PDA

Voir la version complète : Tourisme: L’ONAT menacé


hben
15/06/2011, 16h25
l’image du tourisme qu’il est censé promouvoir, l’Office national algérien du tourisme (ONAT) se meurt. Ce sont les membres du syndicat (UGTA) et du comité de participation de cette entreprise publique économique (EPE) qui le disent. Cri de détresse !



15 Juin 2011, Le Soir d'Algérie
Les travailleurs de l’ONAT redoutent fort que l’Office rejoigne, dans l’indifférence, le cimetière de la multitude d’entreprises ayant mis la clef sous le paillasson. Aussi, à travers leur représentation syndicale, ils ont décidé, dans un ultime recours, d’interpeller le Premier ministre.

Dans une lettre, datée du 8 juin dernier, ils sollicitent en effet une intervention diligente du Premier ministre pour éviter que l’ONAT ne ferme. La situation de l’entreprise, telle que décrite dans la missive, n’est pas pour rasséréner les travailleurs. Les campagnes de hadj, qui permettaient jadis à l’Office de survivre, ne peuvent plus désormais faire, à elles seules, le bonheur de l’ONAT.

La répartition des hadji par quotas entre différents opérateurs se solde évidemment par un manque à gagner à l’Office. Pour cette année, nous apprend la lettre adressée au Premier ministre, le quota de hadji attribué à l’ONAT n’est plus que de 1 000 pèlerins. Cependant, il n’y a pas que ce quota de hadji attribué qui pénalise l’ONAT.

Il y a également mais surtout «la subite suppression de l’autorisation accordée par la banque Centrale depuis mars 1999 de pouvoir effectuer des transactions commerciales par le biais de la banque en devises avec nos clients et de ce fait pouvoir rémunérer nos partenaires à l’étranger la partie devises transférable ».

Immanquablement, une telle contrainte ne peut que ralentir le rythme de croisière d’un opérateur qui, de plus, doit faire face à une concurrence acharnée. Surtout que, par ailleurs, l’ONAT est devant l’impossibilité légale de «conversion des disponibilités financières en monnaie nationale en devises afin de pallier ce brusque changement».

Les travailleurs de l’ONAT, qui se sont tournés vers Ouyahia, après avoir vainement tenté d’attirer l’attention de la fédération UGTA du secteur ainsi que le ministère de tutelle, évoquent également «les empêchements imposés au créneau d’activité de tourisme réceptif pratiqué par l’entreprise dans les régions du Grand Sud» ainsi que «le rattachement en décembre 2010 de l’ONAT au ministère du Tourisme suite à une décision du CPE prise en mars 2008, en marge de tout le processus légal et réglementaire encadrant ce type de mesures, installant la société dans un environnement ambigu».

S. A. I.

hben
15/06/2011, 16h29
L'ONAT ou les restes du socialisme triomphant des années 70!
Pathétiques les habitués du monopole!

Cookies