PDA

Voir la version complète : Accord à Alger sur le réglement du différend entre Sonatrach et Gas natural


nacer-eddine06
14/06/2011, 21h26
ALGER- Les groupes pétroliers algérien Sonatrach et espagnol Gas Natural Fenosa sont parvenus mardi à Alger à un accord qui met fin à leurs différends sur les contrats de vente de gaz, et se sont engagés à coopérer dans des projets énergétiques futurs.

Sonatrach et Gas Natural Fenosa ont convenu, selon un communiqué commun reçu par l’APS, ’’de régler tous les différends relatifs aux contrats de vente de gaz existants entre les deux sociétés’’.

Cet accord prévoit également, ’’la possibilité pour Sonatrach d’acquérir une participation minoritaire dans le capital de Gas Natural Fenosa, et la possibilité pour celle-ci de prendre des participations dans des projets du groupe pétrolier algérien’’, précise le communiqué commun.

Les deux groupes se sont, en outre, ’’engagés à coopérer dans le développement futur de projets énergétiques’’. cet accord constitue ’’un jalon important pour les parties, qui marque le démarrage d’une nouvelle relation stratégique’’, précise le communiqué.

Le PDG de Sonatrach, Nordine Cherouati et le Président de Gas Natural, Salvador Gabarro Serra ont signé ces accords, qui mettent un terme à tous les litiges en cours concernant les contrats de gaz et définissant les principes d’une collaboration plus large dans l’avenir dans des projets spécifiques entre les deux sociétés.

En août 2010, la Cour d’arbitrage de Paris avait donné raison à Sonatrach dans le conflit qui l’opposait depuis 2007 à Gas Natural Fenosa sur le prix du gaz livré à l’Espagne et acheminé à travers le GME (gazoduc Maghreb-Europe).

Gas Natural a été condamné par un tribunal de Paris à payer rétroactivement près de 1,5 milliard d’euros à Sonatrach à la suite de cet arbitrage.

Les effets rétroactifs maximums facturés par Sonatrach à Gas Natural s’élevaient à une somme de 1,97 milliard de dollars (1,4485 milliards d’euros), écrit le groupe espagnol.

L’origine de l’affaire est née de la demande de Sonatrach de réévaluer à la hausse les prix du gaz de 20% en application de la clause dite "de bouleversement", prévue par les contrats de vente de gaz à l’entreprise espagnole et qui stipule une révision à la hausse des prix du gaz à chaque fois que les prix du pétrole augmentent.

En novembre 2009, rappelle-t-on, le tribunal arbitral de Genève (Suisse) avait également décidé que Sonatrach n’avait pas à indemniser Gas Natural et le pétrolier espagnol Repsol pour avoir dénoncé en 2007 un accord sur le projet Gassi Touil de liquéfaction de gaz naturel. Gas Natural a fusionné en 2009 avec le groupe espagnol Union Fenosa et depuis cette date il s’appelait Gas Natural Fenosa.

APS

Julien75
14/06/2011, 21h28
On finit par faire du bise-bise économique...

azouz75
15/06/2011, 09h35
MADRID - Le titre du groupe gazier espagnol Gas Natural Fenosa grimpait de plus de 3% à la Bourse de Madrid mercredi matin, après l'annonce la veille d'un accord avec le groupe pétrolier algérien Sonatrach pour solder leur litige sur le prix du gaz livré à l'Espagne.

A 09H17 (07H17 GMT), l'action gagnait 3,38% à 13,77 euros, à l'inverse de la tendance pour la majorité des valeurs de l'Ibex-35, sur un marché en recul de 0,49%.

Sonatrach et Gas Natural Fenosa ont annoncé mardi soir être parvenus à un accord pour solder leur litige sur les contrats de vente de gaz.

Dans ce dossier, le groupe espagnol contestait les hausses de tarifs du gaz naturel appliquées à partir de 2007 par la Sonatrach, qui fournit environ le quart du gaz consommé en Espagne à travers le gazoduc Maghreb-Europe.

L'Algérie est le premier fournisseur de gaz naturel de l'Espagne, devant le Nigeria et le Qatar.

Gas Natural s'est engagé mardi à payer son dû, soit 1,9 milliard de dollars (1,3 milliard d'euros au cours de mercredi), à Sonatrach après l'arbitrage rendu en août 2010 en faveur de ce dernier.

L'accord prévoit également la possibilité pour Sonatrach d'acquérir une participation minoritaire dans le capital de Gas Natural Fenosa, et la possibilité pour celle-ci de prendre des participations dans des projets du groupe pétrolier algérien, selon le communiqué.

Les deux groupes se sont aussi engagés à coopérer dans le développement futur de projets énergétiques.

© GAS NATURAL Le 15/06/2011

----------------------------------------------

Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants................;)

BeeHive
15/06/2011, 10h03
Les effets rétroactifs maximums facturés par Sonatrach à Gas Natural s’élevaient à une somme de 1,97 milliard de dollars (1,4485 milliards d’euros), écrit le groupe espagnol.
Gas Natural s'est engagé mardi à payer son dû, soit 1,9 milliard de dollars (1,3 milliard d'euros au cours de mercredi), à Sonatrach après l'arbitrage rendu en août 2010 en faveur de ce dernier.Ils sont marrant, ils appliquent une pénalité de 2010 au tarif de 2011 :mrgreen:

nacer-eddine06
15/06/2011, 11h39
Accord stratégique algéro-espagnol
Liès Sahar
El Watan
Après plusieurs mois de négociations, Sonatrach et la compagnie espagnole Gas Natural Fenosa ont signé, hier en fin de journée, un accord stratégique qui met fin à tous les différends existant entre les deux sociétés, selon les déclarations officielles des dirigeants des sociétés.
Le PDG de Sonatrach, Nordine Cherouati, et le président de Gas Natural Fenosa, Gabarro Salvador, ont signé, hier au siège de Sonatrach, les accords mettant un terme à tous les litiges en cours concernant les contrats de gaz et défini les principes d'une collaboration plus large à l'avenir.Les deux compagnies ont convenu de régler leurs différends existants, suite à la sentence du Tribunal arbitral du mois d'août 2010 qui donnait le droit à Sonatrach d'augmenter le prix du gaz.
Au terme de ces accords, Sonatrach pourrait acquérir une participation minoritaire dans le capital de Gas Natural Fenosa et cette dernière pourrait prendre des participations dans des projets de Sonatrach. Comme elles peuvent développer d'autres projets en partenariat.
Selon le PDG de Sonatrach, qui intervenait à la fin de la cérémonie de signature, «cet accord met fin à tous les différends précédents sur les contrats de vente de gaz en vigueur et en même temps élargit la coopération entre les deux groupes dans de nouveaux domaines et dans un contexte international qui favorise le développement du partenariat.»
Le différend date de 5 ans et Sonatrach avait obtenu gain de cause devant le Tribunal arbitral. Gas Natural devait payer la somme de 1,9 milliard de dollars à Sonatrach, selon la décision de justice.Gas Natural est l'un des principaux clients de Sonatrach pour le gaz naturel.
Selon le président de Gas Natural, Gabarro Salvador, «l'accord important a été signé, aujourd'hui, grâce au dialogue et au respect mutuel, et va nous permettre de résoudre un conflit en faveur des deux parties. Notre souhait est que cet accord mette fin au différend.»

Nourman
15/06/2011, 12h09
L'accord prévoit également la possibilité pour Sonatrach d'acquérir une participation minoritaire dans le capital de Gas Natural Fenosa, et la possibilité pour celle-ci de prendre des participations dans des projets du groupe pétrolier algérien, selon le communiqué.



et devinez ca va couter combien a sonatrach (cette participation minoritaire) !












1,3 MMd'euros et quelque poussiere :mrgreen:

nacer-eddine06
15/06/2011, 12h20
et c quoi le probleme
l essentiel est que le ver est dans le fruit:mrgreen::mrgreen:

BeeHive
15/06/2011, 13h17
Les négociation ont commencé a 10%, si ça n'a pas été mentionné dans le communique d'APS c'est que ça a fini très bas ;)

--------------

ennahar (http://www.ennaharonline.com/en/author/ennahar/) 24 May, 2011,

Algerian oil company Sonatrach could take up to 10% of Spanish gas group ‘Gas Natural Fenosa’ to resolve the financial dispute between them on the price of gas delivered to Spain, said Tuesday the newspaper Cinco Dias.

Gas Natural has responded by issuing a statement assuring that "at that date no agreement has been concluded."

"We repeat that Gas Natural Fenosa and Sonatrach continue to have negotiations that we hope for a beneficial outcome for both parties, which shall finally determine the controversy," he said.

According to Cinco Dias, citing industry sources, Gas Natural, currently 68% controlled by the oil company Repsol and La Caixa savings bank, is about to realize a capital increase to allow the entry of Sonatrach, in the settlement of money it owes to the latter.

The rest of the money owed would be paid in cash and through price revisions in the future.

In this case, Gas Natural is challenging the rate increases in natural gas applied from 2007 by Sonatrach, which supplies about a quarter of gas consumed in Spain through the Maghreb-Europe gas pipeline.

Algeria is the largest supplier of natural gas for Spain, ahead of Nigeria and Qatar.

Gas Natural said in November it would have to retroactively pay $ 1.97 billion (1.43 billion euros) to Sonatrach after the arbitration award in August 2010 in favour of the latter.

nacer-eddine06
15/06/2011, 13h53
http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=209388

absent
15/06/2011, 14h02
et devinez ca va couter combien a sonatrach (cette participation minoritaire) !

une participation ;)

azouz75
15/06/2011, 14h46
Sahit CNE ;)



et devinez ca va couter combien a sonatrach (cette participation minoritaire) !

1,3 MMd'euros et quelque poussieresi Sonatrach veut acquérir 10 % de Gas Natural Fenosa , c'est pratiquement le prix :

Volume total 100% = 953933965 action
volume de 10 % = 95393396,5
valueur de l'action à la boursse de Madrid le 15/06/2011 à 14:56 = 13.86 €
valeur de 10 % = 1 322 152 475,49 €

Je peux ?
Merci

Nourman
15/06/2011, 19h14
bravo au espagnol Gaz naturel, malgré l'arbitrage en faveur de Sonatrach, au lieu de verser cette somme, il oblige Sonatrach d'acheter ses actions!,non seulement il paye pas ,en plus, il gagne sur son dos.

A 09H17 (07H17 GMT), l'action gagnait 3,38% à 13,77 euros


Azouz c'est plutot 1.9 et pas 1,3
refait ton calcul,bon courrage :mrgreen:


voici l'avis d'un expert ;)

Sonatrach est à l’arrêt dans ses conquêtes à l’international. L’entrée dans le capital de Gas Natural va donner l’illusion du mouvement. C’est l’Espagnole Gas Natural, contrainte de payer 1,97 milliard de dollars à Sonatrach qui a poussé en faveur de cette issue qui devrait lui éviter de décaisser tout le montant et qui lui permet de compter un acteur important de l’amont pétrolier dans son tour de table.



L’Espagnole Gas Natural serait en train de négocier l’ouverture de son capital à Sonatrach. La compagnie nationale des hydrocarbures pourrait ainsi prendre jusqu’à dix pour cent du capital du groupe ibérique, si les deux parties parvenaient à un accord. L’information livrée au conditionnel par le quotidien économique espagnol Cinco Dias a été largement reprise par des médias européens.
C’est une affaire à enjeu, parce qu’elle concerne un litige commercial, vieux de six ans, sur les prix du gaz que livre l’Algérie à l’Espagne, via le gazoduc Europe-Maghreb, le GME, un tube qui passe par le Maroc. Dans une déclaration qu’il a faite à Maghreb Emergent, Mourad Preure, expert en énergie et président d’Emergy, estime que si Sonatrach et Gas Natural arrivent à trouver un «deal» et à dégager une solution définitive pour ce litige, ce sera une «excellente chose», une «bonne affaire» pour la partie espagnole. Mourad Preure explique que Gas Natural souhaite avoir dans son capital un producteur pétrolier et gazier aussi important que Sonatrach. C’est intéressant pour son image de marque, note-il.
Pour cet expert, l’entrée de Sonatrach dans le capital de Gas Natural est une hypothèse plausible et l’information dont a fait état le journal espagnol découlerait d’une «fuite organisée». La compagnie espagnole semble vouloir régler le différend qui l’oppose à Sonatrach, après avoir perdu, l’année dernière, le procès dans cette affaire, à la Cour d’arbitrage de Paris. Cette instance arbitrale avait tranché dans ce dossier en faveur de la compagnie nationale des hydrocarbures. Et suite à ce verdict, la facture que Gas Natural devait payer à Sonatrach serait de l’ordre 1,97 milliard de dollars (environ 1,43 milliard d’euros). Une somme colossale. L’entrée de Sonatrach dans le capital de Gas Natural permettrait de compenser une partie de cette somme, le reste pourrait être payé en numéraire, présume Mourad Preure. C’est une démarche, un procédé connu; de nombreuses compagnies l’ont appliqué, fait savoir notre interlocuteur.
Pour l’instant, Gas Natural aurait déjà obtenu un accord de ses actionnaires pour trouver un terrain d’entente avec la Sonatrach. Les deux parties ont intérêt en tout cas à dégager une issue, parce que liées par des contrats de vente de gaz qui courent jusqu’en 2020 et 2021 pour un volume de neuf milliards de mètres cubes par an. Le confit dont il est question remonte à 2005, une période marquée par un redressement des marchés pétroliers, une conjoncture favorable. Sonatrach avait alors demandé à augmenter de 20% le prix du gaz vendu à Gas Natural à travers le gazoduc GME. L’augmentation devait être étalée sur deux ans, selon la proposition de Sonatrach qui se basait sur les «clauses de flexibilité et de bouleversement» consignées dans les contrats. Les deux compagnies avaient engagé une série de négociations autour de ce dossier. Sans succès. L'impasse était telle qu'il a fallu porter cette affaire devant une instance arbitrale.

azouz75
16/06/2011, 10h26
bravo au espagnol Gaz naturel, malgré l'arbitrage en faveur de Sonatrach, au lieu de verser cette somme, il oblige Sonatrach d'acheter ses actions!,non seulement il paye pas ,en plus, il gagne sur son dos. T'as tout faux, il fallait seulement poser les bonnes questions pour ne pas paraitre à coté de la plaque , je vais t'éclairer wa ajri 3ala Allah:

1) C'est quoi l'origine du conflit ?

Sonatrach décide de réviser le prix du gaz vendu à l’Espagne en 2005, les espagnole ont refusé, et ou le monde connait l’histoire, résultat finale, Sonatrach obtient son droit de revoir les prix à la hausse et l’applique.

2) Est-ce que la Sonatrach va toucher cet argent ?

Clair et net

Gas Natural s'est engagé mardi à payer son dû, soit 1,9 milliard de dollars (1,3 milliard d'euros au cours de mercredi), à Sonatrach après l'arbitrage rendu en août 2010 en faveur de ce dernier.
© GAS NATURAL Le 15/06/2011


3) quel intérêt pour Sonatrach de rentrer dans le capital de GNF ?

Tout simplement l’accès au marché européen, qui je te le rappel, ne permet pas à une société non européenne la distribution sur son sol.

Et par la même occasion, avoir un accès là ou Gas Natural est distributeur, c-à-d, l'Italie, le Mexique, la Colombie, l'Argentine et la Maroc . ;)




PS:

Ton expert confirme à sa maniére ce que je t'ai dis, il doit certainement être un de me lecteurs lui aussi ;)

voila ce que dit le mien :

Mais en face, le gouvernement espagnol, pour soutenir Gas Natural dans la négociation, a mis dans la balance les contrats d’achat de gaz algérien. L’Algérie est aujourd’hui le principal fournisseur de gaz à l’Espagne. Mais selon une source proche du dossier, le gouvernement espagnol a menacé de recourir à d’autres fournisseurs si le litige n’est pas réglé. En acceptant d’être payé en actions, Sonatrach a obtenu en échange une prolongation du contrat de fourniture de gaz naturel à l’Espagne. L’Algérie restera donc le principal fournisseur de ce pays pendant encore de nombreuses années.

Sonatrach a également obtenu une garantie sur son capital investi en cas de baisse de l’action. Au prix actuel, Sonatrach va débourser 600 millions d’euros pour acquérir près de 5 % du capital de Gas Natural. Même en cas de baisse de l’action du groupe espagnol, la participation de Sonatrach restera toujours équivalente à ce montant, a précisé notre source. Sur ce point, Sonatrach a réussi à bien négocier surtout dans une conjoncture boursière particulièrement baissière. Sonatrach, malgré cette participation, n’aura pas de représentant au conseil d’administration de Gas Natural. « Pour l’instant, cela ne fait pas partie des objectifs de la compagnie algérienne », explique notre source.

sami9313
16/06/2011, 11h47
A Azouz 75

Belle démonstration, je ne n'aurai pas fait mieux!


Le seule gagnant est la SONATRACH!!! qui metles 2 pieds dans le très juteux marché européen: rien n'empêche Sonatrach par l'intermédiaire de ce nouveau partenaire de distribuer son gaz en France, en Italie ou en Allemagne. De plus ça permet à la Sonatrach de se renforcer sur le marché Sud américain où elle est déjà présente (Vénezuéla et Pérou notamment). En plus le Maroc devient doublement client de l'Algérie (puisque le royaume prélève du gaz grâce au droit de passage et maintenant il devient indirectement client de la Sonatrach: grâce à Gaz natural on renforce les échanges intramaghrébins.

Il faut comprendre que c'est à reculons que Gas natural voit arriver Sonatrach dans son capital, l'entreprise espagnole si elle le pouvait aurait certainement préféré payer la totalité de la somme: là elle va payer et en plus Sonatrach entre dans son capital.

nacer-eddine06
16/06/2011, 11h57
MAintenant sonatrach doit jeter un coup d oeil en grece ya de juteuses affaires a faire et prendre de meilleures positions avec les portugais
puis le gros morceau c l italie(les italiens dans leur grande majorite ont rejete le nucleaire)

BeeHive
16/06/2011, 12h27
Exact, la Grèce est a vendre et pour pas chère, avec ses 150 milliards de réserve l’Algérie pour acheter une partie :razz:

Dommage, ils n'ont pas une bonne équipe de foot, autrement ça aurait été d'une pierre deux coups :razz:

Cookies