PDA

Voir la version complète : La croissance économique en Algérie sera de 3,7% en 2011 selon la Banque mondiale


nassim
15/06/2011, 15h08
Le taux de croissance dans les pays en développement passera de 7,3 % en 2010 à environ 6,3 % chaque année de la période 2011-2013. Concernant l'Algérie, la BM confirme ses prévisions de croissance, publiées en mai dernier, en tablant sur une croissance du PIB de 3,7% en 2011, de 3,6% en 2012 contre 3,3% en 2010.

Dans un rapport intitulé "les perspectives économiques mondiales", la BM souligne qu'au moment où ils tournent la page de la crise financière, les pays en développement doivent s'efforcer de relever plusieurs défis consistant à parvenir à une croissance équilibrée grâce à la mise en oeuvre de réformes structurelles, maîtriser les pressions inflationnistes et faire face au renchérissement des produits de base. En revanche, les problèmes liés à la crise, tels que le niveau élevé du chômage, l'assainissement du budget des ménages et des bilans du secteur bancaire et les préoccupations suscitées par les problèmes de viabilité budgétaire, continuent d'assombrir les perspectives des pays à revenu élevé et de nombreux pays en développement d'Europe. Selon les prévisions de cette institution internationale, la croissance ralentira dans les pays en développement pour passer de 7,3 % à 2010 à environ 6,3 % chaque année de la période 2011-2013 quand ces pays parviendront à une pleine utilisation de leurs capacités de production.

Dans les pays à revenu élevé, le taux de croissance passera de 2,7 % en 2010 à 2,2 % en 2011 avant de se redresser pour atteindre 2,7 % en 2012 et 2,6 % en 2013. "A l'échelle mondiale, la croissance du PIB devrait atteindre 3,2 % en 2011 puis 3,6 % en 2012", a déclaré Justin Yifu Lin, économiste en chef de la Banque mondiale et premier vice-président en économie du développement. "Cependant, la poursuite de la hausse des prix pétroliers et alimentaires, déjà élevés, pourrait freiner considérablement la croissance économique et pénaliser les pauvres", a-t-il avancé. Par ailleurs, la BM estime que les troubles politiques du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord ont fortement affaibli la croissance des pays concernés, mais les répercussions sur les autres économies devraient être modestes. Dans ce sens, la BM avance que parmi les pays en développement du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, c'est en Egypte, en Tunisie et en Libye que la croissance sera la plus faible durant la même année.

Source: Le Maghreb DZ

samarkand777
15/06/2011, 15h56
bof 3,7% en injectant des sommes folles dans l'économie, franchement c'est nul comme résultat, sachant que l'algerie peut faire 7/8% sans problème avec une bonne gestion de l'état.

pernanboucano
15/06/2011, 18h33
Il faut parvenir durablement à un taux de croissance à 2 chiffres hors hydrocarbures, voilà le véritable objectif à atteindre.

Zirds
15/06/2011, 20h57
Il faut penser à ouvrir les frontières de l'ouest pour cela
pourquoi on a l’Allemagne comme voisin a l'ouest ? :razz:

sinon c'est un bon chiffre 3,7% !

samarkand777
15/06/2011, 21h50
zirds en période de crise oui mais ce taux permet pas de donner du travail a tous les algeriens qui arrivent sur le marché du travail.
alors l'etat est obligé de tricher et embaucher dans l'administration qui est déja surpeuplée

Zirds
15/06/2011, 21h51
ce taux permet pas de donner du travail a tous les algeriens qui arrivent sur le marché du travail.
aucun pays ne peut le faire ;)

samarkand777
15/06/2011, 21h55
si si avec 7/8% ton économie croit a une vitesse qui peut employer tous les nouveaux arrivants.

jawzia
15/06/2011, 22h02
ce taux permet pas de donner du travail a tous les algeriensA tous les algériens, surement pas. Sinon ce serait le "plein emploi". Et aucune économie ne peut se targuer de cette prouesse (Même pas la chine).

Par contre, ce 3,7% de croissance permet de résorber les primo-demandeurs d'emploi et grignoter sur celui des chômeurs.

samarkand777
15/06/2011, 22h11
jawzia pourquoi couper ma phrase ??

j'ai dit " pour les nouveaux arrivants sur le marché du travail" j'ai pas dit pour tous les chomeurs

jawzia
15/06/2011, 22h29
Tu prends un chiffre "brut" et sans aller au delà tu assènes des contrevérités.

Pour réduire le taux de chômage, il y a (selon les économies) un taux de croissance minimal à atteindre. En général, on évoque ~4%.

Sauf que en "observateur averti", tu devrais savoir que le secteur des hydrocarbures est générateur de richesse mais n'est pas le secteur le plus employeur. Il faut donc regarder du côté du secteur "Hors hydrocarbures".

Et là, en "observateur averti", tu aurais du remarquer que les taux de croissance oscillent (selon les années) entre 5% et 9% de croissance. C'est largement au delà des seuils pour absorber les primo-demandeurs et grignoter sur la population de chômeurs.

D'où les baisses de chômage annoncés ces dernières années.

sami9313
16/06/2011, 08h23
bof 3,7% en injectant des sommes folles dans l'économie, franchement c'est nul comme résultat

Les sommes injectées dont tu parles sont injectés dans le BTP, l'agriculture, l'industrie donc dans des secteurs hors hydrocarbures: le véritable indicateur pour savoir si cet argent a de l'effet sur la croissance est de s'intéresser à un indicateur principalement: le taux de croissance hors hydrocarbure.
Pour info celui ci est largement supérieur à 5% depuis au moins 5 ans (avec des pics à 9%) donc on ne peut pas dire que c'est nul comme résultat.

samarkand777
16/06/2011, 08h47
les hydrocarbures font baisser la croissance globale .car il pèsent dans le pib et sont stable depuis qq années .c'est pas un secteur qui peut croitre sans cesse( par ex limitation quotas opep).

certe hors hydrocarbures la croissance est bonne mais t'as beau faire 8% si ton secteur le plus important est stable,tu auras une économie qui avance mais de peu.

l'algerie a largement les moyens de faire 12% hors hydrocarbures et 6/7% générale.

ps,je ne parle pas des emplois a mi tempsou emplois jeunes ect ou je ne sais quoi qui font baisser le chomage mais non productifs.

Pihman
16/06/2011, 09h20
Jawzia

Par contre, ce 3,7% de croissance permet de résorber les primo-demandeurs d'emploi et grignoter sur celui des chômeurs

je ne pense pas

avec notre structure démographique (pays maghreb) il faut au min plus de 6%

samarkand777
16/06/2011, 09h41
oui bien sur il faut 6/7% pour les pays maghrébins pour faire vraiment diminuer le chomage.

l'algerie compense en employant dans l'administration, d'ou la baisse du chomage.mais cela devient une charge pour l'état car ils sont non productifs.

le mieux c'est que le secteur privé se développe et que l'état arrete d'embaucher.

absent
16/06/2011, 10h45
Pihman

avec notre structure démographique (pays maghreb) il faut au min plus de 6%
mais les structures démographiques et économiques ne sont pas les mêmes dans les pays du maghreb ;)

jawzia
16/06/2011, 16h09
je ne pense pas

avec notre structure démographique (pays maghreb) il faut au min plus de 6%
Celui qui disais que les investissements dans le domaine des hydrocarbures ne sont pas "grands" générateurs d'emploi, aurait du accorder plus d'attention à ceci :
Pour réduire le taux de chômage, il y a (selon les économies) un taux de croissance minimal à atteindre. En général, on évoque ~4%.

Sauf que en "observateur averti", tu devrais savoir que le secteur des hydrocarbures est générateur de richesse mais n'est pas le secteur le plus employeur. Il faut donc regarder du côté du secteur "Hors hydrocarbures".

Et là, en "observateur averti", tu aurais du remarquer que les taux de croissance oscillent (selon les années) entre 5% et 9% de croissance. C'est largement au delà des seuils pour absorber les primo-demandeurs et grignoter sur la population de chômeurs.

D'où les baisses de chômage annoncés ces dernières années.

krim'o
16/06/2011, 16h40
bof 3,7% en injectant des sommes folles dans l'économie, franchement c'est nul comme résultat, sachant que l'algerie peut faire 7/8% sans problème avec une bonne gestion de l'état.



le moteur de la croissance dans un pays c'est son tissu de PME, moyenne et petit entreprise. forcé de constater qu'en Algerie le privé ne decolle pas, on ne lui fait pas confiance.

L’implication directe des dirigeants politiques dans la gestion des affaires économiques est la raison principale du sous-développement de l’Algérie. Les pouvoirs publics font un usage erronés de la théorie keynesienne consistant a recourir a des investissement public massif pour relancer l'economie.

Ce procédes convient a des pays qui ont une base solide ce qui n'est pas le cas de l'Algerie ( système universitaire, bancaire déficiant)

L'etat Algerien aurait mieu fait d'investir dans les ressources humaines, aider la création d'entreprises au lieu d'injecter des sommes colossales dans des infrastructure.

un exemple flagrant; En Algerie il existe 450000 entreprises contre 1 millions au Maroc.’il aurait plus judicieux de se fixer l’objectif de créer 1,5 millions d’entreprises que l’on pourrait taxer pour financer la réalisation des infrastructures.

Le secteur bancaire constitue aussi l'un des boulet de l'economie Algerienne;les banques publiques contrôlent 90 % du marché financier tandis que les entreprises publiques bénéficient des 70 % des crédits octroyés

Donc tant qu'il y'aura une omniprecense de l'etat dans l'economie , ne vous attendez pas a des miracles.
D'autant plus que les reglement actuel ultra protectionniste n'incite pas les investisseurs etrangers a venir investir en Algerie ( le fameux 51-49) pour y apporter du capital et son savoir-fairee

Cookies