera-t-il seulement entendu ?

Y. K
MatinDZ

Distro
02/06/2011, 12h21
c'est donnant donnant, continuez avec votre complexe d'inferiorité çà ne concerne que vous et rien que vous.
Continuez aussi a mater par la fenêtre,la critique est facile et amovible mais votre position elle est figée.

saaid
02/06/2011, 12h27
le nif gallik:D

espritlibre
02/06/2011, 12h38
c'est bien que les affaires reprennent ...et que les patriotes du circonstanciel....la boucle un peut !!!!

ce qui m’intéressent c'est la possibilité d'un vrai emploi pour mes gosses....

que des banques françaises s'installent tant mieux ...on n'a pas de banques algerie ...je parle de des vraies ...pas des administrations .....

le reste suivra ...l'essentiel c'est le climat ...alors les autres pourront suivre

samarkand777
02/06/2011, 12h47
oui faut mettre son nif de côté un peu .
si on pouvait avoir tout le cac40 en algerie et bah bienvenue.

la france peut beaucoup nous apporter.

Le prolétaire
02/06/2011, 14h45
Moi ce qui m'étonne c'est qu'il y a aucun n'homme de carisme pour affronter boutef (alors qu'il n'en a aucun)...

soit ils ont peur de mourrir

Soit ils tirent profit de la situation

samarkand777
02/06/2011, 15h10
ils ont peurs des clans et militaires derrière boutef.
une partie des militaires le soutient.

c'est pour cela que tout est bloqué et personne n'ose la ramener.

okba30
02/06/2011, 15h31
On est d'accord que la France fait vivre beaucoup de nos compatriotes (officiellement 1.5 millions d'algériens, quelques 4 millions selon d'autres), dont aucun autre pays ne peut se targuer. Vu que l'Algérie est enquilosé par les luttes intestines d'une certaine association de malfaiteurs infiltrée au pouvoir, ne veut et ne peut décoller ce chiffre a tendance à augmenter.
Il est vrai qu'on a perdu le Paris-Dakar au profit des mokhaznias (qui lâchent absolument rien) à cause d'une stupide appellation et avons perdu la publicité dont profitait l'Algérie en matière de tourisme, pire nous avons fait perdre au monde un paradis sur terre qu'est le sud algérien.
Cependant, le partenaire français fait tout pour garder le contrôle via son lobby surpuissant en Algérie, et de temps à autre revient nous imposer des contrats selon ses désirs.
S'il y avait une certaine base d'investissement local non étatique, les choses auraient été toutes autres. La difficulté des algériens à revenir investir au pays est très grande, un véritable chemin de croix au milieu d'au cafouillage monstre et incivile.
Partenaire mon œil ! A chaque fois les français reviennent pour nous toiser de haut avec leur transfert technologique à la con.

kaiser
02/06/2011, 15h35
On est d'accord que la France fait vivre beaucoup de nos compatriotes

ah oui , ils sont handicapés alors ils n apportent rien et la france qui les nourrit gracieusement qu est ce qu elle est genereuse la france

okba30
02/06/2011, 15h42
ils sont handicapés alors ils n apportent rien et la france
Il est évident qu'ils n'apportent rien à l'Algérie. En occident l'humain est considéré comme une richesse et non un fardeau, on essaie de le rendre productif au max. Le producteur et le créateur de richesse là-bas est la bouche à nourrir chez nous à cause de notre ''qiada hakima''.

kaiser
02/06/2011, 15h45
Il est évident qu'ils n'apportent rien à l'Algérie. En occident l'humain est considéré comme une richesse et non un fardeau, on essaie de le rendre productif au max. Le producteur et le créateur de richesse là-bas est la bouche à nourrir chez nous à cause de notre ''qiada hakima''.
__________________

on est d'accord !
dsl j avais mal interprété ta précédente intervention:)

okba30
02/06/2011, 15h48
on est d'accord !
Kaiser,
Il est rare que je ne sois pas d'accord avec tes écrits et tes idées. Tu n'as fait qu'aider à éclaircir les choses.

vivalgerie2002
02/06/2011, 15h48
Ça s'inscrit dans le cadre de la France-Afrique, et puis

Vous voulez dire FRANCE à FRIC :rolleyes:

okba30
02/06/2011, 16h09
Du temps de Khalifa, Gérard Dépardieu disait : Allez en Algérie, il y a du pognon à faire.
On espère que les choses ont changé depuis, ou du moins ils doivent fournir quelque chose à l'Eldorado promis .

Cookies