PDA

Voir la version complète : Partenariat algéro-américain dans la biotechnologie


nacer-eddine06
14/06/2011, 20h29
Algérie-USA-santé-partenariat Partenariat algéro-américain dans la biotechnologie : signature d’un arrêté interministériel instituant une commission de suivi

ALGER- Un arrêté interministériel entre les départements ministériels de la Santé et de l’Industrie, pour la mise en place de la en Algérie dans le domaine de la production des médicaments issus de la biotechnologie, a été signé mardi à Alger.

La commission issue de cet arrêté interministériel est appelée à mettre en oeuvre une plateforme et réunir les conditions nécessaires pour la mise en oeuvre de ce partenariat, à travers un agenda, et la coordination avec les partenaires américains pour l’édification de ce projet dans les meilleurs délais. Lors de la cérémonie de signature de cet arrêté ministériel, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès a souligné qu’il s’agissait d’un méga projet classé en troisième position après celui du Singapour pour l’Asie et l’Irlande pour l’Europe.

Il a précisé, à ce sujet, que ce méga projet implanté en Algérie était le premier du genre en Méditerranée, au Moyen-Orient et en Afrique. Dix firmes mondiales leaders dans le domaine de l’industrie pharmaceutique utilisant la biotechnologie ont choisi l’Algérie pour sa position géostratégique, comme portail pour l’Afrique et un relais entre l’Europe et le Moyen Orient.

Le ministre de l’Industrie, de la PME et de la promotion de l’Investissement, Mohamed Benmeradi, a estimé, à son tour, que le partenariat algéro-américain était "unique en son genre", dans la mesure, a-t-il expliqué, où il a été "vite" mise en oeuvre suite à la tenue la semaine passée d’un Forum des hommes d’affaires algéro-américains.

Il a également qualifié le secteur de l’industrie pharmaceutique en Algérie de "stratégique", avec un marché représentant 2 milliards de dollars, entre l’importation et la production nationale, ce qui a amené, a-t-il estimé, les partenaires américains "à investir avec cette vitesse dans ce secteur dynamique".

Sur le plan de la qualité de ce partenariat, le ministre a soutenu que cette initiative était "excellente" avec l’introduction, a-t-il dit, d’un nouveau type d’association diffèrent de ce qui a été mis en oeuvre auparavant avec d’autres pays étrangers dans ce domaine.

Pour le président du Conseil des homme d’affaires algéro-amércains, Ismail Chikhoune, ce partenariat exceptionnel dans le domaine de la santé "va ouvrir les portes à d’autres secteurs qui suivront dans un proche avenir".

S’agissant du partenariat traditionnel entre les firmes américaines et le groupe public Saidal (pharmaceutiques), le PDG du groupe, M. Boumediene Derkaoui, a indiqué que les relations entre Saidal et Pfizer remontaient à dix ans, avec à la clé de bons résultats.

Il a également souligné que le programme de développement arrêté par Saidal, notamment dans le domaine de la biotechnologie, aurait des résultats prometteurs avec des partenaires américains, dont les laboratoires Pfizer.

Le représentant des producteurs locaux, M. Rafik Morsli, a insisté sur le fait que les producteurs algériens aspiraient à l’introduction de la biotechnique comme une technologie de pointe, reconnaissant toutefois qu’ils ne pouvaient pas le faire sans l’aide de l’Etat.

Il a précisé, à ce sujet, que ni le secteur public ni le secteur privé, ne pouvaient, chacun de son côté, acquérir cette technologie. De son côté, le représentant du Syndicat national des pharmaciens d’officines, Abderrahim Zemouchi, s’est dit satisfait de ce partenariat qui sera, a-t-il dit, bénéfique pour l’Algérie dans l’acquisition de cette technologie de pointe, "garantissant aussi aux malades des médicaments efficaces et à moindre coût".

Des représentants des laboratoires américains présents en Algérie, comme Pfizer et Merck, ont insisté, à cette occasion, sur "l’ouverture" que connaissent les relations algéro-américaines, estimant que c’est ce qui va impulser le partenariat entre les deux pays.

Ils ont soutenu, à cet égard, que les deux parties allaient concrétiser ce partenariat dans les plus proches délais, et ont mis en exergue la compétence des cadres algériens, formés dans les universités algériennes, ceux-là même qui gèrent des représentations de laboratoires américains en Algérie.

Le Forum du Conseil des hommes d’affaires algéro-américains que l’Algérie avait abrité, du 8 au 9 juin, avait été couronné par la signature d’un protocole d’accord dans le domaine de la biotechnologie et de la production de médicaments, susceptible d’ouvrir la voie à l’Algérie pour qu’elle devienne à terme un important pôle régional dans ce domaine.

APS

mansali06
15/06/2011, 06h21
...
Ils ont soutenu, à cet égard, que les deux parties allaient concrétiser ce partenariat dans les plus proches délais,

et ont mis en exergue la compétence des cadres algériens, formés dans les universités algériennes, ceux-là même qui gèrent des représentations de laboratoires américains en Algérie.
...




Deux forums d’affaires algéro-américains sur l’agroalimentaire et les TIC avant la fin d’année en Algérie (USABC)

Deux forums d’affaires algéro-américains sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) et sur les industries agroalimentaires (IAA), seront organisés en Algérie avant la fin de l’année, annonce jeudi à Alger M. Smaïl Chikhoune, président du Conseil d’affaires algéro-américain (USABC).

“Dans le but de booster davantage la coopération économique entre l’Algérie et les Etats-Unis, un forum d’affaires sur les TIC sera organisé à Alger en septembre prochain, et sera suivi par un autre sur les industries agroalimentaires”, a indiqué M. Smaïl Chikhoune dans une déclaration à l’APS en marge du premier Forum algéro-américain de la santé et de l’industrie pharmaceutique, ouvert mercredi dans la banlieue d’Alger.

Interrogé sur le contenu du protocole d’accord qui sera signé jeudi dans l’après-midi entre les ministères de l’Industrie et de la Santé et des groupes pharmaceutiques américains, M. Chikhoune a expliqué, sans donner de détails, qu”il vise à faire en Algérie énormément de recherche et de développement dans le domaine de la biotechnologie et du pharmaceutique”.

Un comité algéro-américain sera mis en place pour assurer une application

efficace de ce protocole d’accord a-t-il précisé. M. Chikhoune avait affirmé mercredi que de grands groupes industriels américains se sont engagés à faire ”de la recherche-développement en Algérie

dans les domaines de la biotechnologie et de l’industrie pharmaceutique”. Selon lui, “ces groupes pharmaceutiques américains, qui consacrent chaque année quelque 100 milliards de dollars à la recherche-développement, souhaitent faire de l’Algérie une plaque tournante pour la région du Moyen orient et de l’Afrique du nord”.

“Ils veulent reproduire l’expérience que les Etats-Unis ont menée à Singapour où l’Etat avait mis à leur disposition les infrastructures”, a-t-il ajouté.

“Si ces projets aboutissent, l’Algérie va devenir une destination mondiale pour la recherche et le développement puisque le climat d’investissement y est favorable et le potentiel humain existe pour faire du transfert de technologie”, a-t-il souligné.

M. Chikhoune a affirmé, par ailleurs, que les chercheurs et les scientifiques algériens seront associés à ces projets qui permettront, selon lui, la création de “beaucoup d’emplois”.

Les échanges entre l’Algérie et les Etats Unis ont atteint près de 16 milliards de dollars en 2010, dont 13,7 milliards de dollars d’exportations algériennes vers les USA et plus de 2,1 milliards de dollars d’importations, selon les chiffres des Douanes algériennes.

Cookies