PDA

Voir la version complète : Le système financier algérien lieu de la redistribution de la rente


zek
13/06/2011, 11h46
Plusieurs questions se posent concernant le système financier algérien, poumon du développement du pays, devant l’autonomiser et non être un acteur passif de la redistribution de la rente des hydrocarbures. Enjeu de pouvoir, cela explique que les réformes structurelles annoncées depuis plus de 30 années sont souvent différées, les banques publiques représentant plus de 90% du crédit octroyé.

I. C’est une banalité et une évidence aujourd’hui d’affirmer que les banques sont de simples guichets administratifs et que le système financier algérien a besoin d'être réformé, ce qui n’est pas imputable aux compétences existantes mais au fonctionnement global du système.

II n’existe pas ou peu de banques accompagnant les véritables investisseurs et pas de véritables bourse des valeurs, une hérésie économique des entreprises étatiques dominantes souvent déficitaires achetant des entreprises étatiques déficitaires, ni Sonatrach , ni Sonelgaz et ni une grande entreprise privée comme Cevital n’étant cotés en bourse.

Nous irons plus loin en reformulant la notion de réforme pour envisager la notion de refondation du système financier, nous n’intéressant pas particulièrement à l'économie des hydrocarbures, mais à l'économie en général et aux entreprises en particulier qui sont les vraies créatrice de richesses.

Bien qu’il est admis que l’économie algériennes est une économie totalement rentière avec 98% d’exportation d’hydrocarbures et important plus de 70% des besoins des ménages et des entreprises. Tout est irrigué par la rente des hydrocarbures donnant ainsi des taux de croissance, des taux de chômage et de taux d’inflation fictifs. Quelles sont les raisons de notre démarche ? La richesse nationale créée puise sa source dans la relation du triptyque: stock physique (stock ressources naturelles d’hydrocarbures) - stock monétaire (transformation: richesse monétaire) - répartition (modalités et mécanismes de répartition: investissement-consommation-fonds de régulation). La société des hydrocarbures ne créait pas de richesses ou du moins très peu.

Elle transforme un stock physique en stock monétaire (champ de l’entreprise) ou contribue à avoir des réserves de change qui du fait de la faiblesse de capacité d’absorption sont placées à l’étranger, se demandant alors pourquoi continuer à épuiser les réserves sachant qu’à ce rythme l’on ne dépassera pas 15 ans pour le pétrole et 25 ans pour le gaz tenant compte de la forte consommation intérieure et de la rentabilité économique des gisements.

La richesse ne peut apparaitre que dans le cadre de la transformation du stock de monnaie en stock de capital, et là est toute la problématique du développement. Puisque cette transformation n’est plus dans le champ de l’entreprise mais ce déplace dans le champ institutionnel (problème de la répartition). Dans cette relation, le système financier est-il- passif ou à l'inverse actif ? Un système, par définition, n'est jamais neutre, il porte toujours en lui un ou plusieurs enjeux.

II. Le système financier algérien porte en lui la substance de l'enjeu du fait qu'il cadre parfaitement la politique économique développée jusqu'à présent et son corollaire les sources et les modalités de son financement; du fait que l'on a faire à une économie de nature publique au sens ou la totalité des activités quelques soient leur nature se nourrissent de flux budgétaires c'est à dire que l'essence même du financement lié à la capacité réelle ou supposée du trésor.

L’analyse des lois de finances de l'année et des lois de finances complémentaires et les modalités de répartition du budget de l'Etat sur la période 2000-2011 avec un colossal déficit budgétaire pour 2011 ( 33%du PIB environ 55 milliards de dollars) avec les risques de l’épuisement du fonds de régulation ( environ 64 milliards de dollars au cours actuel) en cas d’un cours inférieur à 75 dollars et des tensions inflationnistes à l’avenir que l’on comprime artificiellement par des subventions transitoires, le prouvent si besoin est.

On peut considérer que les conduits d'irrigation , les banques commerciales et d'investissement, opèrent non plus à partir d'une épargne puisée du marché, éventuellement un reliquat du travail mais par les avances récurrentes (tirage: réescompte) auprès de la banque d'Algérie pour les entreprise publiques qui sont ensuite refinancées par le trésor public en la forme d'assainissement (rachat des engagements financiers des EPE auprès de la banque d'Algérie : plus de 50 milliards de dollars entre 1971/2010 et encore plus de 5 milliards de dollars pour 2011 sans compter les couts de la restructuration entre 1980/1990 alors que plus de 70% de ces entreprises sont revenues à la case de départ montrant que ce n’est pas une question de capital argent.

En ce qui concerne la majorité des entreprises privées dont plus de 80% ont une organisation familiale peu ouvertes au management stratégique, il en existe certes mais ce sont des exceptions, , sans vouloir les stigmatiser, une analyse rapide de leur structure du capital et de leur structure de financement montrent à l'évidence qu'elles sont dans des positions d'endettement vis à vis du système financier que soit pour leur investissement que de leur exploitation courante sont entièrement dépendantes de "monnaie hydrocarbure".

Les entreprises algériennes d’une manière générale ne peuvent être compétitives et encore moins innovantes du simple fait qu’elles ne disposent d’aucuns savoir si tout juste, grâce un faisceau de relations pour les « futées » d’entre elles, arrivent dans le cadre de partenariat à s’insérer dans un marché captif. Une simple observation du champ le prouve aisément.

III. La nature de la richesse, les modalités de sa formation et les mécanismes de sa répartition forment la trame du système économique algérien et ne se réfèrent pas aux lois d’une « économie de marché ». Obéit-il à une doctrine ou une théorie économique ? Rien n’est moins sûr ni évident. C’est un système économique construit sur un ensemble de réseaux portés par des intérêts financiers individuels à court terme, développent ensuite à long terme des stratégies d’enracinement.

La théorie de l’enracinement nous enseigne que les élites créent des situations et des processus de manière à ce qu’elles se considèrent, à juste titre, indispensables. Cet enracinement n’est possible en réalité que par le fait de l’absence de définition de stratégie économique. Les erreurs de management quotidien sont couvertes grâce au transfert financier qui transite par le système financier et qui irrigue le système économique.

C’est la répartition de la rente par les canaux ou les conduits du système financier. Les erreurs stratégiques sont possibles par le « siphonage des hydrocarbures » dont la conséquence, le modèle de développement par les hydrocarbures devient un obstacle majeur.

Si on observe la ligne du temps, c'est-à-dire les dates qui consacrent les moments de stagnation puis de régression ensuite, parfois, des avancées, elle présente clairement certaines caractéristiques propres à justifier la conséquence énoncée plus haut. Si on construit un graphique avec en ordonnées, une échelle de date (1980-2011) et en abscisses le prix du baril de pétrole (0-140 dollars), à prix constants, on trace suite une courbe, on remarque parfaitement les moments de stagnation et régression d’une part et les moments d’avancées.

Il y a une corrélation étroite entre : plus le prix du pétrole est bas plus il y a émergence de potentiel de développement en ressources matérielles et ressources humaines. En revanche, plus le prix du pétrole s’accroit plus le potentiel de développement décélère, stagne et tend au final à régresser si le renchérissement du prix du baril de pétrole perdure.

En conclusion, la rente des hydrocarbures non autonomisée (syndrome hollandais dont la corruption socialisée) freine les réformes, le développement basé sur la bonne gouvernance, l’entreprise et son soubassement la valorisation du savoir condition de la dynamisation des segments hors hydrocarbures. Cette rente au lieu d’être d’une bénédiction peut devenir une malédiction pouvant entrainer une grave dérive politique, économique et sociale.

Professeur Abderrahmane MEBTOUL et Hocine BELKHARROUBI Expert comptable chargé de cours Université

Julien75
13/06/2011, 20h51
C'est un poil plus exagéré mais ce n'est pas tout faux.
Tout s'organise via ce système opaque...:11:

Neutrino
14/06/2011, 11h44
Le système financier algérien lieu de la redistribution de la rente

En Algérie, le marché noir constitue l'essentiel de l'économie. un citoyen peut acheter des biens immobiliers, des terres, sans avoir à justifier ses revenus i.e. avec de l'argent gagné au noir. en Algérie, la propriété peut se négocier au marché noir!


Qui dit "système", dit "organisation". Le commerce est totalement désorganisé. il n'y a aucun système financier. aucun contrôle de l'argent en circulation.

Cookies