PDA

Voir la version complète : Le MAK s'engagera avec un candidat pour l'election présidentielle en france


bledard_for_ever
25/06/2011, 11h14
France:les kabyles exportent leur zizanie

Nafa KIRECHE : "une candidature kabyle aux élections présidentielles françaises est une nécessité"

dim, 2011-06-19 21:09 -- laguatan

Nafa Kireche est président du mouvement des kabyles de France (MKF). Il collabore également avec Ferhat Mehenni au sein du GPK.
Il évoque ici la création du mkf et la nécessité d'une candidature kabyle aux présidentielles en France.

Que change la transformation de l'ASKAF en MKF ?

- Après deux ans de travail pour faire avancer la cause kabyle en France, il me semblait nécessaire de réajuster la stratégie et passer à une phase plus concrète dans l'organisation politique des kabyles en France. Avec l'ASKAF, nous avons fait le tour de la classe politique française, pour la sonder sur sa vision de la place des kabyles dans le pays. Mais la réponse est la même partout : "que représentez-vous?", "combien êtes-vous ?"... Nous leur faisions remarquer que les kabyles en France représentent plus d'un million d'individus et un peu plus de la moitié sont de nationalité française. Mais on nous faisait remarquer que nous étions invisibles et qu'il n'y avait finalement aucun intérêt objectif à nous aider.
On nous a également régulièrement demandé quel était notre relation avec la Coordination des Berbères de France (CBF), qui a littéralement sinistré la cause kabyle en la noyant dans un berbérisme confus et la mettant au service des intérêts politiques de Monsieur Mustapha Saadi, qui n'a pas hésité à passer d'un candidat à l'autre, perdant toute crédibilité.

Certains vous reproche d'être président d'une organisation sans réelles adhésions et de diriger une "coquille vide". Que répondez-vous ?

Lorsque l'ASKAF a été crée en 2008, nous avons tenté une collaboration avec un certain... Zahir Boukhelifa. Il s'est avéré impossible de travailler avec lui. Aujourd'hui, il n'hésite pas à cracher sur l'ASKAF qui a fait un travail de fond pour la cause kabyle. Essentiellement un travail de réseau dont nous avons fait profiter la cause kabyle. Ce travail a permis d'organiser la commémoration du 17 octobre 1961. D'organiser yennayer à la mairie du 16e arrondissement de Paris. Nous avons participé à des conférences au sénat et à l'assemblée, dans plusieurs mairies, ou nous avons porté la voix des kabyles de France... Bref un travail sérieux qui n'a rien à voir avec de la diarhée journalistique.
Cela m'évoque une petite anecdote concernant M. Boukhelifa : après la lettre ouverte adressée aux candidats lors des élections de 2007, j'ai été contacté par certains candidats, dont Jean-Marie Le Pen, qui cherchait à l'époque à recentrer son image. Moi et Arezki Bakir avons catégoriquement refusé tout contact avec le leader d'extrême-droite. Par contre, Zahir Boukhelifa, à qui nous avions parlé de ces contacts, et qui était sans-papier à l'époque, a quasiment insisté pour y aller et nous accompagner...
Cela illustre bien l'arrivisme et l'opportunisme de certains.

Que pensez-vous du tissus associatif kabyle en France ?

En France, on peut distinguer les kabyles en trois catégories. Il y a ceux qui ont décidé de mettre leur kabylité au placard afin d'obéir à leurs intérêts politiques, en se réfugiant dans un républicanisme rigide et zélé. On peut citer Malek Boutih, Rachid Kaci, Fadela Amara... Cette dernière était présidente de l'association "ni putes, ni soumises", qui a été créee sur le cadavre calciné de la jeune kabyle Sohane, à qui on a gommé sa dimension kabyle.
Un autre cas illustre ce complexe : Mouloud Aounit.
La deuxième catégorie concerne des kabyles souvent engagés dans le tissus associatif. Là aussi, la dimension kabyle est souvent effacée au profit d'une dimension plus large mais qui, malheureusement, neutralise la cause.
La dernière catégorie concerne évidemment les kabyles libres, décomplexés, qui expriment désormais leur kabylité avec détermination. On peut dater l'émergence de ces derniers à environ 10 ans, en concomitance avec l'avènement du mouvement autonomiste kabyle en Algérie.

Estimez-vous nécessaire une candidature "kabyle" à la présidentielle française de 2012 ?

J'en suis convaincu. Toutes les communautés vivant en France sont organisées de manières à influer sur la société française. Les kabyles, eux, on joué le jeu du respect des valeurs républicaines, en refusant de se regrouper en communauté. Malheureusement, cela a conduit à sacrifier cette identité kabyle. Les kabyles ont eu confiance en cette République, pensant que leurs quelques revendications, modestes, seraient naturellement prises en charge (création d'une maison kabyle portée par Chaker, radio FM kabyle...). Or pour des raisons d'inexistance dans le paysage français, les kabyles ont essuyé un refus des autorités.
Nous devons prendre acte de cette situation et nous organiser afin de ne plus subir de tels camouflets. C'est tout le travail que se propose d'effectuer le MKF. Et c'est la raison pour laquelle une candidature kabyle est essentielle à ce processus.
La conception gaulliste, qui consiste à dire que l'élection présidentielle est une rencontre entre un individu et le peuple n'a pas survécu à la mort du Général de Gaulle. C'est désormais une imposture.
La société française est traversée par des lobbys et des réseaux, plus ou moins puissants, qui déterminent l'orientation politique française en fonction du rapport de force. Les juifs sont les maîtres en la matière, à travers le CRIF et diverses organisations plus ou moins influentes et auxquelles la classe politique fait volontier allégeance.
Les arabo-musulmans ne sont pas en reste même s'ils sont à la solde des régimes arabo-musulmans et que les autorités française leur a confectionné le CFCM (conseil français du culte musulman).
Il est de notoriété publique que son premier président, le recteur de la Mosquée de Paris, M. Dalil Boubeker, est un agent des services algériens, franc-maçon et alcoolique notoire. Lors des dernières élections, c'est le Maroc qui a pris le dessus, plaçant un de ses agents à sa tête.

Certains parlent de la candidature d'Arezki Bakir. Qu'en pensez-vous ?

Effectivement, nous l'avons poussé à se lancer et il annoncera probablement sa candidature dans les prochains jours. Après consultations de plusieurs personnalités françaises et kabyles, il est ressorti qu'il était le plus indiqué pour incarner la voix des kabyles de France, compte-tenu de son militantisme passé. C'est un vrai républicain, attaché aux valeurs universelles de la République Française, mais n'a jamais renié sa kabylité. Il a été parmi les militants les plus actifs et les plus assidus pour l'autonomie de la Kabylie. Il est né en France (à Versailles), il a 33 ans et malgré sa conscience politique élevée, il n'a jamais adhéré un à parti politique français, ne se reconnaissant pas dans l'offre.
Ferhat Mehenni a donné sa caution morale à cette candidature. Symboliquement il est important d'avoir son soutien même s'il n'est pas directement concerné par cette initiative.
Si nous voulons que les générations futures restent attachés à leur origine kabyle, tout en s'inscrivant dans la citoyenneté du pays ou ils vivent, il est important de tout faire pour que ce soit un succès. Aux kabyles de prendre leurs responsabilités.

source : MKF Laguatan

bendz
25/06/2011, 14h34
:lol: en France avant candidature il y a signature et si on veut avoir la ripiblic de Menilmouto il faut se lever tot

Ath ziri
25/06/2011, 14h40
A défaut de représenter les kabyles, ils ont au moins le mérite de faire rire :D

TAGHITI
25/06/2011, 14h42
Ferhat Mehenni a donné sa caution morale à cette candidature.

il a bien besoin de sa baraka:mad:

AARROU
25/06/2011, 15h21
Au second tour ,il va y avoir un face à face entre:

Candidat FN * Candidat MAK

Et que le meilleur gagne!!!:D:D

xenon
25/06/2011, 18h43
D'organiser yennayer à la mairie du 16e arrondissement de Paris
Logique , le 16éme arrondissement est celui qui compte le plus de kabyles à paris ...!!!:21:

kennesaw
25/06/2011, 23h02
Logique , le 16éme arrondissement est celui qui compte le plus de kabyles à paris ...!!!
----
Il faut peut-etre s'assurer d'abord,s'ils sont vraiment kabyles !!

xenon
25/06/2011, 23h08
Il faut peut-etre s'assurer d'abord,s'ils sont vraiment kabyles !!
c'est de l'ironie ..

il y'a peu de kabyles ou méme de maghrébins dans le 16 éme comparativement à d'autres arrondissements parisien ( comme le 18 éme par exemple) .

Cookies